L’insta Box de janvier

0
1145

Une fois par mois, les abonné(e)s d’Instagram ont la parole. Durant 24 heures, ils ont la possibilité de me transmettre les questions qu’ils souhaitent poser aux gyms de leur choix. Une rubrique baptisée « L’Insta box ».

Sophie Barbelet (Pôle de Meaux)

Quels sont tes objectifs pour cette saison ?
Mes objectifs pour cette saison sont d’augmenter le contenu de mes mouvements à tous les agrès, de rester en équipe de France et de faire de bons championnats de France.

Comment as-tu vécu le tournoi de Combs-La-Ville ?
Le tournoi de Combs-La-Ville a été une nouvelle expérience en équipe de France qui s’est révélée être très enrichissante. J’ai été contente de matcher avec mes coéquipières du Pôle et mes entraîneurs. J’ai été un peu déçue de mes erreurs aux barres et à la poutre mais heureuse d’être arrivée 3eme en équipe, derrière les Américaines.

 

Iness Ben Rhouma (ex Pôle de Marseille)

Que deviens-tu depuis ton arrêt de la gym ?
Tout va bien pour moi. Je passe le bac ES à la fin de l’année et le concours commun pour sciences po en mai. La gym me manque pas mal donc j’ai fait une infiltration au coude début décembre pour pouvoir envisager de reprendre mais je pense que je vais devoir me refaire infiltrer. Sinon j’entraîne une fois par semaine des petites de 9 à 11 ans dans mon club. Ça me fait du bien et j’aime bien ça. Le pôle me manque un peu bien sûr mais c’est surtout la gym en soit qui me manque beaucoup.

 

Clara Beugnon (ex INSEP – Club de Combs-La-Ville)

Comment as-tu vécu ta première journée du Top 12 ?
J’ai pris énormément de plaisir lors de cette première journée du Top 12. On avait vraiment hâte de rentrer dans la « course » et on en retire vraiment que du positif ! J’ai adoré le déplacement, l’ambiance, notre complicité, l’esprit d’équipe. Tous nos supporters sont venus nombreux nous encourager, ce qui nous a donné la force de donner le meilleur de nous. Je suis satisfaite de mes passages et d’avoir gagner mes deux duels pour l’équipe. Une petite frayeur aux barres avec Soso (une fixation au sol a lâché entraînant ainsi l’effondrement des barres pendant son passage, NDLR). Plus de peur que de mal, on a su faire face à cet incident. Individuellement, un peu déçue pour mes petits bobos au pied qui m’ont empêchés de concourir au sol, mon agrès préféré.

 

Juliette Bossu (Pôle de Saint-Etienne)

Comment vont tes genoux ?
Ça va un peu mieux mais ce n’est toujours pas complètement guéri. (Juliette a eu des infiltrations aux genoux en ce mois de décembre et a été contrainte à un nouvel arrêt forcé de quelques semaines afin de débuter 2019 sur de bonnes bases, NDLR)

As-tu repris les 4 agrès ? Si non, quand penses-tu pouvoir reprendre ?
Non pas encore. J’espère pouvoir le faire très prochainement.

De quelles filles es-tu la plus proche au Pôle ?
Je m’entends bien avec tout le monde mais je suis plus proche des grandes.

Quels éléments travailles-tu en ce moment ?
Sans parler des nouveaux éléments, je me concentre surtout pour essayer de reprendre les autres agrès.

 

Noa Bruno (Avoine)

Comment vas-tu t’y prendre pour revenir en élite ?
Je vais peut-être choquer ou décevoir de nombreuses personnes mais je ne compte pas revenir en élite. Au début de la saison, j’avais comme objectif d’essayer de reprendre mon niveau et je ne pensais pas trop à l’élite. Je voulais avant tout voir si physiquement et mentalement, je pouvais m’entraîner intensément et reprendre ou pas mon niveau, pour ensuite si tout allait bien, essayer l’élite. Je me bats et travaille encore pour retrouver mon niveau mais l’envie n’est plus la même, les objectifs non plus et j’ai beaucoup de douleur à mon tendon d’Achille ce qui m’oblige tout le temps à faire en fonction de la douleur. Suite à d’autres raisons également, je vous annonce donc que c’est la dernière année pour moi à Avoine. Cette dernière année est importante pour moi car c’est la dernière année où je peux peut-être être récompensée pour mon travail, de mes années très compliquées et chargées de blessures et au cours desquelles je n’ai jamais baissé les bras. Je suis heureuse de faire cette dernière année aux côtés d’un super groupe, où il y a beaucoup d’ambiance. D’ailleurs, ce n’est pas qu’un simple groupe, ce sont des amies. Et bien sûr, je compte sur cette année pour finir en beauté ces 5 années passées à Avoine.

 

Grâce Charpy (Pôle de Saint-Etienne)

Quels sont tes objectifs cette saison ? Et as-tu réussi à trouver ton rythme entre les entraînements et tes études supérieures ?
Ça a été difficile d’accepter le fait de faire 2-3 fois moins d’heures d’entraînement par semaine et donc de ne plus pouvoir faire les programmes que je faisais jusqu’à maintenant mais j’ai réussi à m’y faire petit à petit et le principal est que je me fasse plaisir. Je veux faire le Top 12 avec mon équipe et pour les autres compétition, je les ferai si je me sens suffisamment prête pour faire quelque chose de correct. Je ne veux pas faire des compétitions si je sens que mon niveau ne sera pas suffisant, ça me frustrerait. Mon but maintenant est de me faire plaisir et surtout réussir mes études. C’est le plus important.

 

Lorette Charpy (Pôle de Saint-Etienne)

Quel est ton objectif pour les années à venir ?
Faire plusieurs coupes du monde, faire les championnats d’Europe (en allant chercher les podiums) et les championnats du monde. Et bien sûr les JO ! Sans oublier des médailles aux championnats de France.

Comment as-tu vécu ton année 2018 ?
Oula ! De nombreuses émotions… Je dirai que 2018 a été une année en 5 étapes : heureuse / Petit coup de moins bien / Indescriptible / Blessure et donc période difficile / Immense joie.

Quand tu t’es blessée en août, pensais-tu pouvoir faire les Mondiaux ?
J’y ai toujours cru. Je voulais même partir aux Etats-Unis mais les entraîneurs n’ont pas voulu. Une décision sage ! Après c’est sûr qu’il y avait des jours de moins bien. La période la plus difficile a été lorsque les filles étaient aux Etats-Unis. C’était très dur ! Mais globalement, j’y ai toujours cru et j’étais surtout très motivée, c’est ce qui m’a énormément aidé !

As-tu appréhendé de refaire certains éléments après ta blessure ?
Et bien étonnamment j’ai eu beaucoup moins d’appréhension que ce que j’aurais pensé avoir. Je pense que le fait que Doha soit si proche, je savais que je n’avais pas le choix de reprendre vite. J’avais juste tout le temps la sensation de revenir sur la barre ce qui enclenchait quelques soucis techniques. Mais globalement, ça s’est bien passé.

 

Mélanie De Jesus Dos Santos (Pôle de Saint-Etienne)

Vas-tu présenter de nouveaux éléments dans tes prochains complets en compétition ? 
Je ne sais pas, je travaille plusieurs choses notamment aux barres mais je ne peux pas encore dire quand je pourrai les présenter en compétition.

Quels sont tes moyens ou astuces pour ne pas trop stresser avant une compétition ? 
Je n’ai pas vraiment d’astuces. J’arrive tout simplement à me préparer psychologiquement avant une compétition. Je prends sur moi.

Comptes-tu mettre en compétition ton nouvel élément aux barres asymétriques ? 
Oui je l’espère. Après je ne peux vraiment pas vous en dire plus car c’est un élément qui est assez compliqué à mettre dans le mouvement.

Coline Devillard (INSEP) 

Comptes-tu remettre full-full au sol ? Ou mettre full-in tendu ?
Oui j’espère bien mettre un des deux en compétition ou alors les deux même (Rires)

As-tu pu reprendre l’entraînement complètement ou es-tu encore limitée par ta blessure à la cheville ?
Ça suit son cours. Je n’ai pas encore pu tout reprendre mais ça ne serait tarder.

 

Rosane Dubard-Berby (Pôle de Saint-Etienne)

Comment s’est passée ta rentrée au pôle ? Ce n’est pas trop dur de vivre loin de La Réunion ?
Ma rentrée au Pôle s’est très bien passée.  C’est un peu dur de vivre loin parce que tu es loin de la famille, loin du beau temps aussi et ce ne sont pas les mêmes façons de parler, donc il faut le temps de s’adapter.

 

Loris Frasca (Pôle d’Antibes)

Comment décrirais-tu ta gym ?
Je la décrirai comme un air de facilité alors que pas du tout. C’est beaucoup beaucoup de travail.

Quel est le moment le plus intense de ta saison ?
Le moment dont je suis le plus fier, c’est notre 3eme place aux championnats d’Europe car on a pu prouver qu’on était une équipe très très soudée et que l’on pouvait faire de très belles choses lorsqu’on travaille tous dans le même sens.

 

Aline Friess (Pôle de Saint-Etienne)

Quels éléments travailles-tu en ce moment ?
Je travaille plusieurs nouveautés… vous verrez cela en 2019 (Rires).

Quels sont tes moyens ou astuces pour ne pas trop stresser avant une compétition ?
Avant les compétitions, je visualise mes complets et je respire par le ventre.

Si tu devais te spécialiser sur un agrès, ce serait ?
Si je devais me spécialiser à un agrès, ce serait le saut.

 

Alisson Lapp (INSEP)

Comment gérez-vous les blessures partielles ? (type steak, douleurs aux genoux ou au tibia qui arrivent subitement et pour lesquelles on ne sait pas pourquoi)
Pour les grosses brûlures des mains après une longue séance de barres, je mets de la crème grasse (bépantène) et quand j’ai vraiment mal, je mets des gants en caoutchouc par dessus pour que la crème reste toute la nuit. Pour les steaks, je désinfecte et je mets du tulle gras toute la nuit. Pour toutes les autres douleurs qui viennent subitement, j’ai une poche de glace en permanence dans le congélateur et à la moindre douleur je glace.

Quels sont tes moyens ou astuces pour ne pas trop stresser avant une compétition ?
J’aime bien faire une sieste avant de me préparer, je fais un exercice de respiration, j’essai de me détacher de la pression et de me dire que je sais faire, que j’ai assez répété mes complets pour me faire confiance.

Comment as-tu vécu ton année 2018 ?
Difficilement. Ça été dur parce qu’en début d’année, je reprenais après ma fracture de fatigue. J’ai été freinée par plusieurs douleurs puis je me suis re-blessée cet été. Mais cette fin d’année m’a fait beaucoup de bien parce que j’ai pu tout reprendre et refaire notamment le Massilia et le Top 12 en étant 100% apte physiquement. J’ai pu retrouver « espoir » et ça me motive pour l’année à venir.

Quelles émotions le Top 12 fait-il vivre ?
C’est super, il y a de la tension, du suspens puis de la joie ou de la déception selon le résultat. Mais il y a vraiment une belle ambiance.

 

Oréane Lechenault (INSEP) 

Comment vois-tu cette année 2019 ? T’es-tu fixé des objectifs ? Si oui, lesquels ?
J’espère meilleure. Mon objectif est de retrouver mon niveau.

As-tu pu reprendre complètement l’entraînement ou es-tu encore limitée par ta blessure au dos ?
J’ai pu tout reprendre.

 

Alizée Letrange-Mouakit (Pôle de Saint-Etienne)

Si tu devais te spécialiser sur un agrès, lequel choisirais-tu ?
J’hésite beaucoup entre saut et barres mais je pense que je dirais barres.

 

Léa Marques (Pôle de Marseille)

Quelle est la chose dont tu es la plus fière en 2018 ?
La chose dont je suis la plus fière est d’avoir gagné le Massilia.

 

Kaylia Nemour (Avoine)

Quels sont tes objectifs cette saison ?
Mes objectifs sont de pouvoir faire les autres matchs de Top 12 mais également de faire mes points pour pouvoir faire les championnats de France élite.

 

Cypriane Pilloy  (Pôle de Meaux)

Comment as-tu géré ta saison 2017-2018 ? Ta sélection aux championnats de France élite obtenue au test de rattrapage puis ta sélection en équipe de France pour finir. 
La saison n’a pas été facile à gérer. J’arrivais d’un petit club avec du retard technique et je n’ai pas réussi à me qualifier durant les premiers tournois. J’étais très déçue. Après janvier, j’ai beaucoup progressé et j’ai enfin réussi à me qualifier en élite. C’était un tel soulagement que, n’ayant plus rien à trouver, j’étais détendue aux France. Ça a marché avec une belle sélection en équipe de France. Le top !

 

 

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom