Top 12 GAF : A la découverte de NR Gym

Pour sa deuxième saison en Top 12, NR Gym espère assurer son maintien ce dimanche à Valenciennes. Avec une équipe remaniée, le club de Normandie est un peu comme « le petit poucet dans la cour des grands », explique l’entraîneur Ludivine Lecoq.

NR Gym, c’est un regroupement de trois associations gymniques normandes. Un club dans lequel tous les compétiteurs de Grand Couronne Gymnique, Tempo Gym Elbeuf et RCC Gym Caudebec sont rassemblés, soit 200 licenciés au total. Un regroupement qui existe depuis 2003 et qui a notamment a permis la montée en Top 12 en 2015 après la première place obtenue en DN1, à Saint-Brieuc. Une première dans l’histoire du club.

L’an dernier, à l’occasion de sa première participation en Top 12, NR Gym est parvenu à assurer son maintien malgré une compétition marquée par la blessure, au saut, d’Anastasiia Cheong, l’un de ses atouts phares, alors que le début de la compétition avait bien commencé. « Après la blessure d’Anastassia, c’était plus compliqué pour nous. C’était dommage car on avait bien démarré. Elle est sortie sur civière et les filles ont eu du mal à se remettre dans leur compète. C’était normal, ce n’est jamais facile de voir une de ses coéquipières sortir sur civière », se souvient Ludivine Lecoq, l’entraîneur. « On ne pensait pas se maintenir mais finalement on a réussi. Villenave d’Ornon était monté à la suite du forfait de Saint-Denis de la Réunion et donc on savait que ça allait être difficile pour eux de se maintenir et Elancourt est totalement passé à côté de sa compétition ce qui nous a permis de nous maintenir. Comme on dit, le malheur des uns fait le bonheur des autres », ajoute-t-elle.

FB_IMG_1488886280418
Malgré une douleur à l’épaule, Maeva Gene sera alignée.

A Valenciennes, NR Gym se présente donc avec l’objectif de se maintenir. Sans ambition de place. Mais sait que cela risque d’être difficile avec une équipe remaniée quasiment à 100%. L’équipe, également entraînée par Leszek Oska, sera en revanche de nouveau renforcée par deux Russes. Anastasiia, étant toujours en phase de reprise suite à sa blessure contractée la saison dernière, ne sera pas là. Liliia Akhaimova étant quant à elle aux portes de l’équipe nationale russe, sera également absente. Ce seront donc deux nouvelles gyms, Varvara Batalova et Valeriia Saifulina, toujours issues du club de Saint-Pétersbourg, qui seront alignées. Ludivine Lecoq, l’entraîneur, matchera également. A 29 ans, la jeune femme se remet tout juste d’une blessure à un pouce contractée lors d’une parade. Quant à l’ancienne pensionnaire du Pôle de Meaux, Maeva Gene, elle sera bien là mais légèrement affaiblie en raison d’une douleur à l’épaule. « Rien de bien méchant mais à voir comment ça évolue d’ici la compète », prévient l’entraîneur. L’équipe sera ensuite complétée par deux autres purs produits du club : Sarah Semelagne et Lena Tamion.

« Notre équipe est moins attendue donc on a moins de pression », explique Ludivine Lecoq. Une équipe dont la force réside dans sa cohésion et son esprit de groupe. Son agrès faible ? Le sol. « On a une quatrième note trop faible, regrette l’entraîneur. Mais en poutre et en saut, ça devrait aller. Aux barres, c’est toujours compliqué mais l’an dernier malgré l’absence d’Anastassia qui était sortie sur blessure juste avant, on avait réussi à se maintenir donc on reste tout de même confiant. Il faut y croire. » Un maintien qui, selon l’entraîneur, devrait se jouer entre son équipe, l’ASCM Toulon, Beaucaire-Tarascon et PSL Montchat. Verdict dimanche !

Charlotte Laroche pour Gym and News

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom