Vous avez la parole avec… Jim Zona : « Je suis un éternel optimiste »

Il était l’un des meilleurs généralistes Français parvenant même à se hisser en finale du concours général lors des championnats du monde de Glasgow en 2015. Mais une saison compliquée en 2016 et une opération du genou l’ont finalement privées des Jeux Olympiques de Rio, la compétition qu’il convoitait tant et pour laquelle il avait les capacités d’atteindre si son corps ne l’avait pas freiné. Aujourd’hui, Jim Zona se prépare à faire son retour. Avant de participer à un test de sélection pour la Coupe du monde de Paris et les Mondiaux de Montréal qui aura lieu à la fin du mois d’août, il a accepté de se prêter au jeu de la Foire aux questions. Le principe est simple : c’est vous, lecteurs et lectrices de Gym and News, qui avez posé les questions. Une interview pleine de sincérité d’un gymnaste bien décidé à prendre sa revanche.

Pourquoi as-tu commencé la gym ?
Je suis issu d’une famille très sportive, ma mère était présidente de club, mon frère et ma soeur faisaient de la gym, j’étais donc tout le temps dans le gymnase à sauter partout. Ma mère m’a donc inscrit au club à l’âge de 5 ans, je n’ai jamais arrêté depuis…

Dans quel club as-tu commencé la gym ?
J’ai commencé au club de Dijon gym.

Si tu n’avais pas fait de gym, quel autre sport aurais-tu fait ?
J’ai pendant quelques années fait du foot en même temps que la gym. J’adorais ça et pratiquer un sport collectif m’a énormément apporté, mais j’ai dû faire un choix quand je suis rentré au Pôle espoir d’Avignon.

On ne t’a presque pas vu cette année en compétition, pourquoi ?
Je me suis fait opéré du genou il y a un an. J’ai donc dû faire 6 bons mois de rééducation. Quand je commençais à bien revenir, mon épaule m’a contraint à m’arrêter à nouveau. J’ai repris il y a peu mais je mets les bouchées doubles pour être du voyage à Montréal pour les Championnats du Monde.

Comment as-tu vécu ta non sélection pour les Jeux Olympiques ?
C’est surement le moment le plus difficile que j’ai connu avec la gym. Donner autant pour cela et ne pas réussir, devoir assister aux Jeux sur mon canapé avec une attelle et un genou opéré fut très dur… Mais tout cela fait partie de la vie d’un sportif, cette période me donne l’énergie au quotidien. Il y a une grosse part d’inachevé dans ma tête, je dois tout faire pour ne jamais revivre cela.

En masculin, qui est, selon toi, celui qui a eu la plus grosse progression ces derniers mois ?
Beaucoup de jeunes ont montré de très belles choses et un potentiel certain. Je pense à Loris Frasca qui a franchi un cap.

T’a-t-on déjà proposé des projets de mannequinat ?
Oui j’ai déjà participé à certains projets comme le calendrier des Dieux du stade en 2016. D’autres projets sont en cours, j’en parlerai bientôt.

jim 3

Comment fais-tu pour entretenir ton corps ?
C’est assez simple en réalité : bien manger, bien dormir et prendre le temps de faire des soins, de la récupération. Une bonne hygiène de vie est primordiale.

A part la gym, quels sont tes hobbies ?
A part la gym, j’aime les choses simples : me balader, manger dans des bons restaurants, aller au cinéma… bref passer du bon temps avec les gens que j’aime.

Comment te sens-tu à Clamart ?
Super ! On a une équipe constituée de très bons amis, c’est toujours un plaisir énorme de faire des compétitions ensemble.

Avec qui t’entends tu le mieux à l’INSEP ?
Axel Augis

As-tu déjà eu des remarques comme quoi la gymnastique était plutôt un sport de fille ? Si oui, qu’est-ce que tu leur réponds ?
Oui j’ai déjà eu cette remarque, en général cela vient de personne ne connaissant pas notre sport. Il n’y a rien a répondre, il faut juste montrer ce qu’on réalise sur les agrès et ce genre de remarques disparaît très vite !

Une journée type de Jim ressemble à quoi ?
Je me lève vers 7h30, je déjeune puis je travaille ma licence Informatique que je suis par correspondance. De 10h à 12h30 entraînement puis déjeuner, sieste et je travaille sur mes cours avant le 2eme entrainement qui a lieu entre 15h30 et 18h. Ensuite soit j’enchaîne sur une séance de kiné ou de récupération puis je rentre chez moi, dîner et petit moment détente devant une série ou un film avant de dormir et recommencer tout cela le lendemain !

Quel est ton meilleur souvenir en gym ?
Les championnats du monde 2015 à Glasgow, avec un moment très fort pour moi avec la finale du concours général. Une salle et une ambiance incroyable, un moment que je n’oublierai pas.

Quels sont tes objectifs cette saison ?
Cette saison je vise tout d’abord les Championnats du Monde avec la Coupe du monde à Bercy entre temps, puis les championnats d’Europe par équipe et bien sûr le TOP 12 en espérant reprendre le titre.

Jim 2

As-tu déjà eu envie de baisser les bras ?
Rarement. Il faut arriver à se motiver surtout dans les moments durs, c’est ce que j’essaie de faire. L’apitoiement n’aide jamais, de plus je suis un éternel optimiste !

Qu’est-ce que cela fait de représenter la France lors de grandes compétitions internationales ?
C’est une fierté énorme et des moments incroyables à vivre…

Quel est ton projet professionnel ?
J’aimerais travailler dans le domaine informatique mais je n’ai pas encore d’idées très précises du secteur…

Rêves-tu encore des Jeux Olympiques ?
Evidemment.

Est-ce que ça t’arrive d’être reconnu dans la rue ?
Ça m’est déjà arrivé.

Ne regrettes-tu pas d’avoir choisi un sport peu médiatisé ?
Non, je ne regretterai jamais d’avoir poursuivi mon rêve de faire du haut niveau en gymnastique.C’est un plaisir énorme de faire ma passion à ce niveau, même si la médiatisation n’est pas énorme, cela ne change rien à ma joie de pratiquer ce sport.

Propos recueillis par Charlotte Laroche 
Questions reçus des internautes reçues lors d’un appel sur les réseaux sociaux. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom