Top 12 GAM : Les réactions des gymnastes

Retour sur les finales du Top 12 masculin qui se sont tenues samedi 11 mars, à Valenciennes. Après les entraîneurs (lire ici), c’est au tour des gymnastes de livrer leurs impressions. Tandis que certains sont ravis, d’autres ne peuvent cacher leur déception. Témoignage.

 

Jim Zona (deuxième par équipe avec Clamart) : « Je suis très déçu. On avait envie de remporter ce match mais on reste dans une certaine incompréhension après le dernier duel perdu à la fixe. On ne comprend pas le résultat et on ne le comprendra jamais. On ne peut s’en prendre qu’à nous, on a nos torts car on n’a pas fait une super compète et on a commis des erreurs qui ont coûté chères sur le reste du match mais le résultat final est très décevant. Pour moi, même si on termine deuxième et qu’on remporte la médaille d’argent, ça reste une défaite. C’est rageant. Frustrant. Avant la fixe, on était encore en course pour la victoire. En plus, la fixe est notre agrès fort donc on savait qu’on pouvait aller les chercher. Sam (Oldham), Axel (Augis) et moi, on a trois grosses notes de départ mais ça n’a malheureusement pas suffit. Sur l’ensemble de la compète, on a peut-être mis la barre trop haute donc on a perdu en qualité d’exécution. L’an prochain, si on veut gagner, il faudrait peut-être réduire nos mouvements pour gagner en stabilité. Enfin, je ne sais pas. Pour le moment, j’ai du mal à encaisser la défaite. Quant à mon bilan personnel, certes j’ai perdu tous mes duels donc de ce point de vue là c’est décevant, mais sinon je me suis senti bien (Jim a été opéré du genou l’été dernier, NDLR). J’ai senti que j’avais passé un cap. J’ai fait de bons arçons, les anneaux ça commence à revenir également et j’ai fait une super fixe. Aux barres, je chute mais il n’était pas prévu que je passe mais Sam s’étant blessé à la cheville, juste avant, au saut, il ne pouvait pas passer. Je l’ai donc remplacé. Mais même si j’ai perdu mes duels, je commence à me sentir comme avant. Même au niveau de mon genou, je sens que je commence à ne pas être loin des 100% et pour ça, c’est positif et ça me booste pour la suite. »

clamart team triste
Malgré leur deuxième place, les Clamartois n’ont pu cacher leur tristesse et leur déception sur le podium après la finale perdue face à Antibes. Une image qui résume parfaitement le ressenti de Jim Zona.

 

Loris Frasca (premier par équipe avec Antibes) : « Je suis super content de cette première place en équipe ! On ne s’y attendait pas car on est parti de très loin ! Pour ma part, j’étais assez stressé. Pas par l’enjeu, plus par l’ambiance qu’il y avait. C’était comme un show. On n’est pas habitué à ce qu’il y ait autant de monde. Je me disais dans ma tête que ça n’arrivait jamais ce genre d’ambiance ! En plus, comme on était tout seul à passer à chaque fois, on savait que tous les regards étaient fixés sur nous. Pour ma part, j’ai fait une bonne compète, même si je suis tombé aux parallèles. J’ai peut-être été un peu trop dans la précipitation, je ne saurai pas expliquer ma chute. Sinon, je tire un bon bilan de cette saison en Top 12. Plus on avançait, plus on était soudé. On était une vraie équipe, et il y avait une très bonne cohésion de groupe. On s’est battu pour l’équipe et on a eu un très beau parcours. On savait qu’on n’était pas spécialement attendu cette année et qu’on avait plus à gagner à perdre et finalement on termine premier. »

D500 top 12 gam _0892
Loris Frasca à la fixe, dernier agrès de la grande finale.

 

Mathias Guillouart (premier par équipe avec Antibes) : « Pour moi ce Top 12 était une superbe expérience. C’était ma première compétition en équipe et ça m’a permis de matcher avec et contre des plus anciens plus expérimentés et plus forts. Puis ce nouveau format augmente le nombre de compétitions à l’année ce qui forge aussi de plus en plus l’expérience et la stabilité. C’est moi qui ai commencé le premier duel au sol contre Sam Oldham. Je ne me sentais pas plus stressé que d’habitude, surtout que c’était comme perdu d’avance. Malgré tout je pensais seulement à mon mouvement et à ma technique car je voulais quand même réussir mon mouvement pour ma satisfaction personnelle. Au final j’ai trop cherché la perfection et à pas « trop en mettre » ce qui m’a joué des tours ! Ensuite j’ai eu du mal à me remettre dans la compétition. J’étais déçu de ma prestation mais j’ai ensuite lâché les chevaux, j’ai laissé faire et la détermination des autres m’a aidé et c’est passé tout seul. J’ai fini par oublier mon passage au sol. Au moment du résultat final, j’étais super content. C’est comme si on avait réussi l’impossible pour certains, mais nous on y a toujours cru. On pouvait enfin relâcher la pression de la fin car c’était serré et pas gagné. Je suis super fier de mes coéquipiers et de notre solidarité lors du match ! »

FB_IMG_1489615306563
Pour Antibes, c’est Mathias Guillouart qui a débuté la finale.

 

Cameron-Lie Bernard (troisième par équipe avec Sotteville) : « Le Top 12, ce n’est que du positif pour moi. C’est un vrai travail d’équipe qui a débouché sur une troisième place. La petite finale face à La Madeleine a été un super match. Long et très stressant mais c’était un super match ! Aux parallèles, j’ai décidé de sortir un gros mouvement. La pression était un peu grande et dans les bras, je savais que ça allait être compliqué car j’avais eu une grosse semaine. Mais même si je chute à deux reprises, je ne regrette rien. Je sais qu’il va falloir un peu de temps avant que mon mouvement passe mais j’ai voulu jouer le jeu en le tentant. Je tire un bilan très positif de ce championnat. J’ai décroché ma première médaille en Top 12 donc je ne peux être que content (Rires). Je ne changerais rien. J’ai pris beaucoup de plaisir, ce n’est que du bonheur ! Notre collectif est très soudé et on a réussi à aller jusqu’au bout. Cette nouvelle formule permet d’avoir une préparation plus régulière, de faire des complets plus tôt. Et le fait d’avoir pas mal de rencontres, cela permet aussi de mieux connaître les autres équipes qu’au finale on ne connait pas trop pour certaines car d’habitude on ne les voyait qu’une journée par an. »

cameron top 12
La concentration de Cameron-Lie Bernard et de son entraîneur Frantz Gaillard lors de la petite finale face à La Madeleine.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom