Top 12 GAF : Les réactions des gymnastes

Retour sur le Top 12 féminin qui s’est tenu ce week-end à Valenciennes. Après les entraîneurs masculins, c’est au tour des gymnastes féminines de revenir sur leur compétition.

La réaction des championnes de France, Lorette Charpy, Grâce Charpy et Doriane Thobie :

Lorette Charpy : « Pour commencer, je tiens à dire que ça m’a fait très plaisir d’être dans l’équipe du Top 12 car ce n’est pas le même style de compétition que les individuelles. J’aime vraiment l’esprit d’équipe. J’appréhendais un peu cette compétition car ça faisait longtemps que je n’avais pas matché sans entraînement podium. Et ce Top 12 allait me servir pour plusieurs choses donc cette compétition était doublement importante. Elle était importante pour l’équipe mais aussi pour la qualification pour les championnats d’Europe et d’autres compétitions comme Jesolo ou la Sainté Gym Cup. Le samedi, nous nous sommes entraînées dans la salle d’échauffement. Dans l’ensemble, ça s’est bien passé. Arrivée dans la salle de compétition, je dirais que j’ai eu un gros coup de stress… D’ailleurs, ça me faisait très bizarre car d’habitude je ne suis pas autant stressée. Je n’arrivais pas à cibler comment je devais voir cette compétition donc ça me faisait très bizarre. Et d’habitude, avant de commencer mon agrès, je sens si je vais réussir ou pas mais là, je n’arrivais pas à voir si j’allais réussir. Nous avons commencé en poutre et le choix de mes entraîneurs était de me faire passer en dernière position à chaque agrès. C’était la première fois que je mettais quatre nouveautés donc c’est pour cette raison que je n’étais pas très rassurée. Normalement, je les mets une par une mais avec le changement de code, j’ai modifié ma poutre. Premier agrès, je tombe sur mon entrée ! Un élément que je maîtrise pourtant et c’est quand je suis tombée que j’ai réalisé que j’étais en compétition. Sur la suite de ma poutre, je ne suis pas tombée mais c’était loin d’être parfait… Ensuite, au sol, j’ai bien réussi mais j’ai été un peu déçue par ma note. Le saut, ça a été. Puis aux barres, je sais que depuis Bern (les championnats d’Europe, NDLR), on m’attend sur cet agrès donc j’étais un peu stressée mais quand même moins qu’en poutre. Je ne savais pas s’il fallait faire grand et prendre le risque de tomber ou faire plus petit. J’ai décidé de faire grand et ça a plutôt bien marché. Nous étions loin d’avoir fait une compète parfaite donc on espérait être sur le podium mais pas plus. Avant les barres, Grâce m’avait dit qu’on était à cinq dixièmes de Meaux. Il fallait que je réussisse ! J’espérais être au moins troisième. Alors quand les résultats se sont affichés, je nous cherchais vers la troisième ou quatrième place et là Grâce me dit : ‘On est première !’ On a mis longtemps à réagir… Sur le podium, nous avons décidé d’emmener le t-shirt que nous avions fait pour Clara (Beugnon). Pour moi, nous étions sept dans l’équipe : Senna, Julie, Doriane, Séréna, Grâce, Clara et moi. Et comme toujours, c’est un plaisir d’être avec ces filles merveilleuses et avec mes soeurs aussi. Pour mon premier titre en Top 12, je suis super heureuse, je ne l’oublierai jamais. Et en plus avec des nouvelles médailles ! »

Grâce Charpy : « On est allées à cette compétition super motivées, avec l’envie de faire un podium, voir de gagner. Mais on était quand même réaliste et on savait que ça allait être difficile. Je crois que je n’ai jamais autant stressée avant une compétition… Je ne me sentais pas super prête à cause de ma semaine d’entraînement qui a été difficile même si au fond de moi, je savais que je maîtrisais mes mouvements. Malgré le tour d’échauffement qui n’a pas été super, je suis arrivée dans la salle de compétition en me disant que je devais faire de mon mieux pour mon équipe afin de ne rien regretter. Et la compétition s’est bien passée. On a eu un début en poutre difficile même si Serena a bien ouvert la compétition avec une poutre réussie, mais on s’est ressaisies au fur et à mesure. On était très soudées et c’est ce qui nous a permis d’y arriver. Après les barres, notre dernier agrès, on essayait de calculer si on était troisième ou quatrième. Quand les résultats sont sortis sur le tableau d’affichage, j’ai directement regardé la troisième et la quatrième place et je n’ai pas vu le nom « Indépendante stéphanoise ». J’ai alors eu un coup de stress… Et quand j’ai levé les yeux et que j’ai vu qu’on était premières, j’ai dit « Lolo, on est premières !!! » et on a couru vers Séréna, Doriane et les deux Belges avec plein de coeurs dans les yeux. On ne pouvait pas rêver mieux, vraiment. La sensation d’être sur la première place du podium me manquait quand même beaucoup (Rires).

Doriane Thobie : « J’étais vraiment stressée avant cette compétition même si je n’avais que deux agrès de prévu. Pendant l’échauffement, tout s’est bien passé. Je n’ai préparé que le sol car que je ne voulais pas me faire mal avant la compétition en faisant du saut. J’avais des douleurs à la cuisse pendant la course, c’est pour ça que je ne préférais pas tirer dessus pendant l’échauffement. Pendant que les filles s’échauffaient aux barres et à la poutre, je me refroidissais et j’avais peur de ne pas être opérationnelle au moment de mon passage au sol à la compétition. Une fois la présentation de l’équipe sur le podium, j’ai eu une montée d’adrénaline et j’avais envie de réussir, enfin c’est normal (Rires).  Nous avons commencé à la poutre. Pour moi l’attente était un peu longue puisque que je ne passais pas à cet agrès et je n’avais pas touché le saut ni les barres ni la poutre à l’échauffement. Pendant le passage à la poutre de mon équipe, je commençais à bouger pour me remettre dans de bonnes conditions physiques. Une fois la poutre terminée, nous nous sommes remises dedans puisque nous avons rentré trois chutes sur cet agrès. Nous passons au sol ! Devant les juges, je n’étais pas sereine… Pendant l’échauffement sur le plateau, j’avais un peu mal à ma cuisse, je n’ai donc pas fait beaucoup d’échauffement. Je suis passée deuxième au sol et avant le lever du bras du jury j’étais vraiment stressée. Une fois en position de départ, j’ai pris une grande respiration et je me suis dit que j’en étais capable. Pendant mon sol, sur le saut changement demi-tour, j’ai senti ma cuisse tirer mais je suis allée au bout et j’ai réussi ! J’étais très fière pour moi et pour mon équipe puisque Julie était tombée au sol juste avant mon passage. Après mon sol, je devais faire saut mais suite à ma douleur à la cuisse pendant mon sol je ne pouvais plus courir. J’ai donc laissé ma place à Séréna. Pendant la compétition, nous étions très soudées et nous avons donné le meilleur de nous. Tout au long de la compétition, j’ai encouragé mes coéquipiers à fond. Nous avons très bien apprécié les Belges qui étaient très gentilles et elles nous ont encouragé aussi. J’ai passé une super compète auprès de mon équipe ou encore de mes copines. À l’affiche du résultat, nous étions super heureuses ! Je n’y croyais pas ! Comme l’a dit Lorette, pour moi on était 7 dans l’équipe : Julie, Senna, Séréna, Grâce, Lorette, Clara et moi. »

sainté réactions

 

Louise Vanhille (cinquième en équipes avec Dunkerque et première en individuelle) : « Je suis contente car la compétition s’est bien passée pour moi. Depuis les Jeux de Rio, je n’avais rien fait donc je suis satisfaite par ce bon retour. J’étais assez stressée avant la compète car j’avais un peu peur de ne pas savoir comment j’allais gérer la pression.  Pour moi, il y avait trois enjeux à Valenciennes : le retour, le classement par équipes et la performance individuelle en vue des championnats d’Europe. En plus, j’étais chez moi, dans le Nord, donc j’avais une pression supplémentaire mais je suis contente. Je ne m’attendais pas du tout à terminer première au classement individuel ! C’est une très bonne surprise. Surtout qu’avec le nouveau code, on ne savait pas trop si la note allait être bien ou pas donc je suis vraiment satisfaite. J’ai encore des choses à améliorer pour la suite comme mes liaisons à la poutre, mes réceptions au sol ou gagner en amplitude au saut mais je suis très contente d’avoir réussi mes barres car c’était mal parti (Rires). J’avais du mal à aller au bout à l’entraînement, c’était physiquement compliqué car après les Jeux, je m’entraînais un peu moins. J’avais besoin d’une coupure car la saison avait été éprouvante. Donc pour pouvoir bien repartir, j’avais besoin de prendre le temps de revenir. Du coup, là, c’est la vraie reprise et j’ai quelques courbatures (Rires). Mais je prends toujours autant de plaisir de matcher avec Dunkerque. Je suis Dunkerquoise et c’est une vraie fierté de porter les couleurs de mon club. »

louise vanhille

 

Oréane Lechenault (sixième par équipes avec l’Elan Gymnique Rouennais) : « J’étais heureuse de retrouver mon club que je n’avais pas vu depuis longtemps.  J’adore matcher dans mon équipe car il y a toujours une super ambiance. Et en plus cette année, retrouver Sheyen (Petit), c’était le top et ça m’a fait beaucoup de bien car depuis la fermeture du Pôle de Toulon, on ne s’était pas revue. C’était donc génial de se revoir. Stephanie et Paco sont également vraiment super et toujours à l’écoute. Ils savent nous motiver. J’étais contente de retrouver les plateaux de compète car ça commençait à faire long depuis Rio. Cependant, une petite pointe d’appréhension car je ne suis pas encore revenue à mon niveau. Sinon, à part ça, j’étais contente de matcher sur les 4 agrès avec mes copines. J’en tire du positif, j’ai fait une compète sur 4 agrès, avec un nouveau sol qu’il faut encore dompter pour améliorer mes réceptions… Et il y a encore beaucoup de travail pour me remettre à niveau, notamment aux barres car j’ai beaucoup grandi en peu de temps et mes repères sont un peu bouleversés. Moi qui ai toujours voulu grandir, et bien les centimètres ne sont pas faciles à dompter ! »

oréane lechenault barres 2

 

 

Janna Mouffok (quatrième par équipes avec Meaux, équipe tenante du titre) : « Pour moi, ça c’est plutôt bien passé malgré une chute en poutre à la sortie. Je suis contente car j’ai réussi mon mouvement aux barres puis dans l’ensemble, j’ai fait une assez bonne compète même si c’est vrai que ça fait un petit choc de voir les notes avec le nouveau code ! Au niveau de l’équipe, on avait super bien commencé mais on a lâché sur les deux derniers agrès malheureusement. Mais je suis satisfaite car on a rempli l’objectif qui était de terminer dans les quatre premières. »

 

Célia Serber (troisième par équipe avec l’Alliance Dijon) : « Pour une première compétition de l’année, je ne me suis pas sentie très stressée. Et puis il y avait mes coéquipières pour me soutenir. Pour le saut, je n’ai pas vraiment compris pourquoi je n’avais pas sauté (Célia a obtenu 0, NDLR) mais bon après je me suis dit qu’ on était une équipe et que, de toute manière, ça n’aurait pas vraiment pénalisé l’équipe. Bref, je suis quand même très fière de notre équipe et de cette très belle troisième place ! »

Céli serber team dijon
Célia Serber, deuxième en partant de la gauche, entourée de son équipe de Dijon.

 

Juliette Bossu (alignée en individuel dans le cadre du chemin de sélection pour les Championnats d’Europe) : « Pour moi la compétition s’est plutôt bien passée mais c’était très long sachant que je commençais au repos et que je ne passais pas au saut. Je suis passée uniquement sur deux agrès (barres et poutre) à cause d’une douleur au niveau du genou. J’étais assez excitée à l’idée de matcher car cela faisait un bout de temps que je n’avais plus matché en compétition officielle. J’étais un peu anxieuse mais contente. Et je suis ultra heureuse et surtout fière des Stéphanoises ! Elles ont beaucoup travaillé pour ce titre et j’ai partagé leur joie. »

 

Maeva Gene (dixième en équipes avec NR Gym) : « Dans l’ensemble, la compète s’est plutôt bien passée. J’étais hyper stressée parce que, déjà, je ne suis pas entraînée de la semaine car j’étais malade donc j’appréhendais beaucoup. Et puis j’étais stressée car j’avais vraiment envie de réussir mais je savais que ça allait être compliqué sans aucune répétition de la semaine. Pour mon épaule (Maeva avait une gêne à l’épaule, NDLR), j’avais une tendinite mais j’étais allée voir le kiné qui m’a mis une bande de strapping pour soulager la douleur. Malgré la douleur, j’ai essayé de ne pas y penser pour ne pas être focalisée dessus. Notre objectif était d’être dans les dix premières et nous sommes arrivées dixièmes de justesse donc même avec des erreurs, je suis satisfaite du résultat final. Je suis contente pour le maintien en Top 12. Par contre, je suis moins contente pour mes deux chutes même si celle sur le Jeager aux barres que je n’avais pas fait de la semaine n’était pas une grande surprise. Et malheureusement, l’esprit d’équipe n’était pas assez présent dû au manque d’affinités. »

Maeva Gene

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom