Sainté Gym Show : restitution d’une soirée riche en émotions

0
1960

Samedi 1er décembre 2018, le pôle France de gymnastique de Saint-Étienne organisait son 1er « Sainté Gym Show ». Deux spectateurs nous racontent cette soirée exceptionnelle et nous livrent leurs impressions.

« La soirée affiche complet mais, bien avant l’ouverture des portes, la file d’attente s’étend longuement devant la salle Seraph Berland de Saint-Etienne. Les spectateurs et spectatrices trépignent pour admirer les petites pépites de la gymnastique française qui se forment ici depuis des années. Un signe du prestige grandissant de la GAF française qui brille sur le plan international ces dernières années, entre autres grâce à Lorette Charpy, Mélanie de Jesus dos Santos, Louise Vanhille et Juliette Bossu. Quatre piliers de l’équipe de France qui s’entraînent quotidiennement au pôle stéphanois.

Pour le lancement, un montage vidéo promet un spectacle flamboyant en reprenant une scène du film musical « The Greatest Showman », puis surgit Éric Hagard dans un éclatant costume de Monsieur Loyal pour présenter le spectacle avec une joie non dissimulée. Les seniors nous offrent alors un premier numéro tout en poésie, avec masques blancs et tenues noires. La soirée est régulièrement rythmée par ces passages chorégraphiés par Monique Hagard, entraîneure au pôle. Rendant souvent hommage à l’apport de la danse pour l’aspect artistique de la gymnastique, ces différentes évolutions au sol ne délaissent pas les aspects purement acrobatiques, avec des figures variées qui permettent au public d’apprécier le talent et les progrès incessants des pensionnaires du pôle, qu’elles soient avenirs, espoirs, juniors ou seniors.

Les autres agrès fournissent aussi leur lot de moments spectaculaires et permettent d’appréhender avec appétit le futur de la gym française. Du côté des avenirs et espoirs, Maëlys, Nayana et Lilou V. présentent un trio aux barres asymétriques très bien exécuté et très prometteur. Au saut, Aline réalise une lune vrille et demie, alors qu’Alizée exécute un splendide yurchenko double vrille, et que Lilou B. accomplit également un saut en avant et un saut en arrière, indiquant qu’elle visera prochainement des finales internationales sur cet agrès.

Aux barres, un concours de lâchers entre deux équipes – malicieusement baptisées « Les Blondies » et « Les Black Tigers » d’après les chevelures des participantes – permet de montrer du grand spectacle, bien plus enthousiasmant que les plus traditionnels concours de sorties pilées ! Éric, en maître de cérémonie, continue de mettre de l’ambiance en mélangeant des superlatifs enflammés et des commentaires explicatifs. Les filles jouent aussi à fond la carte de la compétition bon enfant, réclamant des encouragements et affichant de larges sourires, tout en proposant des successions impressionnantes de lâchers.

En guise de transitions, de régulières vidéos de « flashbacks » reviennent sur les grands moments des gymnastes du pôle durant les saisons 2017 et 2018. Les choix ne sont pas toujours compréhensibles (comme l’importance accordée à l’American Cup alors que les derniers mondiaux de Doha sont à peine évoqués par Éric Hagard !) mais l’émotion trouve son chemin ça et là, notamment lors du rappel des historiques championnats d’Europe de Glasgow.

Souvent, ce sont les chorographies au sol qui reviennent animer la soirée, mettant quelquefois en scène Monique Hagard elle-même, notamment dans un magnifique duo avec Grâce, très touchant. Un très beau moment qui met en valeur tout le potentiel artistique de la cadette des Charpy. De même, la chorégraphie collégiale avec Monique en maîtresse de cérémonie (dérobant au passage le chapeau haut-de-forme d’Éric) remet de la dynamique pour entraîner le public.

Puis c’est une surprise de taille qui attendait les spectateurs puisque Marine Boyer et Coline Devillard, pensionnaires de l’INSEP, ont fait le déplacement jusqu’à Saint-Étienne. L’équipe de France est ainsi au complet pour une petite danse, et Marine réalise également une petite prestation à la poutre.

Enfin, arrive le moment le plus bouleversant. Louise, portant une longue robe noire, s’avance au côté de Marie-Angéline Colson, son entraîneure et complice pendant près de 10 ans. Un montage propose en parallèle leurs aventures olympiques respectives, puis Éric Hagard invite Louise à s’asseoir sur un fauteuil à l’angle du praticable. À son grand étonnement, l’ensemble des filles du pôle viennent l’entourer, et Mélanie et Juliette s’installent sur les accoudoirs. Tous les yeux se tournent alors vers les sœurs Serena, Grâce et Lorette Charpy, qui livrent un touchant trio sur « Ne me quitte pas » de Jacques Brel. À la fin du numéro, tout le monde a déjà compris que Louise, émue aux larmes, va quitter le pôle. La plus ancienne pensionnaire actuelle prend malgré tout le micro pour confirmer qu’une page va se tourner, et annoncer que la fin de sa carrière gymnique ouvre un nouveau chapitre de sa vie puisqu’elle va rejoindre le prestigieux Cirque du soleil. La boucle est bouclée, l’introduction de la soirée prend tout son sens, et Louise s’empare du chapeau et de la canne de Monsieur Loyal pour emmener une danse collective et endiablée à travers toute la salle – le « grand charivari » selon les mots d’Eric Hagard. Un beau moment de partage.

C’est ainsi que se termine la première édition du Sainté Gym Show. En attendant la suite… The show must go on ! »

Aurélie et Raphaël

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom