L’USPGSA à l’heure du confinement

[HISTOIRE DE CONFINEMENT – ÉPISODE 11] Le confinement paralyse le pays et le monde sportif depuis bientôt 2 mois. Un coup dur pour les clubs également qui ont dû gérer cette situation inédite en un temps record. Comment ont-ils réussi à s’organiser ? Quels sont les impacts financiers ? Eléments de réponse avec les membres du bureau du club de l’USPGSA, situé sur la ville du Port, sur l’Île de la Réunion. Un club de 500 adhérents co-présidé par Yolande Cassam-Chenaï et Céline Enjary, qui a notamment vu émerger plusieurs gymnastes qui s’entraînent désormais en structure de haut-niveau dont Quentin Bègue, Pierre Cassam-Chenaï, Jean Enzo Cavane et Rosane Dubard-Berby.

Gym and News : Comment avez-vous géré la fermeture du club et les compétitions annulées ?
Le club est fermé depuis l’annonce de l’arrêt des activités par la FFGym. Nous avons été prévenus par courrier relayé par notre comité régional. Une partie des compétitions a pu avoir lieu (Championnat régional qualificatif pour les France pour les catégories Nationale et fédérale individuel). L’autre partie prévue au mois d’avril a été annulée et bien sûr les championnats de France qui restent la finalité du projet d’un gymnaste dans la filière performance avec des possibilités de stages et rencontres nationales qui ne peuvent pas se réaliser. Depuis le début de l’année nous avons dû faire face aux fermetures du gymnase occasionnées par les grèves contre les réformes sur la retraite et proposer des solutions de rechange pour la continuité sportive dans la mesure du possible mais l’arrivée de ce virus est un vrai coup d’arrêt sur la montée en charge des entraînements et des compétitions !

Comment vous organisez-vous ?
Le télétravail ne pouvant pas se faire dans notre secteur d’activités, il a fallu trouver d’autres supports pour garder le lien avec nos adhérents et du point de vue administratif, des réunions en visioconférence permettent de faire le point sur des ordres du jour définis.

Qu’est ce qui a été mis en place pendant le confinement ?
Pendant le confinement des supports visuels de préparation physique ont été élaborés par nos entraîneurs et les vidéos de la FFGym postées sur notre page Facebook régulièrement et qui touchent un plus large public.

Si le déconfinement est confirmé pour le 11 mai, la gym reprendra-t-elle en mai ou la saison prochaine ?
Nous suivrons les directives de la FFGym pour la reprise des activités et celles de notre mairie, propriétaire des murs.

Quel impact financier le confinement va-t-il avoir sur le club ? Le met-il en danger ? Va-t-il y avoir un remboursement des licences au prorata ?
Notre plus gros flux d’adhérents se passent entre septembre et décembre avec un apport financier en termes de cotisations licences. Nous avons à ce moment-là une idée plus juste de notre budget prévisionnel qui repose essentiellement sur le nombre d’adhérents et des subventions mairie/ PSF/ conseil départemental. Nous avons des salariés et des sorties financières inhérentes aux salaires et aux charges comme une entreprise. Nous ne pouvons pas rembourser les licences (40 euros) pour la simple raison qu’elle a été reversée au comité régional et la fédération. Si nous remboursons les cotisations et même au prorata nous n’aurons plus les moyens de payer nos salariés et nos charges… Nous sommes une association qui n’a pas de rentrée d’argent régulière comme une entreprise dans les meilleurs des cas. Mais nous sommes en réflexion sur des solutions permettant à nos gyms de » compenser » la perte d’activité (stages gratuits, reprise anticipée…)

Comment envisagez-vous la saison prochaine ?
Nous travaillons sur la préparation de la rentrée. Nous espérons que cette situation n’aura pas d’impact sur l’adhésion de nos adhérents actuels et des futurs. Mais d’ores et déjà certains projets ont été revus comme le gala de notre club qui fête ses 40 ans cette année.

La parole est aux entraîneurs…

Patrice Casimir, entraîneur performance GAM
« En ce qui concerne le suivi des gymnastes, je n’ai rien prévu en particulier. Je les ai appelés au début du confinement, je leur ai donné un petit programme pour qu’ils s’entretiennent physiquement mais avec tous les programmes qu’il y a sur internet je pense que les gyms peuvent s’entretenir correctement. L’arrêt des entraînements, je trouve cela dommage, par rapport aux compétitions en particulier pour les championnats de France même cela reste une étape pas une fin. L’arrêt des entraînements ralentit les gymnastes pour la technique, mais ça peut faire du bien aux gymnastes qui sont blessés, ou qui ont des petits bobos. Ça permet aussi aux muscles de se régénérer. Avec le confinement les blessures vont pouvoir disparaître au fur et à mesure, c’est un des seuls points positifs. Dès que la Fédération donnera son feu vert pour la reprise des activités en collectivité, je compte reprendre la préparation physique, les éléments avec l’espoir de pouvoir reprendre en mai pour pouvoir revenir au niveau que ces GAM avaient avant le confinement. »

Céline Boucharin, entraîneur GAF
« Certaines de nos gyms sont connectées mais pas toutes. Nous leur avons demandé d’effectuer les routines de prépa physique longues habituelles, de les entretenir plusieurs fois par semaine ainsi que les exercices de souplesse et d’alignement. Le principal étant de s’appuyer sur des exercices qu’elles connaissent bien afin qu’ils soient fait le mieux possible, et qu’elles soient régulières. Mon collègue rajoute également des exercices vidéo quotidiennement en se filmant. Les filles se font filmer par leurs parents et postent leurs vidéos. Cela leur permet de garder le contact, de se voir… C’est important durant cette période difficile. Des défis sont lancés parfois sur des ATR ou de la chorégraphie en reproduisant des danses.
Il y a beaucoup d’inquiétude face à ce virus et une réflexion profonde face au respect des règles sanitaires est nécessaire. Nous devons réfléchir, nous organiser et sans doute se réinventer. Tout cela se prépare. L’arrêt fut brutal car nous n’avions pas encore de cas sur l’Ile 5 jours avant le confinement. Une semaine avant, nous avons effectué notre compétition régionale individuelle qualificative pour les championnats de France en métropole. Nous avons eu de très bons résultats en GAF en remportant plusieurs catégories et de bons totaux de points. 100 % de notre effectif aurait dû se déplacer je pense sur ces finales nationales, alors c’est un gros coup dur pour nos Réunionnaises de ne pas pouvoir réaliser ce voyage et ces compétitions tant attendues. Maintenant pour la santé de tous c’était nécessaire et quand nous voyons l’ampleur aujourd’hui… Nous traversons une crise sanitaire sans précédent… tout est à l’arrêt alors nous devons être patients.
Je pense que nous ne pouvons pas réfléchir comme à notre habitude, préparer notre planning, nos entraînements et nos planifications habituels. Il faut réfléchir à une réorganisation, à la mise en place des gestes barrières et de distanciation qui me semblent très très compliquée dans un gymnase avec du matériel gymnique que chaque gymnaste touche à tour de rôle. On ne pourra pas, je pense, en 2021 faire la même gymnastique. Ne plus manipuler des gymnastes qui auront été à l’arrêt pendant plusieurs mois va compliquer forcément la reprise physique de chacune. Alors les objectifs je pense pour l’instant ne vont pas être en terme de résultats mais surtout axée sur l’accueil de nos adhérents en toute sécurité et réfléchir à une potentielle baisse du nombre de licenciés et y faire face afin de maintenir les salariés. Le premier objectif sera de faire tenir l’association… face à cette crise. »

Propos recueillis par Mary-Lou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom