Louise Vanhille, la revenante

1
985

Peu épargnée par les blessures ces deux dernières années, Louise Vanhille revient de loin. Vice-championne de France en titre au sol, la pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne, âgée de 17 ans, fait partie des cinq féminines sélectionnées pour représenter la France aux Jeux Olympiques de Rio. Portrait découverte.

A-t-elle un jour baissé les bras ? Certainement pas car ce n’est pas dans son tempérament. Blessée aux deux chevilles en décembre dernier, à quelques mois seulement des Jeux Olympiques, Louise Vanhille n’a jamais cessé de croire en ses rêves. Ce rêve qu’elle briguait depuis si longtemps : participer aux Jeux Olympiques. Mais malgré ses chevilles en vrac, la Nordiste est revenue. A temps.

Louise a débuté la gym à l’âge de 8 ans, à l’UMRO, à Dunkerque. Montrant rapidement de très bonnes dispositions, elle finit par intégrer le Pôle Espoir de Meaux après avoir été détectée lors d’un stage d’été. Elle n’a alors que 10 ans. « Au retour de ce stage, Louise nous a dit qu’on lui proposait d’intégrer le Pôle de Meaux. On s’est tous mis autour d’une table, on en a discuté et on lui a dit que si elle voulait voir comment ça se passait là-bas, il fallait qu’elle essaie. On lui a également dit que si ça n’allait pas, elle pouvait revenir quand elle le voudrait. On lui a vraiment dit de ne pas se poser de questions », livre Karine Vanhille, sa maman. A Meaux, elle y restera deux ans puis elle posera ensuite ses valises à Saint-Etienne, encore un plus loin du domicile familial. « C’était très dur en tant que maman de la voir partir si jeune de la maison. C’était un sacrifice pour nous mais on a toujours fait au mieux pour l’accompagner. C’était son rêve, on l’a toujours respectée, encouragée« , ajoute-t-elle.

Louise Vanhille potrait

Depuis son entrée au Pôle de Saint-Etienne, Louise Vanhille n’a cessé de progresser. Les coups durs ne l’auront jamais mise à terre. Au contraire. Ils l’auront rendue plus forte. Plus déterminée. Blessée une première fois au coude, en 2014, elle réussit à revenir décrochant même un titre de vice-championne de France au sol et au concours général en 2015, à Rouen. Quelques mois après, elle participe aux championnats du monde de Glasgow, étape essentielle en vue d’une qualification olympique. « Louise est une vraie battante. Elle a la gagne et a toujours le sourire. Toujours. C’est une de ses forces« , précise Morgane Detrez, une de ses anciennes coéquipières au Pôle de Saint-Etienne. Une force de caractère qui lui permet donc d’être prête quand il le faut.

Mais après ce retour fracassant, en 2015, son ascension est malheureusement une nouvelle fois freinée par une nouvelle blessure. Après une mauvaise réception au sol, en décembre dernier, elle se blesse aux deux chevilles. « Au mois de janvier, c’était assez dur pour elle. Je pense qu’à ce moment-là, elle a sans doute cru qu’elle ne serait pas prête pour participer au Test Event. Mais en ce qui concerne les Jeux, elle n’a jamais cessé d’y croire », livre Morgane Detrez. Si un temps, elle a douté, Louise Vanhille sera finalement du voyage au Brésil pour le Test Event et aidera donc la France à décrocher son ticket olympique pour le mois d’août. Une remontée extraordinaire, déconcertante, impressionnante pour celle qui ne pouvait plus marcher quelques mois plus tôt. « Louise n’a jamais abandonné, n’a jamais baissé les bras. Elle a toujours cru en elle même si c’était difficile. Elle a vraiment un mental d’acier« , ajoute Morgane Detrez. « Un mental d’acier » que vante également la mère de la jeune gymnaste de 17 ans. « Louise est vraiment mature pour son âge. Quand elle a décidé quelque chose, elle va tout faire pour l’obtenir. Elle est plus que persévérante« , commente-t-elle.

Louise vanhille 5

Préservée lors des derniers championnats d’Europe en raison de douleurs au dos, la pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne, scolarisée en Terminale ES, revient encore un peu plus forte aux championnats de France de Mulhouse, en juin dernier. La dernière compétition à ne pas rater pour espérer être du voyage à Rio. Elle y décroche une médaille d’argent au sol et une de bronze aux barres asymétriques, son agrès fort. Une performance qui lui vaut d’être sélectionnée pour les Jeux Olympiques quelques jours après. « J’étais au téléphone avec elle lorsqu’elle a appris sa sélection. Je me suis dit  »waouh, elle a réussi ». Elle s’était fixée un sacré challenge et elle a réussi. J’étais bluffée« , livre Karine, sa maman.

A Rio, Louise Vanhille tentera d’aider la France, dès ce dimanche 7 août, à décrocher une place en finale par équipes. Après ces Jeux, elle rentrera en France pour préparer et passer ses épreuves du bac qu’elle passera en septembre. Mais pour l’heure, la Nordiste qui affiche toujours un large sourire et qui « est toujours là pour les autres », comme le confie Morgane Detrez, profite de tous les instants au Brésil. Revenue de loin, Louise la persévérante est bel et bien là !

Charlotte Laroche pour Gym and News


pub

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom