World Cup de Bakou : ce qu’il faut retenir

Les jeunes Françaises, au delà du top 20, ont tout de même engrangé de l'expérience.

Après trois jours de compétition, cette troisième étape du circuit coupe du monde a réservé quelques surprises, notamment lors des finales où aucune Russe n’est montée sur la plus haute marche du podium.

De cette coupe du monde, il ne faudra pas seulement retenir la remise des médailles… par des drones ! Si le Covid-19 a rendu une nouvelle fois cet événement particulier, la compétition a tenu toutes ses promesses.

Pas de Russe aux premières places en finales

Phénomène rare pour être souligné, la Russie n’a pas récolté une seule médaille d’or ce dimanche lors des finales par engin où elle était engagée seulement en individuelle. Si c’est la jeune Daria Trubnikova qui s’était imposée samedi à l’issue des qualifications devant sa compatriote Lala Kramarenko troisième et la Bulgare Boryana Kaleyn deuxième, les deux jeunes Russes ont fait face à des gymnastes plus expérimentées ce dimanche. À l’image de l’Israëlienne Linoy Ashram qui rafle l’or au cerceau (27.150) et aux massues (27.800), ou encore de Boryana Kaleyn qui s’impose avec un enchaînement ruban très maîtrisé (24.300) avec presque plus d’un point d’avance sur la Biélorusse Alina Harnasko, deuxième (23.450).

Mais la surprise de ce week-end restera l’inattendue médaille d’or au ballon de l’Italienne Alexandra Agiurgiuculese (26.350) qui a également terminé quatrième des qualifications. La jeune gymnaste a su répondre présent pour sa première coupe du monde de la saison. En revanche, ce fut plus compliqué pour sa compatriote Milena Baldassarri qui ne s’est qualifiée que pour la finale massues où elle finit cinquième (24.650) ainsi que pour Katsiaryna Halkina, seulement 21e à l’issue des qualifications (86.675). La Biélorusse peine à faire monter ses notes face à ce code de pointage où la manipulation à l’engin domine sur l’artistique.

La Bulgarie intouchable en ensemble

Si les écarts étaient quelquefois serrés en individuel, on ne peut pas en dire autant concernant les ensembles. La Bulgarie a survolé la compétition en récoltant les trois médailles d’or possible avec des notes impressionnantes dont un 45.600 en finale ballons. Attendue pour leur première sortie internationale, les Italiennes ont quant à elles remporté les trois médailles d’argent avec des enchaînements fluides et maîtrisés. Enfin, si les Biélorusses ont remporté le bronze aux qualifications et en finale mixte, c’est l’Azerbaïdjan qui a su compléter le podium lors de la finale ballons.

Expérience engrangée pour nos Françaises

Avec la 20e meilleure note au cerceau (22.000 points) et des enchaînements maîtrisés malgré quelques imprécisions aux massues et ruban, Hélène Karbanov termine cette compétition à la 34e place. Cela fut légèrement compliqué pour Lily Ramonatxo qui se classe 45e avec notamment une fin d’enchaînement difficile au cerceau (chute et fin sans engin). À noter qu’il s’agissait de la première participation à une compétition internationale en senior pour la jeune Montpelliéraine. Les deux Françaises, espoirs de la fédération pour Paris 2024, ont ainsi pu se confronter aux meilleures pour pouvoir acquérir de l’expérience avant les futures échéances.

Concernant la prochaine coupe du monde, elle se déroulera à Pesaro (Italie) du 28 au 30 mai prochain. Côté tricolore, Maëlle Millet, Kseniya Moustafaeva ainsi que le nouvel ensemble de France sont pour le moment engagés pour cette prochaine étape.

Ambre Tarin

Classements et résultats complets disponibles ici : https://www.smartscoring.com/en/results/

Article précédentDernière chance de qualification pour les championnats de France élite
Article suivantGAM – GAF : Le programme des compétitions jusqu’aux Jeux Olympiques

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom