Le bain froid, rituel de récupération des fins d’entraînements à Kobé

Le clan tricolore poursuit sa préparation au Japon, où les gymnastes effectuent un ultime stage de préparation à Kobé avant de rejoindre le village olympique et d’entamer la compétition. Des entraînements qui s’effectuent dans une grande salle d’entraînement qui leur est entièrement dédiée afin de limiter les brassages de sportifs avant l’arrivée à Tokyo, et qui se terminent par un passage par le bain froid.

Les photos postées par les gymnastes ont fait le tour des réseaux sociaux. Les féminines d’un côté, les masculins de l’autre. Plus nombreuses, deux bacs ont été mis à disposition des féminines, contre un pour les garçons. L’eau affiche une température de 10 à 12 degrés, avant d’être légèrement refroidie par l’apport de nouvelles doses de glaçons.

Comme le montrent les différentes photos postées, Marine Boyer, Mélanie De Jesus Dos Santos, Aline Friess, Carolann Heduit, Coline Devillard et Célia Serber font uniquement un bain froid sur les jambes. Selon les entraînements et la récupération souhaitée, Samir Aït Saïd, Loris Frasca, Antoine Borello et Cyril Tommasone peuvent faire les jambes, les bras ou le corps entier, à l’image de Samir Aït Saïd par exemple qu’on a pu voir plongé dans un bain froid jusqu’au cou.

Le protocole de récupération par le bain froid nécessite une alternance avec un bain chaud afin d’agir sur l’ensemble du réseau circulatoire. Le chaud aura un effet vasodilatateur, c’est-à-dire qu’il va élargir les capillaires qui vont alors se charger de sang, et le froid aura ensuite un effet vasoconstricteur ce qui va permettre aux capillaires de se réduire pour ensuite éjecter le sang et ainsi éliminer et drainer tous les déchets chimiques et métaboliques engrangés pendant la séance d’entraînement. Un système de récupération qui permet ainsi de relancer la circulation sanguine et d’éliminer tous les déchets des zones du corps qui auront travaillé pendant l’entraînement.

Enfin, autre bienfait, le froid a également un pouvoir antalgique, apaisant et « massant » qui permet alors d’éliminer les petites douleurs et de relâcher les tensions des muscles.

 

Article précédentJeux Olympiques de Tokyo : les compositions d’équipes
Article suivantJournal de bord d’une bénévole française aux championnats d’Europe de Bâle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom