Top 12 (finale) : Duel croisé entre Loris Frasca et Kevin Dupuis

1
1627

Ils s’entraînent quotidiennement au même pôle, se connaissent par coeur mais seront adversaires lors de la grande finale du Top 12 qui se déroule ce samedi 27 avril au Kindarena de Rouen. À quelques heures de la compétition, Loris Frasca (Antibes) et Kevin Dupuis (Clamart) se prêtent au jeu de l’interview croisée. Avec une touche d’humour et de second degré.

Gym and News : Loris, Kevin, comment vous sentez-vous ? Prêts pour la finale ? 
Loris Frasca : Tout va bien pour moi, je suis tout le temps en forme ! Prêt à mettre la raclée à Kevin (Rires) !
Kevin Dupuis : Et voilà, ça commence (Rires) ! Moi aussi, je me sens bien. J’ai eu un petit pépin physique au coude mais j’ai pu bien reprendre. Il n’y aura pas de pitié, nous sommes prêts à en découvre avec Antibes… (Rires).
Loris Frasca : Blague à part, on se chambre mais on se respecte beaucoup ! Les deux équipes seront là pour chercher la gagne mais tout en se respectant.
Kevin Dupuis : C’est ça, on est là pour réussir, pour aller chercher le titre, on se chambre un peu mais tout est vraiment fait dans le respect. On se connaît tellement.

Kevin, quelles sont les forces de l’équipe d’Antibes selon toi ?
Kevin Dupuis : C’est leur esprit d’équipe. Ils s’entraînent ensemble donc cela leur permet d’avoir une plus grande sérénité grâce à cet esprit de groupe.

Loris, quelles sont les forces de l’équipe de Clamart selon toi ?
Loris Frasca : Leur expérience. C’est quelque chose qui pourra faire la différence. Cette saison, nous avons une équipe plus jeune, ce sera la première finale pour 4 de nos jeunes donc peut-être que ce manque d’expérience fera qu’ils auront plus de mal à gérer la pression, surtout que le format de compétition augmente la pression. Ce sera à nous, avec Samir (Aït Saïd) et Kévin (Antoniotti), de les déstresser et de les mettre en confiance.

Kevin, quelles sont les forces et les faiblesses de ton équipe de Clamart ?
Kevin Dupuis : Cette année, nous avons réussi à faire preuve de stabilité. On a fait des erreurs mais on a appris de ces erreurs. Et puis on se connaît de mieux en mieux donc c’est quelque chose d’important. Killian (Mermet) et Antoine (Pochon) sont également en très bonne forme et ont beaucoup progressé, ce sera la force de notre équipe. Quant à nos faiblesses, je dirai que c’est notre collectif qui est marqué par les blessures. En raison de mon coude, je ne suis pas sûr de pouvoir passer sur les 6 agrès, on a perdu Jim (Zona) qui vient de se faire opérer du genou, Axel (Augis) qui s’est fait opérer de l’épaule en début de saison et qui reprend tout juste l’entraînement, et puis on vient d’apprendre que notre étranger, Ahmet Onder, ne pourra pas être là pour la finale. Tout cela fait que nous ne sommes pas au meilleur de notre forme mais on ne baisse pas les bras. On sera là pour se faire plaisir et on sera là conquérants, comme d’habitude ! Chaque équipe a ses forces et ses faiblesses, la lutte s’annonce acharnée.

Loris, quelles sont les forces et les faiblesses de ton équipe d’Antibes ?
Loris Frasca : Notre faiblesse est notre manque d’expérience. Avec la pression, on ne sait pas comment les plus jeunes vont la gérer. Ils peuvent peut-être craquer. Notre force est le fait qu’on se connaisse par coeur. On sait quand il faut s’encourager, quand il faut rester en retrait, on sait les paroles qu’il faut dire selon le moment.

Qu’est-ce qui vous plaît dans cette nouvelle formule du Top 12 ? 
Loris Frasca : C’est une compétition basée sur la stratégie et avec les duels, ça change de la routine des compétitions.
Kevin Dupuis : C’est vrai que c’est une compétition vraiment particulière. On est tout seul devant tout le monde. Tous les yeux sont rivés sur toi et au moment du duel, il faut tout donner. Surtout si celui qui est passé avant toi a sorti un gros mouvement, ça te met encore plus la pression mais c’est ça qu’on aime ! Et puis en finale, c’est le moment où il faut tout donner. Le niveau va être relevé, on sait qu’il faut faire le taffe. Il y a un gros enjeu, on est prêts !
Loris Frasca : C’est ça ! On est en finale, il n’y a plus de questions à se poser ! Il faut y aller et tout donner !

Quel est le duel qui vous a marqué depuis le début de la saison ?
Loris Frasca : C’était contre Vallauris, mon duel au saut contre Léo (Saladino). Il m’a mis une bonne grosse pression en pilant son saut. J’étais pas totalement serein au moment de passer. Mais derrière, j’ai assuré et j’ai également pilé mon saut. C’est vraiment un duel qui m’a marqué.
Kevin Dupuis : C’était contre Monaco, au sol. Ça faisait un moment que je n’avais pas ressenti tant de sérénité, ça faisait plaisir et c’était vraiment bon ! C’est un duel qui m’a marqué.

Avez-vous un duel qui vous a marqué de manière plus négative ? 
Kevin Dupuis : C’était contre Monaco toujours mais au match retour. En fixe, j’ai complètement foiré. Je suis complètement passé à côté (Rires). C’était la cata ce passage.
Loris Frasca : Un peu le même souvenir que Kevin mais face à Franconville. En demi-finale, j’ai aussi complètement raté ma fixe. Je n’ai pas fait de sortie, comme Kevin ! C’est un agrès qu’on n’aime pas tous les deux et on est complètement passé à côté. C’est drôle car on a le même souvenir.

À quelques heures de la finale, qu’est-ce que vous aimeriez vous dire ? 
Kevin Dupuis : Que le meilleur gagne ! L’essentiel est de se faire plaisir, tous ensemble. Même si on est deux équipes, adversaires, on reste un groupe. On est un collectif. Donc vraiment que le meilleur gagne.
Loris Frasca : Kevin a tout dit ! Que le meilleur gagne.

Propos recueillis par Charlotte Laroche 

1 COMMENTAIRE

Répondre à frasca dominique Annuler la réponse

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom