Vincent Guerillon (Pôle de Saint-Etienne) : « Tout n’a pas été parfait mais l’expérience a été extraordinaire »

Le pôle de Saint-Etienne était représenté en nombre sur cette édition 2021 du tournoi de Combs-La-Ville. Si Louane Versaveau et Rosane Dubard-Berby matchait en équipe de France et Carla Cardoso pour son club de l’Indépendante Stéphanoise, sept autres jeunes gymnastes (Lucie Feschet, Romane Hamelin, Noélie Ayuso, Lola Chassat, Lucie Roulet, Inaya Lamri et Thaïs Plisson) représentaient quant à elles le pôle. Des qualifications aux finales, Vincent Guerillon, entraîneur au pôle, fait le point.

Gym and News : Quel bilan tirez-vous de ce tournoi de Combs-La-Ville ? 
Vincent Guerillon : C’était une bonne étape de préparation. On arrivait surtout dans l’intention de faire prendre de l’expérience aux filles avec cette possibilité qu’elles fassent les points pour les championnats de France élite, et ça a été le cas pour la majorité. La première journée reste un peu compliquée, il y a eu pas mal d’erreurs, mais la deuxième journée s’est nettement mieux passée. Les finales par appareil ont été une super expérience pour les petites. Tout n’a pas été parfait non plus mais une finale ça s’apprend et l’expérience a été extraordinaire pour elles.

Le manque de compétitions dû au Covid a-t-il entraîné plus de pression pour les petites notamment ? Une pression qui pourrait expliquer les erreurs notamment sur le premier jour ? 
Une finale ça s’apprend mais une compétition également. L’expérience fait énormément. Elles arrivent avec un manque encore plus important pour certaines, notamment celles qui n’ont pas eu la chance de faire les championnats de France élite. Mais l’entraînement prend aussi une grande part là-dedans, et au final c’était globalement le reflet de l’entraînement. Sur les bonnes choses et sur les erreurs.

Quels étaient les objectifs sur ce tournoi ? 
On savait que le niveau allait être vraiment relevé avec beaucoup de nations étrangères, et ça a été le cas. Le niveau était vraiment relevé. On ne prétendait pas aux médailles, on attendait surtout un travail à effectuer, que ce soit le reflet de l’entraînement. En seconde partie, il y avait objectif points pour les championnats de France. Globalement, l’objectif a été réalisé même si on n’est pas satisfait de tout. Mais dans l’ensemble, on en ressort satisfaits et contents d’être venus ici.

Lucie Feschet et Lola Chassat ont atteint les finales, Lucie a d’ailleurs été médaillée d’argent au saut et au sol, ça booste pour la suite ? 
Oui bien sûr. Autant les médailles boostent énormément les filles, et ça leur fait du bien d’avoir une récompense car on travaille bosse pour ça, mais le fait d’atteindre les finales aussi. Je pense à Lola Chassat par exemple qui est en première année de pôle et qui est entrée dans 3 finales. Elle sort certes déçue de ne pas avoir eu de médaille mais elle ne se rend pas compte de l’expérience qu’elle a pris aujourd’hui. Cette expérience doit la booster pour la suite. À l’inverse, celles qui ne sont pas rentrées en finale, ça donne une petite claque derrière la tête et ça donne encore plus envie de venir travailler à l’entraînement. Tout sert. Les récompenses servent mais aussi le fait de ne pas avoir réussi à hauteur de ce qu’on s’était fixé, ça sert aussi. C’est pour cette raison qu’on doit en sortir qu’avec du positif.

 

Article précédentTournoi de Combs-La-Ville : les Françaises médaillées en nombre
Article suivantTeamgym : décryptage et présentation

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom