Le « Rodrigues » : histoire et création

Au cours de leur carrière, des gymnastes inscrivent leur nom dans le code de pointage après avoir inventé un élément. Ancien membre de l’équipe de France de gymnastique artistique masculine désormais entraîneur au club de La Sottevillaise, Danny Pinheiro-Rodrigues est l’inventeur du « Rodrigues » aux anneaux. Retour sur son histoire et sa création.

Qu’est-ce que le Rodrigues ? 

L’élément aux anneaux le « Rodrigues » est un établissement avant à l’hirondelle inversée sans phase d’appui, tenu 2 secondes. Il fait partie du troisième groupe d’exigences d’éléments, à savoir les élans menant à un élément de maintien en force, 2 secondes). Il a une valeur F dans le code de pointage, soit la valeur la plus élevée dans le code de pointage pour un élément de force.

 

La genèse 

« À l’âge de 17-18 ans, j’ai eu quelques problèmes au dos qui m’ont contraint de porter un corset » , éclaire Danny Pinheiro-Rodrigues. « Pendant cette période, j’ai donc fait beaucoup de prépa physique et beaucoup de force. J’ai ensuite commencé par travailler l’hirondelle inversée, sur un délire. Au début, ça ne ressemblait pas à grand chose et puis ça a pris assez rapidement. Mais l’hirondelle inversée existait déjà en ‘pur’ dans le code de pointage donc pour qu’elle porte mon nom, il fallait que j’apporte quelque chose de nouveau. Je l’ai alors amenée du temps de ventre. A force de la travailler, j’ai fini par la maîtriser et j’ai pu inscrire mon nom dans le code de pointageUne grande fierté et l’aboutissement d’un long travail qui m’a permis d’avoir la carrière que j’ai eue derrière. »

Le travail spécifique et la réalisation de l’élément 

Avant de le présenter en compétition, l’ancien international français est passé par différentes phases d’apprentissage.

« A l’époque c’est parti du travail d’un autre élément, le Pineda. En travaillant cet élément là où on freinait la descente et en faisant des exercices spécifiques, il nous est venu l’idée de faire le Rodrigues » , explique Laurent Guelzec, l’ancien entraîneur de Danny, aujourd’hui entraîneur national en Suisse.

« Le Rodrigues est un élément de force différent des autres car les groupes musculaires sollicités étaient différents des autres. Nous avons donc mis en place plein de petits exercices spécifiques au sol et aux barres parallèles pour l’amener au Rodrigues » , complète le technicien. « Si sur certains exercices, j’avais vu que ça ne passait pas, on aurait arrêté. Mais au fil des étapes, c’était de mieux en mieux donc on a poursuivi jusqu’à ce qu’il le réussisse. C’était un nouvel élément que personne ne faisait » , sourit Laurent Guelzec.

Au final, il aura fallu une saison de travail musculaire intense pour que Danny Pinheiro-Rodrigues inscrive son nom dans le code de pointage. « Quand on travaillait trop, il avait des grosses douleurs aux cervicales » , se souvient Laurent Guelzec. « Les trapèzes travaillaient énormément ce qui bloquaient les cervicales. Je me souviens, lorsque parfois on faisait 2-3 jours de travail intense, ensuite il était bloqué quelques jours. Mais progressivement, les choses se sont mises en place. »

La première présentation en compétition 

En 2005, à Bercy, lors de sa première compétition internationale en senior. A ce moment-là, l’élément ne portait pas encore son nom. Il fallait qu’il soit réussi en compétition officielle internationale pour ensuite entrer dans le code de pointage sous le nom du Rodrigues. Ce qui est arrivé.

Les forces et les qualités à avoir pour réaliser Le Rodrigues 

« Le Rodrigues est un élément de force » , analyse Laurent Guelzec. « Les qualités techniques n’entrent donc pas spécialement en jeu. La force de Danny était sa morphologie, avec des jambes fines et légères, et une buste, un haut du corps et des avant-bras puissants. C’est ce qui lui a permis de trouver l’équilibre nécessaire pour pouvoir réaliser cet élément. L’équilibre buste/jambes est en effet extrêmement important. Par exemple, certains gymnastes plus puissants que Danny n’arrivaient pas à le réaliser car ils ne parvenaient pas à trouver le bon équilibre. »

Ce que Le Rodrigues a apporté à la carrière de Danny 

« Le Rodrigues est un élément qui m’a permis d’être spécialiste aux anneaux car ça m’a débloqué ma note de difficultés et augmenté ma note de départ » , explique-t-il. « La réussite et la création du Rodrigues a également boosté ma carrière et m’a permis d’entrer en équipe de France. »

« C’était sa marque de fabrique. Danny s’est démarqué avec cet élément, c’était une vraie touche d’originalité, ça faisait la différence » , complète Laurent Guelzec

L’analyse et l’expertise de Fabrice Innocenti, juge international 

Peu de gymnastes présentent le Rodrigues en compétition car c’est un élément très difficile à réaliser physiquement et les pénalités cumulées peuvent être nombreuses. Seuls 2 ou 3 gymnastes dans le monde sont capables de le faire correctement, bien qu’il reste toujours quelques fautes incompressibles. Danny Pinheiro-Rodrigues est à l’origine d’un élément d’une grande originalité. Bravo à lui. Sa force et son élégance ont d’ailleurs représenté fièrement la France avec ce magnifique élément.

Le Rodrigues est un élément d’une grande complexité et très compliqué à réaliser sans fautes. La première partie de cet élément est un établissement avec (temps de ventre). Rester les bras tendus tout le long de la réalisation est quasiment impossible. La moindre petite flexion, de 1° à 15° est pénalisée de 0,1 point. De 16° à 30°, la pénalisation monte à 0,3 points.
De plus, la position parfaite pour la réalisation de l’hirondelle inversée est d’avoir le corps (alignement des épaules, bassin et pieds) sur une ligne horizontale, ainsi que les bras écartés en position de croix de fer (inversé et de dos).

Les fautes les plus courantes sont :

  • position des mains engagées (prises incorrectes pendant les maintiens de force) : 0,1 point.
  • Fermeture du corps : de 0,1 à 0,5 points suivant l’angulation.
  • Temps de maintien insuffisant : 0,3 points si moins de 2 secondes
  • Flexion des bras dans l’établissement avant pour arriver en position finale : de 0,1 à 0,5 points suivant la flexion des bras.

Les différentes étapes avant l’entrée d’un élément dans le code de pointage 

  • La demande d’évaluation doit être obligatoirement accompagnée d’une vidéo sur clé USB et, optionnellement, de dessins techniques si disponibles.
  • Un nouvel élément doit être présenté au plus tard à la date et à l’heure limite spécifiée dans le plan de travail.
  • Toutes les valeurs accordées lors d’une compétition sont provisoires tant qu’’elles n’ont pas été approuvées par le Comité Technique de la FIG.
  • Les nouveaux éléments présentés lors de qualifications olympiques nécessitent la confirmation de leurs valeurs provisoires par le président du Comité technique FIG avant d’être soumis pour évaluation à une compétition spécifique.
  • Le résultat de l’évaluation provisoire d’un élément à une compétition donnée sera communiqué par écrit aussi tôt que possible à la fédération concernée ainsi qu’aux officiels lors de leur instruction ou lors de la réunion précédant la compétition.
  • Les décisions concernant l’évaluation des éléments présentés lors d’une compétition spécifique ne sont valides que pour cette compétition.
  • Un nouvel élément apparaîtra pour la première fois dans le code masculin seulement après avoir été exécuté avec succès par le gymnaste, soumis à la Commission technique FIG et confirmé par cette dernière.
Article précédentClap de fin pour Larisa Iordache, véritable icône de la gymnastique
Article suivantMarine Boyer de retour à l’entraînement

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom