Top 12 GAM : Un « Stop & Go » qui laisse des traces à Vélizy

En très bonne posture la saison dernière après une phase de poules excellente, l’équipe de Vélizy se présente cette année en Top 12 particulièrement amoindrie. Les différentes restrictions gouvernementales liées au Covid ont perturbé leur préparation et les Véliziens se présentent à Montceau-Les-Mines sans avoir pu s’entraîner de la semaine… À la veille de la compétition, François Viala, l’entraîneur, fait le point et ne peut cacher son amertume.

Gym and News : Comment s’est déroulée la préparation de l’équipe pour ce Top 12 ? 
Françoise Viala : Mal ! On ne va pas se mentir, et on ne va pas non plus jouer sur les mots, pour nous ce Top 12 tombe très mal. Notre préparation a été très tronquée et marquée par une formule très à la mode en ce moment : le « Stop & Go ». C’est-à-dire que tu t’entraînes quelques jours avant d’être à l’arrêt, puis de pouvoir reprendre avant d’être de nouveau à l’arrêt, et ainsi de suite… C’est frustrant car on avait commencé à bien se remettre en route, puis fin novembre, en raison des chiffres catastrophiques en Ile-de-France, on a été mis à l’arrêt. On avait pu reprendre un peu avant Noël mais ensuite on a eu le couvre-feu. Et la cerise sur le gâteau, l’équipe n’a pas pu s’entraîner de la semaine en raison de la fermeture de la salle d’entraînement après un cas Covid chez les jeunes. Un cas positif qui ne concerne pas l’équipe Top 12, puisque tous les gyms sont négatifs, mais ils ont été considérés comme cas contact donc placés en isolement pendant une semaine. Concrètement, à part Adam Cogat qui s’entraîne à l’INSEP et pour qui la préparation s’est bien passée, tous les gyms vont se présenter à Montceau-Les-Mines sans avoir pu s’entraîner de la semaine. Leur seul entraînement sera aujourd’hui, à Montceau, sur plateau, veille de compétition !


Top 12 GAM-GAF : la page spéciale


Normalement les gyms Top 12 disposaient d’une dérogation pour pouvoir s’entraîner après 18h, pas les gyms de Vélizy ?
Si si, ils ont eu une dérogation de la part de la Fédération pour pouvoir s’entraîner après 18 heures sauf que notre municipalité a décidé de respecter les mesures du couvre-feu et a donc fermé la salle 17h30. Plus personne ne pouvait donc avoir accès au gymnase après 17h30, même si les gyms avaient le droit de s’entraîner !  Dans notre équipe, nous avons beaucoup d’étudiants ou de personnes qui travaillent, il leur été tout simplement impossible de venir s’entraîner avant 17h30. Normalement, ils s’entraînent 4 fois par semaine, soit un volume horaire d’environ 12 heures par semaine, et là ils ne s’entraînaient plus qu’une fois par semaine, le samedi matin. Lorsque le couvre-feu est passé à 19h, on a grappillé une petite heure mais ensuite on a été à l’arrêt complet en raison d’un cas Covid chez les plus jeunes. On va arriver à une compétition sans avoir touché les agrès pendant une semaine. Sans avoir fait de réception sur le dur. On arrive sans préparation, pour moi ce Top 12 est une mascarade.

On vous sent en colère ?
Je suis assez fâché oui. Nous sommes un des clubs les plus impactés et j’ai l’impression que nous ne sommes pas entendus. L’an dernier, alors que la saison était bien avancée, ils ont décidé de la blanchir. Cette saison, il y a une rupture d’équité entre les régions et les départements mais le Top 12 a été maintenu. Si tu as la chance de te trouver dans le bon département et dans la bonne ville, tu as pu continuer à t’entraîner. Mais alors nous, on nous a tout simplement coupé les pattes. Nous n’avons pas la cellule de gymnastes pro qui s’entraînent en structure de haut-niveau comme certains clubs et qui ont donc été très peu impactés par la situation, dans notre cas, la réalité est toute autre et les choses sont extrêmement compliquées. On va venir, on va matcher mais je ne peux cacher mon inquiétude. J’espère sincèrement que tout va bien se passer le jour J et qu’il n’y aura pas de casse.


La composition d’équipe

COGAT Adam
COLLO Aurelien
HRIMECHE Zachari
KUAVITA Noah
MARTINEAU Sandy
MERMET Killian
OGIEZ Mathieu
PIVOST Anthony


Dans quel état d’esprit se trouvent les gyms ?
On ne peut pas faire comme si tout allait bien. Il n’y a pas beaucoup d’émulation cette saison, du fait de toutes les complications et de toutes les phases d’arrêt. L’ambiance est assez morose mais ils vont y aller et vont faire le job. Peut-être que sur place l’adrénaline montera mais j’ai peur qu’ils soient plus touchés par le stress et qu’ils ressentent même peut-être un peu de frustration du fait de la situation et de ne pas pouvoir montrer la gym qu’ils auraient voulu montrer. Certes ce sont des gyms qui ont de l’expérience mais je n’aime pas la position dans laquelle nous sommes. Enfin bon c’est comme ça…

Quels sont vos objectifs sur cette compétition ?
Sincèrement, il y a très peu d’objectifs. Il y a 2 mois on visait un Top 6 mais alors là, étant donné notre préparation, notre seul objectif est de participer, de limiter les chutes et de les défaillances physiques. En plus on perd Killian Mermet, opéré de l’épaule, donc on n’arrive pas en bonne posture. Les gyms vont présenter des mouvements réduits, on va faire le job mais nous aurions voulu montrer une autre image. Donc on va essayer de présenter des mouvements, certes allégés, mais maîtrisés avec une bonne exécution. Ce n’est pas une super année pour nous. Vivement qu’on tourne la page de cette saison ! On a hâte qu’elle se termine et d’entamer la suivante… en espérant qu’elle soit meilleure…

Propos recueillis par Charlotte Laroche

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom