Léa Marques : « Je sais que je dois encore augmenter mon niveau »

0
1289

Elle entame sa deuxième saison au Pôle de Marseille après la fermeture du Pôle de Toulon. Léa Marques, 15 ans, est également membre du collectif France senior et vient de participer à deux tests de sélection en vue des championnats du monde. Si elle n’a pas été retenue dans l’équipe tricolore qui s’envolera pour le Canada à la fin du mois, elle a en revanche acquis de l’expérience pour la suite. Partons à sa découverte.

Gym and News : Léa, peux-tu revenir sur tes débuts en gym ?
Léa Marques : J’ai commencé la gym à l’âge de 3 ans. Après avoir vu les Jeux Olympiques d’Athènes à la télé, j’ai couru dire à ma mère que c’était ça que je voulais faire ! Elle m’a donc inscrite à Hyères, club dont je fais toujours partie aujourd’hui. Après avoir fait plusieurs stages de détection sur Toulon, on m’a proposé de rentrer en classe avenir qui servait de préparation pour rentrer un jour au Pôle. J’ai d’abord hésité puis après avoir vu qu’une autre fille de mon club allait essayer, j’ai voulu moi aussi tenter ma chance.

Peux-tu revenir ensuite sur les grandes lignes de ton parcours jusqu’à ton entrée au Pôle de Marseille ?
Après avoir fait deux ans de préparation, je suis rentrée au Pôle avec Eric et Céline Boucharin. j’ai fait toutes mes années de collège avec eux, jusqu’à ma fin de troisième où nous avons su que le Pôle allait fermer et que nous devions donc intégrer un autre Pôle ! C’est donc depuis mon entrée au lycée que je suis sur Marseille.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de faire du haut-niveau ?
Je pense que comme toutes les petites filles qui font de la gym, faire du haut-niveau est un rêve. Faire de la belle gym, des grandes compétitions comme les Jeux Olympiques, les championnats du monde ou les championnats d’Europe.

Qu’est-ce qui te plaît dans la gym ?
Les sensations des éléments et l’adrénaline des compétitions.

Comment te décrirais-tu ?
Je ne sais pas du tout… Je dirais que je pense être compétitive et courageuse. Je n’ai pas peur d’essayer de nouvelles choses, quitte à me rater (Rires).

Léa Marques sol

Quels sont tes points forts ?
On me dit souvent que mon point fort est mon physique avantageux pour l’élégance.

Tes points faibles ?
Je dirais que ça peut être ma « tête ». Il m’est déjà arrivé, après avoir raté un agrès par exemple, d’avoir du mal à me remettre dans la compétition pour bien finir.

Quels sont tes agrès forts ?
Les barres.

Tes agrès faibles ?
Le sol.

Comment gères-tu la pression ? Es-tu de nature stressée ? 
Oui je suis de nature stressée mais j’arrive pas mal à gérer la pression en rigolant avec les filles ou les gens qui nous entourent pendant les compétitions.

Tu viens de participer aux deux tests de sélection en vue des championnats du monde, quel bilan tires-tu de ces tests ?
Je suis assez satisfaite de la réussite des tests mais je sais que je dois encore augmenter mon niveau.

Pas trop déçue de ne pas avoir été sélectionnée pour les Internationaux de France ou les Mondiaux ?
Non parce que je savais dès le début que je ne serais pas dans l’équipe des championnats du monde. Mais je suis ravie d’avoir fait ces deux tests car ça permet d’acquérir encore un peu plus d’expérience.

Tu es la plus âgée du Pôle de Marseille, quel rôle tiens-tu auprès des plus jeunes ?
J’essaie d’être là pour elle mais surtout j’essaie de rigoler et de mettre une bonne ambiance.

Comment s’était passée ton intégration à Marseille ? 
Mon intégration a été excellente. Je me suis aussi bien entendue avec les filles qu’avec Vincent et Emilie, les entraîneurs.

Et comment as-tu vécu la fermeture du Pôle de Toulon ? Pas trop dur de quitter Eric et Céline, les filles, tes repères ? 
J’ai bien vécu la fermeture du Pôle parce qu’on y était préparé. On savait déjà depuis la rentrée que le Pôle allait fermer. Après, bien sûr que ça a été difficile de tout quitter comme ça. Surtout les filles avec qui j’avais passé 4-5 ans.

Léa marques poutre

Une journée type de Léa Marques ressemble à quoi ? 
Je me réveille à 6h45 et je me prépare pour partir en cours. Je suis en Première S. Je vais au lycée de 8h à 10h ensuite je vais au gymnase de 10h à 13h. Mes cours reprennent à 13h30 jusqu’à 15h30. Puis je retourne au gymnase de 15h30 à 18h45. Je vais ensuite chez le kiné et je rentre dans ma famille d’accueil.

Quels sont tes objectifs cette saison ?
Faire une belle saison et réussir mon championnats de France.

Tu es licenciée au club de Hyères, ton club où tu as fait tes débuts, mais n’aimerais-tu pas matcher pour un club du Top 12 ? 
Matcher pour un club du Top 12 ne m’intéresse pas pour le moment car je ne me vois pas changer de club. Depuis que j’ai commencé la gym, je n’ai pas changé de club et j’espère que c’est avec l’équipe avec laquelle je matche depuis le début que je ferai un jour le Top 12.

Et quels sont tes objectifs à moyen et long terme ?
Participer un jour aux Jeux Olympiques.

Quel est ton meilleur souvenir gymnique jusqu’à aujourd’hui ?
Mon meilleur souvenir est quand je suis rentrée en finale barres aux championnats de France. C’était une grande satisfaction aussi bien personnelle que pour mes entraîneurs car on a travaillé dur tous les jours pour cette finale.

Sur quoi dois-tu travailler en particulier pour être encore plus performante ?
Je pense que je dois encore tout travailler car c’est en travaillant tous les jours et en faisant toujours de mon mieux que je m’améliorerai. Je dois donner le meilleur de moi-même et me donner les moyens de réussir.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom