L’interview décalée de Lorette Charpy : « Je n’avais peur de rien »

2
1448

Médaillée de bronze aux barres asymétriques lors des derniers championnats d’Europe junior et championne de France en titre au général, en junior toujours, lors des championnats de France de Mulhouse, Lorette Charpy ne cesse de monter en puissance devenant ainsi la meilleure junior française du moment. Pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne aux côtés de sa grande soeur, Grâce, la lycéenne de 15 ans qui entre en Première S à la rentrée a accepté de jouer le jeu de l’interview décalée. L’occasion de la découvrir autrement.

Gym and News : Lorette, comment se sont passées tes vacances ?
Lorette Charpy :
J’ai profité de chez moi comme je n’y suis pas souvent puis nous sommes partis une semaine en Grèce, en famille.

Pourquoi et quand as-tu démarré la gym ?
J’ai commencé la gym surtout parce que j’ai suivi mes sœurs et après ça m’a plu donc j’ai continué ! J’ai commencé très petite, vers l’âge de deux ans. Je m’entraînais seule pendant que Séréna et Grâce s’entraînaient. Je n’avais peur de rien. Quand elles faisaient un élément, j’essayais et je ne m’arrêtais pas jusqu’à ce que je réussisse (même si la technique n’était pas encore au rendez-vous).

Si tu n’avais pas fait de gym, qu’aurais-tu fait à ton avis ?Je faisais plusieurs sports mais c’était  le judo et la danse (contemporaine, hip-hop) que je préférais.

Lorette Charpy Barres

Tu as disputé tes premiers championnats d’Europe en juin dernier, comment les as-tu vécus ?J’ai adoré cette expérience, voir les meilleures gymnastes d’Europe, ça donne envie… L’excitation était là, l’adrénaline aussi quand on montait sur le plateau, c’était génial ! Je n’étais pas trop stressée sauf pour la finale du concours général où là ce n’était pas du stress mais je n’étais pas trop rassurée. Je ne sais pas exactement ce qu’il s’est passé. Sinon, l’ambiance dans le groupe était géniale. Cette expérience m’aura appris de nombreuses choses. Quant à ma médaille, c’était pour moi la clôture de ces championnats d’Europe (même si après les barres, il y avait encore la poutre). La médaille m’a beaucoup rassurée. Pour la finale poutre, cela s’est joué à 0,008 points. Lorsque j’ai vu la Russe passer, je savais que je serai 4eme car elle a été parfaite. J’aime bien cette gymnaste et j’étais heureuse qu’elle termine 1ère car d’une part elle le méritait, d’autre part, elle avait raté son concours général. Pour moi, c’était la favorite. Aussi, après le concours général, avec Nastya (Anastasia Ilyankova), nous avons été contrôlée à l’anti-dopage. Nous nous sommes retrouvées dans la même salle. Elle était accompagnée de la kiné russe et moi d’Emilie (Le Pennec). Il n’y avait pas un seul bruit et nous étions toutes les deux tristes. Je suis venue vers elle et lui ai fais un câlin. Puis, nous nous sommes souries. Nous étions très heureuses de partager le même podium le dimanche. Cependant, j’étais très déçue de ne pas partager cette expérience avec Grâce qui était remplaçante mais qui, finalement, n’a pas été choisie après le forfait de Louise… Ma médaille, c’est notre médaille.

On t’a vue très proche d’Emilie Le Pennec, la kiné de l’équipe, pendant ces championnats d’Europe également ?
Oui, elle est super gentille. Puis ce qui est bien, c’est que l’on pouvait parler de gym avec elle. Elle nous comprenait car elle a vécu avant nous ce type d’expérience. Et bien-sûr, c’est aussi une très bonne kiné.

Lorette Charpy Emilie Le Pennec Europe
Lorette Charpy et Emilie Le Pennec lors des championnats d’Europe de Bern, en mai dernier. Photo Anh-Viet Chau

Quelle est ta principale qualité ?Ma détermination et mon mauvais caractère (pour moi c’est une qualité mais pas pour tout le monde (Rires).

Ton principal défaut ?
Je m’énerve très vite ! Je ne supporte pas les échecs.

Un petit défaut inavouable ?
En grandissant, je deviens timide en public.

La gym avec qui tu te sens la plus proche ? Sans compter mes sœurs, je dirais Alix Scandella au Pôle et Morgane Detrez qui est maintenant en sport-étude. Mais je m’entends bien avec tout le monde.

Quelle est la gym qui te fascine ?
J’en ai beaucoup : Viktoria Komova, Aly Raisman, Catalina Ponor, Aliya Musafina. Mais Komova reste quand même ma préférée.

Une gym que tu ne vois pas souvent et que tu aimerais voir plus souvent ? Coline Devillard et Janna Mouffok.

Un objet indispensable ?
Mon porte-bonheur. C’est un cadeau d’Egypte offert par mon premier entraîneur au Pôle, Muriel Cavallero.

Pas trop difficile d’être au sein d’une famille où les trois filles font de la gym ? Vous devez tout le temps parler de gym ?
Non au contraire, c’est un avantage car on s’entraide. Par exemple, en finale poutre et sol aux championnats de France de Mulhouse, avec Grâce, on a mis le même justo pour montrer notre solidarité. On aime beaucoup être dans la même équipe toutes les trois, surtout quand on monte sur le podium (comme cette année en Top 12 et Coupe de France). C’est vrai que les sujets de discussion sont principalement basés autour de la gym, ce qui énerve mon petit frère. Mais nous parlons quand même d’autres choses.

Grâce et Lorette Charpy
Grâce et Lorette, les deux soeurs soudées, lors des championnats de France de Mulhouse, en juin dernier.

Pour toi, les vacances idéales c’est ? Mer, montagne ou campagne ?Pour moi c’est la mer (baignade, soleil, plage, chaleur).

Si tu étais un animal tu serais ? Pourquoi ? Je serais un chat car c’est très habile.

Le people qui te fait craquer ?
Neymar, le joueur de foot.

Ton meilleur souvenir en gym ?
La finale de Coupe de France à Cholet, en 2014, et mon titre de championne de France junior à Rouen, en 2015 car c’était les plus inattendus. Et il y a aussi ma médaille aux championnats d’Europe.

Ton pire souvenir ?
Ma non-sélection aux FOJE, en 2015, l’annulation des championnats méditerranéens, toujours en 2015 et celle des Gymnasiades, en 2016.

L’agrès que tu préfères ? J’aime les barres et la poutre (même si j’aime aussi les autres agrès).

Celui que tu aimes le moins ? J’aime moins le saut car c’est souvent la même chose.

Ce que tu aimes le moins faire à l’entraînement ? Les bases, je trouve ça ennuyant.

Lorette Charpy par Anne-Sophie 3

Un regret ?
C’était le lundi 9 février 2015. Lors d’un passage au sol, en double-vrille, je n’étais pas assez concentrée et je me suis perdue. De nombreuses choses se sont effondrée après ce passage… Comme beaucoup ont dû le remarquer, j’ai allégé mes programmes aux championnats de France, en 2015. J’avais peur du regard des autres et c’est pour ça que mon titre était vraiment très inattendu. Aujourd’hui, je commence à retrouver confiance. C’est pour ça qu’il ne faut jamais baisser les bras.

Comment te vois-tu dans 10 ans ?
Peut-être encore gymnaste ou sinon kiné je pense. Je ne sais pas trop. « On verra bien ce que l’avenir nous réservera ».

Ton rêve ultime ?
En ce qui concerne la gym, participer aux championnats d’Europe, du Monde, aux Jeux Olympiques et pourquoi pas ramener des médailles ! Etre heureuse et faire ce qu’il me plaît (étude, dans la vie de tous les jours…).

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News 

Découvrez ou redécouvrez la finale de barres de Lorette Charpy aux championnats d’Europe de Bern, en juin dernier. Agrès sur lequel elle a décroché la médaille de bronze :

2 Commentaires

Répondre à Lilou Annuler la réponse

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom