Nouveau système de qualification olympique : décryptage

0
3318

Revu en profondeur après les Jeux de Rio, le système de qualification olympique a évolué. Désormais, en plus de l’équipe, une nation peut envoyer jusqu’à quatre gyms supplémentaires (2 masculins et 2 féminines). Au total, et en cas de qualification par équipes, la France pourrait donc être représentée à Tokyo par 12 gyms (6 masculins et 6 féminines). Alors comment fonctionne ce nouveau système et quelles sont les différentes possibilités de qualifications pour les Jeux de Tokyo ? Explications.

Premier grand changement, le format de compétition et la taille des équipes. Aussi bien côté masculin que côté féminin, désormais, les équipes ne seront plus composées de 5 gyms mais uniquement de 4 gyms avec un format en 4/4/3 (4 gyms dans l’équipe / 4 gyms qui passent à l’agrès et 3 notes qui comptent).

Si le format de compétition a changé, les étapes-clés ont également été entièrement revues avec plusieurs possibilités de qualification qui s’offrent aux différentes nations. Les qualifications débuteront dès les championnats du monde de Doha qui se dérouleront du 25 octobre au 3 novembre prochain avec les 3 premières équipes GAM et GAF qui décrocheront automatiquement leur ticket pour Tokyo. Ensuite, il restera encore 9 places par équipes à décrocher. Ces 9 places se joueront lors des Championnats du monde de Stuttgart, en 2019. Au total, ce seront 12 places par équipes qui seront en jeu (3 à Doha, 9 à Stuttgart). Autre nouveauté, il n’y a donc plus de Test Event. C’est également la première fois que les qualifications olympiques débutent 2 ans avant le début de la compétition !

D’autres tickets individuels sont également en jeu lors des Mondiaux de Stuttgart en fonction du classement au concours général : 12 places chez les hommes et 20 places chez les femmes seront attribuées. Par ailleurs, les trois meilleurs de chaque finale par agrès, dont l’équipe n’aura pas réussi à se qualifier, décrocheront également un ticket pour les JO (12 GAF – 18 GAM avec un maximum de 3 gyms par pays).

Les spécialistes auront une autre option de qualification, via les étapes de Coupe du monde. Les résultats seront pris en compte entre novembre 2018 et mars 2020. Mais attention, ce système concerne uniquement les gymnastes qui n’auront pas participé à la qualification de leur équipe. La qualification en individuel sera alors basée sur le cumul de points obtenus lors des différentes étapes de coupe du monde.

Par exemple, Samir Aït Saïd, non retenu pour Doha, pourrait prétendre à ce système de qualification s’il n’est pas non plus retenu dans l’équipe alignée à Stuttgart, en 2019, et si, au cumul de points, il se classe parmi les meilleurs aux anneaux, son agrès de spécialité. En cas de qualifications, il pourrait alors disputer les Jeux de Tokyo en individuel et, même s’il se qualifie grâce aux anneaux, il pourrait évoluer, à Tokyo, sur autant d’agrès qu’il le souhaite mais ne pourra faire partie de l’équipe olympique. Il matchera en individuel. En revanche, s’il fait partie de l’équipe aux Mondiaux de Stuttgart, en 2019, il ne pourrait plus prétendre à ce système de qualification en individuel.

Toujours via les étapes de coupes du monde, mais en concours général cette fois-ci, les nations peuvent également aller chercher une dernière place individuelle, à condition de terminer parmi les 3 premiers à l’issue des 4 étapes qui se seront déroulées en 2020.

Enfin, les championnats continentaux, qui se dérouleront au printemps 2020, seront l’ultime chance de qualification en individuel avec deux places en jeu pour l’Afrique, l’Amérique, l’Europe et l’Asie, et une place pour l’Océanie.

Le système de qualification en individuel demeure assez complexe avec des tickets nominatifs ou pour le pays. En effet, seuls les gymnastes qui n’auront pas participé à la qualification de leur équipe sont éligibles, à titre nominatif, pour gagner une place olympique par le biais des étapes de coupe du monde en individuel par appareil ou via les championnats continentaux. En revanche, les gymnastes ayant participé à la qualification de leur équipe mais dont l’équipe n’aura pas réussi à se qualifier pour les Jeux, sont éligibles pour gagner une place supplémentaire pour leur pays et non pas de manière nominative par le biais des étapes de Coupe du monde en concours général. Dans ce cas-là, le pays peut alors choisir d’envoyer un gymnaste différent sur les différentes étapes de coupe du monde.

Au total, 98 masculins et 98 féminines seront présents à Tokyo avec de nombreuses possibilités de qualification. Si l’équipe réussit à se qualifier, chaque nation pourra aussi envoyer jusqu’à 2 masculins et 2 féminines en individuel. Quant aux nations dont l’équipe n’aura pas passé le stade des qualifications, elles pourront alors envoyer jusqu’à 7 masculins et 7 féminines (sous réserve de qualification en individuel).

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom