Mélanie De Jesus Dos Santos : une petite pépite argentée

1
789

Elle a créé la sensation le 21 avril dernier en décrochant une médaille de bronze au concours général aux championnats d’Europe de Cluj. Particulièrement talentueuse et travailleuse acharnée, Mélanie De Jesus Dos Santos s’apprête à s’envoler pour le Canada pour disputer ses premiers championnats du monde. Ce week-end, elle a disputé une étape de Coupe du monde, à Paris, qui lui a permis de gagner en expérience, de compléter son palmarès en décrochant une médaille d’argent aux barres asymétriques et également de prouver une nouvelle fois qu’elle est incontestablement l’une des meilleures gymnastes Françaises à l’heure actuelle.

———————————————————————————————————————-

Dimanche 17 septembre, à Paris, quartier de Bercy. Le regard concentré et le visage fermé, Mélanie De Jesus Dos Santos s’apprête à débuter sa finale aux barres asymétriques. Médaillée potentielle, elle a un coup à jouer sur cet agrès. Très exigeante avec elle-même, la pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne, âgée de 17 ans, est une vraie perfectionniste et se ferme avant chaque passage à l’agrès. Elle est dans sa bulle. Certains pourraient prendre cela pour une certaine froideur mais non, Mélanie est une vraie gentille, à la recherche de la perfection. Un trait de caractère qui lui permet d’ailleurs d’en être là aujourd’hui.

Dimanche, aux côtés de son entraîneur, Eric Hagard, qui la connaît par coeur, elle est prête. Dans un AccorHotel Arena plein à craquer et devant un public qui scande son nom, elle s’élance. Les lâchers se succèdent, sans chute. Tout se passe pour le mieux. « Avant ma finale, je me sentais un peu stressée mais moins que d’habitude. Une fois mon mouvement terminé, j’étais contente et soulagée d’avoir réussi« , confie la Martiniquaise. La note sort et elle découvre alors sur le tableau d’affichage, devant un public euphorique, qu’elle est première. Le soulagement s’intensifie… Mais rien n’est encore joué car il reste encore six gyms à passer. Dont la championne d’Europe Nina Derwael. La Belge sera la seule qui lui passera devant. Elle termine donc deuxième et décroche ainsi une belle médaille d’argent.

Alignée également en finale poutre et sol, Mélanie ne parviendra pas à se hisser une nouvelle fois sur le podium. En poutre, la pression était d’ailleurs montée d’un cran. « Ces derniers temps, j’avais un peu de mal sur cet agrès donc cette finale est celle qui m’a le plus stressée« , analyse-t-elle. Elle termine quatrième. Au sol, plusieurs erreurs la feront glisser en queue de classement. « La finale sol est la finale dont je suis la plus déçue« , lance-t-elle. Mais qu’à cela ne tienne, Mélanie rentre de Paris avec une très belle médaille d’argent décrochée aux barres et surtout une bonne dose d’expérience en plus. Une compétition qu’elle qualifie d’ « exceptionnelle ». « Il y avait une ambiance de folie ! C’est la première fois que je participe à une compétition avec autant d’ambiance. Tout cela ne m’a pas stressée, au contraire, ça m’a bien aidée », sourit-elle.

Mélanie et Eric

Sur ces Internationaux, Mélanie s’est donc faite plaisir et a pu se servir de ce rendez-vous international comme préparation à quelques jours des Mondiaux. Une excellente préparation en conditions réelles. « Même si je prenais très au sérieux cette étape de coupe du monde, mon objectif premier était d’utiliser cette compétition comme une préparation aux Mondiaux. Et puis, mon objectif était aussi de refaire mon complet au sol avec mon double tendu« , explique-t-elle. Un double tendu qui a su séduire tous les fans de gymnastique. Talentueuse, la médaillée européenne a les capacités pour faire de très belles choses. Lourdement blessée au genou en 2015 lors du Festival Olympique de la Jeunesse Européenne à la suite d’une mauvaise réception sur un yurchenko double vrilles qui a entraîné une lourde blessure au genou, Mélanie a su revenir. Elle a su revenir plus forte et encore plus déterminée qu’avant. Une vraie force qui lui permet de faire partie des meilleures en France, en Europe et peut-être même bientôt au monde.

De cette compétition à Bercy, elle retient beaucoup de positif mais sait qu’il y a encore du travail. Car elle est ainsi. Perfectionniste. Et c’est ce qui lui permet de devenir toujours plus forte. « Malgré mes erreurs, je tire de ces Internationaux un bilan positif. Je suis assez contente« , conclut-elle. Désormais, elle se concentre sur sa prochaine échéance, à Montréal. Des championnats du monde qu’elle attend avec impatience. Et qui sait, elle rentrera peut-être dans l’histoire de la gymnastique en remportant une médaille sur le sol canadien ? C’est tout le bonheur qu’on peut souhaiter à cette jeune gymnaste, pleine de peps, et surtout bourrée de talent… Un diamant à l’état brut.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News

Revivez son mouvement aux barres :

Son mouvement à la poutre :

Son mouvement au sol :

 

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom