Top 12 GAM : L’interview croisée d’Edgar Boulet, Zachari Hrimèche et Léo Valentin

Ils ont tous les trois participé à la phase de poules du Top 12 masculin avec leur club respectif. Edgar Boulet avec Orléans, Zachari Hrimèche avec Vélizy et Léo Valentin avec Noisy-Le-Grand. S’ils n’ont pas réussi à se qualifier pour le dernier carré, ils ont néanmoins accepté de nous parler des demi-finales. Interview croisée de trois copains qui se connaissent très bien et qui connaissent également très bien la plupart des gyms qui vont s’affronter ce samedi. Chacun à leur tour, ils vont répondre à une série de questions au sujet de leur parcours dans le Top 12 mais vont également parler des demies et s’essayer à quelques pronostics ! C’est parti !

Gym and News : Que retenez-vous des phases de poule ? Comment la compétition s’est-elle passée pour vous ?
Edgar Boulet : Les phases de poule ont été super intéressantes, étant donné que c’est une nouvelle formule. Du côté d’Orléans, c’était quand même assez serré avec Sotteville. On est des équipes assez équivalentes, on a pu le remarquer sur quelques duels qui se sont joués à 0,1pts. Après ça reste un super format, très ludique et moins stricte. Enfin, ça nous a aussi appris que ce n’était pas la meilleure équipe qui pouvait aller en finale. La preuve avec Orleans qui a terminé premier au classement des points FIG mais s’arrête malheureusement aux phases de poule. De mon côté, ça c’est super bien déroulé durant ces derniers mois. J’ai un ratio de 100% de réussite sur mes mouvements (même si tous les duels n’ont pas été gagnés) donc c’est quelque chose de très positif.

Zachari Hrimèche :  Je retiens de ces phases de poule une bonne ambiance au sein de mon club de Vélizy. Je suis content de cette formule du Top 12 car elle nous permet de côtoyer plus souvent les gens de nos clubs. Personnellement, m’entraînant dans une structure à part du club, j’ai pu passer beaucoup plus de temps que les autres années avec les personnes de mon club, j’ai ainsi appris à mieux les connaître pour certains donc je trouve ça vraiment cool. En plus ça s’est vraiment pas trop mal passé pour nous, nous avons bien géré toutes nos rencontres et n’avons commis que peu d’erreurs.

Léo Valentin : Les matchs de poule se sont dans l’ensemble bien passées. Malgré un début difficile pour moi lors du premier match contre Oyonnax à Noisy en novembre, un match que l’on espérait gagner. Les trois matchs suivants se sont mieux déroulés. Ces matchs ont en plus soudés l’équipe, les coachs et le club plus que jamais.

Léo Valentin par Cybille cresson
Photo Cybile Cresson

Avec un peu de recul, que pensez-vous de cette nouvelle formule ?
Edgar Boulet : Comme j’ai pu le dire juste au-dessus, c’est une formule très attractive et qui éloigne la rigidité gymnique des plateaux de compétitions. Ca reste un jeu de duels où le meilleur et le plus stratégique doit gagner. Le plus important d’un point de vue personnel reste de faire son travail du mieux que l’on peut pour satisfaire le collectif et répondre aux attentes de l’équipe de la meilleure manière possible.

Zachari Hrimèche : J’ai un peu répondu à cette question dans la première mais donc je dirai que je trouve cette formule bien, perfectible sur certains points mais il fallait passer et se diriger vers ce type de compétition.

Léo Valentin : Cette nouvelle formule est vraiment satisfaisante pour moi, elle permet d’avoir plus de compétitions avec ce système de match aller-retour, ce qui m’a permis d’ajouter plus facilement de nouveaux éléments dans mes complets car l’enjeu reste important mais il est moindre que les années précédentes où les championnats de France par équipe se déroulaient sur un seul match. De plus, le fonctionnement des duels est plus simple à comprendre pour les spectateurs, donc cela favorise la découverte de la gymnastique au grand public qui ne connaît pas notre sport.

Qu’est-ce qui selon vous a manqué à votre équipe ?
Edgar Boulet : Pour Orléans, je pense que l’on pêche sur le côté des difficultés. Nos mouvements ne sont pas assez difficiles pour que l’on puisse prétendre à la première place mais ça aurait pu suffire pour accéder aux phases finales. L’esprit d’équipe était présent, la qualité de travail était plus qu’au rendez-vous donc maintenant il faut qu’on augmente notre niveau de difficulté et puis se fixer comme objectif de gagner ce Top 12.

Zachari Hrimèche : Je pense que pour notre équipe ce qu’il a manqué pour faire face à la concurrence, c’est une note en plus dans l’équipe d’un très bon Français. En effet sur chaque agrès nous avons une note d’un bon étranger (ce qui est le maximum pour les étrangers), les gars du club, qui font du très bon boulot, se complètent en apportant une bonne note et puis il y a moi. Mais il manque une quatrième note et ce serait en recrutant un international Français qu’on pourrait la combler.

Léo Valentin : Notre objectif de la saison était un maintien. En effet, on savait que la qualification en demi-finale allait être compliquée avec l’absence de Paul Degouy avec qui je m’entraîne à l’INSEP qui s’est blessé au genou aux derniers championnats de France (en juin dernier à Mulhouse, NDLR). Paul étant l’un des points fort de notre équipe, son absence lors de ces matchs de poule nous a fait perdre pas mal de duels.

Zach itw croisée 2

 

En 3 mots, comment pourriez-vous qualifier votre expérience en Top 12 cette saison ?
Edgar Boulet : Enrichissante, attractive et motivante.

Zachari Hrimèche : Positive, collective et bonne ambiance.

Léo Valentin : Nouvelle, stratégique, à charge de revanche.

Selon vous, quels sont les atouts de chaque équipe demi-finaliste ?
Edgar Boulet : Antibes est une équipe entièrement composée de gymnaste de Pôle. Clamart est une équipe expérimentée, solide, avec des gyms de haut-niveau. Sotteville a une excellente homogénéité et un manager hors-norme (petite dédicace, il se reconnaîtra ! Rires) et La Madeleine est composée de jeunes motivés et solides en compétition, des créateurs de surprises.

Zachari Hrimèche : Antibes a comme atout d’avoir de très bon Français dans l’équipe qui sont tous en pôle et qui peuvent donc beaucoup s’entraîner et bien préparer les compétitions. Lille a une équipe composée également de jeunes qui sont quasiment tous en pôle et ont de bon étrangers. Sotteville ont de très gros points forts : des anciens internationaux Français comme Arnaud Willig, des actuels comme Danny Rodriguez et Cameron-Lie, et ont également un bon étranger. L’atout qu’ils ont également est que les gyms de l’équipe s’entraînent quasiment tous dans la même structure et ils se connaissent donc très bien.
Enfin, Clamart a aussi beaucoup d’internationaux Français comme Jim Zona, Axel Augis, et des jeunes de très bon niveau comme Antoine Pochon et Killian Mermet. Ils ont également Kévin Dupuis qui revient de blessure et frappe fort. Eux-aussi n’ont que des gyms qui s’entraînent en Pôle. C’est un atout.

Léo Valentin :  Les quatre équipes qualifiées en demi-finale sont des équipes qui ont de l’expérience et une composition d’équipe intéressante avec beaucoup de gym de haut-niveau. Clamart est une équipe forte avec la majorité des gyms qui s’entraînent à l’INSEP ou au Pôle d’Antibes. Sotteville est pour l’instant en tête avec le trio Arnaud Willig, Danny Rodrigues et Cameron-Lie Bernard, très talentueux. Antibes est une équipe tout de même dangereuse malgré les absences. Lille est une équipe solide avec deux étrangers qui ont participé à des finales mondiales (Courtney Tulloch et Andrey Lithovitskiy).

Ce sera de belles batailles

Quels seraient les points faibles de chaque équipe ?
Edgar Boulet : Pour Antibes, une équipe à mon sens pas assez homogène. Pour Clamart, les aléas des blessures. Pour Sotteville, un petit manque de difficulté sur la quatrième note et pour La Madeleine, un niveau légèrement inférieur à certaines autres équipes.

Zachari Hrimèche : Le point faible d’Antibes est peut-être le fait que l’équipe est en train de se renouveler avec des jeunes qui arrivent et des plus vieux qui sont partis et certains sont toujours blessés. Et puis l’attente à propos d’Antibes est toujours très haute de par les résultats passés donc il faut que la nouvelle équipe se sente bien pour faire la compétition et éviter le trop de pression. Sotteville est plutôt solide j’ai l’impression mais s’il devait y avoir un point faible je dirais peut-être au saut de cheval. Lille a une équipe vraiment jeune au niveau des Français qui peuvent donc peut-être manquer d’expérience… mais c’est grâce également à ces compétitions-là qu’ils se construisent. Donc à voir. Clamart a une très bonne équipe mais malheureusement les gyms sont en ce moment assez blessés ou reviennent de blessure. Il faut qu’ils se montrent solides physiquement jusqu’à la finale pour mettre toute les chances de leur côté.

Léo Valentin : Clamart a pas mal de blessés. Sotteville, je n’en vois pas. Pour Antibes, l’absence de Samir Aït Saïd et Guillaume Augugliaro qui est en reprise. Et Lille est une équipe avec une majorité de jeunes gymnastes donc moins expérimentés.

Edgar iw croisée

Les demi-finales s’annoncent-elles serrées ?
Edgar Boulet : Oui ce sera de belles batailles qu’il ne faudra pas manquer.

Zachari Hrimèche : Les demi-finales s’annoncent très serrées et honnêtement chaque équipe a sa carte à jouer et devra réaliser un bon match.

Léo Valentin : Tout peut arriver dans les duels, mais personnellement j’ai déjà ma petite idée de qui va passer en finale…

Bonus : Un pronostique pour la finale ? 
Edgar Boulet : Moi je miserais Sotteville et Clamart si les Clamartois sont en bonne forme. Sinon je pense que Lille pourrait créer la surprise.

Zachari Hrimèche : Je dirais Clamart et Sotteville en finale. Mais encore une fois rien n’est joué d’avance.

Léo Valentin : Je parierais sur une finale Clamart VS Sotteville.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom