Top 12 GAF : A la découverte du Gym Flip Beaucaire-Tarascon, le petit poucet

Chaque année depuis 2014, le Gym Flip Beaucaire-Tarascon a gravi les échelons pour gagner sa place en Top 12. Pour sa première saison dans l’élite, partons à la découverte de ce petit club du Gard de 200 adhérents qui se consacre à la GAF.

En 2014, le Gym Flip Beaucaire-Tarascon évoluait en DN4. Titré, le club parvient ensuite à se qualifier pour la DN2. « Cette année-là, en DN2, on termine quatrième mais l’Alliance Dijon Gym 21 ayant déjà une équipe en Top 12 et en DN1 ne pouvait pas monter. Seules les trois premières équipes pouvaient monter, on a donc profité de la place laissée par Dijon », explique Céline Pitre, la directrice technique. L’an dernier, pour sa première en saison en DN1, le Gym Flip Beaucaire-Tarascon se hisse sur la deuxième marche du podium. Personne ne les attendait là et pourtant, ils l’ont fait. « Il faut dire qu’on a aussi profité des chutes de Juliette Bossu à la poutre. Il faut le reconnaître, sans ces chutes, on ne serait certainement pas monté« , souligne Jean-Michel Pitre, le président du club. « Nous on a raté nos barres et Kingersheim, le club de Juliette, a vendangé la poutre. Juliette a chuté trois ou quatre fois, je ne me souviens plus exactement. A 0,5 point, on est devant et on termine deuxième malgré nos huit chutes sur l’ensemble de la compète », ajoute sa fille, Céline Pitre.

podium DN1 2016
Le podium DN1. PSL Monchat Lyon et Gym Flip Beaucaire-Tarascon évolueront donc en Top 12 le 12 mars prochain. Troisième, Kingersheim évoluera de nouveau en DN1 cette saison.

Cette saison, l’objectif est le suivant pour ce petit club de 200 adhérents : le maintien ! « On n’avait pas projeté de monter si vite en Top 12 donc se maintenir est vraiment notre seul objectif. On ne vise pas une place plus qu’une autre, non on se focalise sur le maintien. Chaque année, on est monté, on n’a pas passé plus d’une année dans la même catégorie et le Top 12 va être une vraie découverte pour nous« , livre la directrice technique.

Mais alors comment le Gym Flip Beaucaire-Tarascon a-t-il fait pour rejoindre le Top 12 si rapidement ? Quelle est sa recette magique ? « A la base, en 2014, j’avais quatre gyms qui avaient un niveau de DN. Mais l’une d’entre-elles étaient diabétique donc il y avait un risque pour les compétitions. On ne savait pas si elle allait pouvoir faire la compète en entier donc c’était compliqué de partir en DN avec seulement ces quatre gyms là. Mais ces filles là avaient vraiment le niveau DN donc ça m’embêtait de les faire matcher en Fédérale. Et lors d’un déplacement en Andorre à l’occasion d’un tournoi, mon père (le président de l’association, NDLR) a fait connaissance avec un entraîneur de Barcelone. Le contact est très bien passé entre eux et ils ont mis en place un échange ce qui nous a permis d’engager deux gyms espagnoles dans notre équipe« , explique Céline Pitre.

Nous sommes vraiment dans un processus d’échanges. Pas d’histoire d’argent avec nos gymnastes étrangères

L’équipe constituée, le Gym Flip Beaucaire-Tarascon pouvait donc évoluer en DN4 pour rejoindre trois saisons plus tard le Top 12. Aujourd’hui, l’équipe a été renforcée par une Ukrainienne. Toujours dans le cadre d’un échange. Pas d’histoire d’argent. « On n’a pas les moyens de toute manière pour les payer. Nous sommes vraiment dans un processus d’échanges avec des gyms qui viennent s’entraîner et matcher pour nous et certaines de nos gyms partent également effectuer des stages là-bas. Un réel suivi est mis en place. Nos échanges ne s’arrêtent pas uniquement au Top 12. Tous les niveaux sont concernés par ce programme d’échange qu’on a mis en place », livre la directrice technique.

Le partenariat avec le centre de Kiev a lui été possible à la suite de la venue en France d’un entraîneur ukrainien, Volodia Romanenko. « Je voulais qu’un entraîneur vienne m’épauler. Je voulais un coach homme et j’ai pris Volodia. Il nous a ensuite mis en relation avec le centre de Kiev. C’est ainsi qu’un nouveau système d’échanges a été mis en place », précise-t-elle.

A Valenciennes, Beaucaire-Tarascon s’apprête donc à découvrir le Top 12. « L’ambiance du Top 12 n’a rien à voir avec les autres ambiances alors peut-être que mes gyms seront un peu stressées. On ne peut pas savoir à l’avance car on ne connaît pas cette compétition. Mais on va faire notre maximum pour être le mieux classé », lance la directrice technique.

Les points forts de cette équipe du Gard sont le sol et le saut. « En ce qui concerne les barres, je ne dirai pas que c’est notre point faible, je dirai juste qu’il faut que ça passe ! Elles ont le contenu mais il y a un risque de chutes et d’erreurs », explique-t-elle. Et d’ajouter : « Et notre point fort est également l’homogénéité de l’équipe. On est bien aussi sur notre quatrième note et c’est souvent ce qui fait la différence car souvent, dans une équipe, la quatrième note peut pêcher. En ce qui nous concerne, notre équipe est homogène, ce sera vraiment une de nos forces. »

Rendez-vous donc le 12 mars prochain à Valenciennes pour le Top 12. Le Gym Flip Beaucaire Tarascon débutera au sol et matchera au premier tour aux côtés de Toulon, Elbeuf et Lyon.

Charlotte Laroche pour Gym and News

3 Commentaires

  1. bien dommage que la ffg n’agisse pas pour éviter cela
    seules les équipes avec des gym GFL devraient pouvoir participer et etre classées
    je suis pour les échanges entres clubs pour des stages ect
    mais les gymnastes NON GFL exemple pour tarascon les espagnoles et ucreainiainne devraient pas être comptées participer a la compétition pourquoi pas (en demonstration) mais pas figurer dans le classement
    c’est en quelque sorte voler la place des clubs qui font l’effort de faire de vraies équipes avec LEURS gymnastes et pas une cuisine qui est néfaste
    ce n’est pas le seul club utiliser cette méthode c’est vraiment désolant

    • C est bien pire que ça quand on a arrive à contistuer 3 équipes de nationales 10 13 ans. Composées de 12 gymnastes et qu’ il y a 12 espagnoles. Ou est la gloire pour le club. Et nos vrai club Francais qui se classe derrière et qui n accède même pas au championnat de France car il y a des clubs de gymnastes espagnoles au beau milieu d un championnat de FRANCE. Je trouve ça dégradant pour la gym Française. Ce club n’est il pas capable de bien former ses gymnastes pour atteindre ce niveau. Une équipe de TOP 12 constituée à 80 voir 90% de gymnastes espagnoles. Une question vos gymnastes Françaises font elles les championnats d Espagne? Ou simplement les espagnoles et autres viennent nous voler nos titres.
      Honte au club.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom