Youna Dufournet tire sa révérence

1
809

Youna Dufournet s’apprête à ouvrir une nouvelle page de son histoire. Celle de sa vie en tant que femme et non plus en tant que sportive de haut niveau. Dimanche soir, son annonce a fait l’effet du bombe. Sur son compte Facebook, aux alentours de 21 heures, alors que les championnats de France venaient de se terminer quelques heures plus tôt à Mulhouse, elle explique dans un long message qu’elle quitte le haut niveau.Une décision mûrement réfléchie pour la jeune femme de 23 ans qui a toujours su se relever malgré les coups durs mais qui, aujourd’hui, aspire à de nouvelles choses.

« Ma décision était prise depuis un moment », lâche-t-elle avant de préciser : « C’était quitte ou double en fait. Soit, je me qualifiais pour les Jeux Olympiques et j’arrêtais après, soit je ne me qualifiais pas et j’arrêtais après les France. » Mais c’est finalement le deuxième cas de figure qui s’est présenté en raison d’une mauvaise chute aux barres asymétriques qui lui a ôté tout espoir de qualification pour les Jeux… « J’ai fait mon temps. Alors oui je suis déçue de ne pas aller à Rio car je me suis donnée à fond ces trois dernières années mais j’arrive à un stade où à cause de mes blessures, j’ai pris beaucoup de retard, et mon corps n’a plus 12 ans donc je n’ai pas les mêmes capacités à rebondir. Et puis, derrière, il y a la nouvelle génération qui arrive, une nouvelle génération qui est très bien et qui mérite de vivre de belles choses. Je pense également que j’ai fait mon temps aux yeux des juges et de la Fédération. C’est le moment pour moi de passer à autre chose. »

Youna Dufournet au revoir
Youna Dufournet avec son club de l’EG Rouen. Photo Charlotte Lecerf

 

Mais Youna Dufournet aurait tout de même préférer tirer sa révérence après les Jeux. Elle espérait donc beaucoup de ces championnats de France. Face à la concurrence, elle savait qu’il fallait qu’elle tape un grand coup aux barres asymétriques pour espérer décrocher, peut-être, un ticket pour les Jeux. Elle s’est entraînée dure pour ça. « Je savais que j’avais une chance infime d’aller à Rio mais j’ai tout donné, en espérant réussir à gagner ma place. Je me donnais à 200% aux entraînements« , livre-t-elle.

Mais les choses ne se sont pas passées comme prévu.  Juste avant son passage aux barres asymétriques, samedi soir, elle aperçoit Paul Degouy, l’un de ses amis proches, se blesser aux anneaux. Un coup dur pour le gymnaste et pour elle. « Les anneaux étaient pile en face des barres donc je l’ai vu et je l’ai entendu. C’était très dur. J’étais déjà stressée par mon passage en lui-même car il y avait beaucoup d’enjeu mais du coup ça m’a rajouté de la pression et ça m’a déstabilisée. Nous sommes très proches avec Paul, il a beaucoup trimé, a eu beaucoup de galères, comme moi, et de le voir se blesser au premier agrès, j’étais vraiment triste pour lui. J’ai néanmoins quand même réussi à me reconcentrer. La première partie de mon mouvement s’est bien passée et puis je ne sais pas ce qu’il s’est passé, à un moment, je fais une faute d’inattention sur la deuxième partie. Celle que je réussis toujours à l’entraînement. Je mets mal ma main et je me retrouve par terre ! C’était comme si mon cerveau s’était déconnecté de mon corps le temps d’un quart de seconde« , livre la médaillée de bronze mondial au saut de cheval en 2009. Une chute qui lui coûtera chère et qui lui ôtera toute chance de disputer une finale à cet agrès le lendemain…. et donc de faire partie du voyage au Brésil.

youna dufournet barres OK
Youna Dufournet espérait disputer les Jeux Olympiques grâce aux barres asymétriques, son agrès fort.

Après ce premier passage, la championne de France 2014 n’avait donc plus grand chose à jouer sur cette compétition. Des championnats de France qu’elle a donc ensuite poursuivie avec plaisir, sans pression. Résultat : elle décroche un ticket pour la finale poutre. « J’avais été tellement dépitée à cause des barres que je ne me mettais plus la pression. Pendant mon passage, j’avais l’impression d’être toute seule sur le plateau avec seulement le public qui me poussait. C’était magique !« , sourit-elle. Si le lendemain en finale, elle n’a pas réussi à faire la différence, Youna Dufournet ne retient tout de même que du positif. « J’avais disputé ma première finale poutre en 2006, à Nantes, j’avais été surclassée avec les seniors à l’époque. Là, je finis sur une finale poutre, la boucle est bouclée », analyse-t-elle, non sans une certaine nostalgie. « Je ne regrette rien mais bien sûr, je ressens un peu de tristesse car je ne referai plus de compétition en haut niveau. J’ai quelques larmes qui coulent mais ce sont des larmes de nostalgie. Ma vie a été rythmée par la gym pendant plus de 20 ans mais je suis désormais impatiente de découvrir ma vie future. »

Une vie future faite de nouveaux objectifs. « Je veux obtenir mon BTS, valider mes stages, réussir mon entrée en école de commerce en septembre 2017, trouver mon appartement sur Paris. Tout un tas de petits objectifs qui ont une autre portée que ceux de devenir championne du monde ou championne olympique mais des objectifs qui sont tout aussi importants pour ma vie de femme et ma vie future », annonce-t-elle.

Quant à la gym, elle va continuer un peu, mais pour le plaisir. « Là, je reste à l’INSEP jusqu’à mi-juillet et puis ensuite je vais prendre de longues vacances ! Je ne reviendrai qu’en octobre. Je continuerai à m’entraîner pour mon club, l’EG Rouen, pendant un an. Je participerai au Top 12 mais c’est tout, je ne ferai plus de haut niveau », précise celle qui ne regrette rien. « J’ai tout donné ces dernières années. Lorsque je m’assois et que je me dis ‘qu’est-ce-que j’aurais pu faire de plus?’, je ne vois pas grand chose. A part peut-être que si mon corps m’avait suivi parfois, certaines choses se seraient passées différemment mais ça, on ne peut pas le programmer ! », sourit-elle avant de rajouter : « Aujourd’hui, j’ai décidé d’écouter mon corps. Il a mal, il a subi quatre opérations, il est temps pour moi d’arrêter les dégâts et de prendre soin de moi. »

youna dufournet 1
Rapidement, Youna Dufournet s’est démarquée lors des grandes compétitions internationales.

Retour sur les grandes dates de la carrière de Youna Dufournet : 

Championnats du Monde : 
2009 : médaille de bronze au saut de cheval

Championnats d’Europe :
2008 (junior) : médaille d’argent par équipes, médaille de bronze au concours général, médaille d’or au saut de cheval, médaille d’or aux barres asymétriques et médaille d’argent au sol
2010 : médaille d’argent au saut de cheval

Coupe du monde : 
2010 : médaille d’or au saut et médaille de bronze aux barres asymétriques
2015 : médaille d’or (Doha) et médaille d’argent (Varna) aux barres asymétriques

Jeux Méditerranéen :
2009 : médaille d’or au concours par équipes, au concours général, au saut de cheval, aux barres asymétriques, médaille d’argent à la poutre

Test Event : 
2012 : médaille de bronze au concours par équipes, médaille d’argent aux barres asymétriques

Jeux Olympiques :
2012 : onzième par équipes à Londres.

Massilia :
2007 : médaille de bronze au concours général et médaille d’or au saut.
2008 : médaille de bronze au saut.

Youna dufournet TEst Event

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and news

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom