L’alimentation pendant le confinement

Ancienne gymnaste de haut-niveau, désormais diététicienne-nutritionniste, Claire Martin prodigue quelques conseils nutritionnels pour mieux vivre cette période de confinement.

L’alimentation est très importante pendant cette période spéciale de confinement. Elle permet en effet de nous apporter de l’énergie et les nutriments nécessaires pour que notre organisme soit en très bonne condition pour lutter contre le virus. Il est donc important pendant cette période de continuer à s’alimenter normalement et il est primordial de ne pas enlever/sauter des repas ou manger beaucoup moins en supprimant certains aliments (notamment les féculents par exemple).

Le sommeil est également très important pour que notre organisme soit en pleine forme pour lutter également contre le virus. On évite de chambouler son rythme habituel en dormant soit très peu, soit énormément parce qu’on a rien à faire d’autre. On évite également de se coucher tard car le sommeil ne sera pas réparateur.

On oublie la peur de grossir pendant cette période. Certes elle peut être présente car on bouge moins mais ce n’est pas grave ! Ça permet à l’organisme de se reposer et être d’attaque dès la fin du confinement. On va peut-être prendre 1 à 2 kg pendant cette période mais ils seront vite reperdus lors de la reprise d’une routine habituelle avec entraînements quotidiens ou biquotidiens. Ce seront des kilos superflus pris et non des kilos installés.

Après il va de soit de ne pas se jeter sur la nourriture pour combler l’ennui que l’on peut
avoir. Il faut s’occuper au maximum pour ne pas penser à manger. Il faut profiter de cette
période pour faire les choses qu’on ne prend pas le temps de faire habituellement. Prendre soin de son corps et de son environnement est par exemple important pendant cette période.

L’hydratation est également quelque chose à soigner. Il faut continuer à boire beaucoup pensant cette période de confinement même si on a l’impression de ne pas avoir soif. On boit également beaucoup même si on se dépense moins. Peu importe les conditions dans lesquelles on est, il faut boire minimum 2L d’eau par jour pour notre organisme, c’est vital. Si on fait un peu d’activité (au domicile, bien sûr, on ne sort pas), on boit davantage, en comptant 500ml par heure d’activité, qu’elle soit intense ou moins intense (c’est l’équivalent d’une petite gourde ou bouteille d’eau).

Pour connaître son niveau d’hydratation, il suffit de regarder la couleur de ses urines du matin.

Si elles sont claires, l’hydratation est bonne, si elles sont foncées, elle ne l’est pas.

Dans ce cas-là, cela signifie qu’il faut augmenter son hydratation tout au long de la journée.

Conseils alimentaires
Il est important de garder un rythme alimentaire avec plusieurs repas étalés sur la journée pour que le corps comprenne le rythme et permette de faciliter la digestion. Essayez de manger à heures fixes le plus possible.

Pour les amateurs du petit-déjeuner, il faut le maintenir. Pour ceux qui n’ont pas faim le matin, ne vous forcez pas, attendez 10h – 11h pour faire une collation ou attendez le repas du midi. Un conseil bateau : manger lentement (environ 20 à 30 minutes / repas) et bien mâcher les aliments pour ressentir l’état de satiété.

D’autre part, pensez à faire des repas variés et équilibrés en intégrant des plaisirs alimentaires pour ne pas tomber dans une alimentation restrictive. Variez les sources de protéines : 2x/semaine viande rouge, 2x/semaine poissons gras (saumon, truite, maquereau…), complétez avec de la viande blanche, du poisson maigre et des œufs, variez les sources de féculents (pâtes, riz, semoule, pomme de terre, quinoa, boulgour, légumes secs, produits complets…) et les sources de fruits et légumes (crus et cuits en fonction de la saison).

Limitez la consommation de produits industriels, de produits sucrés et/ou gras, de boissons sucrées (jus de fruits, sodas, sirop, nectar, ALCOOL…) car ce sont des aliments qui n’apportent aucun intérêt nutritionnel. Vous pouvez les consommer lors d’occasions spéciales ou de manière raisonnable.

On peut profiter de cette période pour cuisiner (ou apprendre à cuisiner) de bons petits plats en associant à la fois le « fait maison » et la gourmandise. Les plats fait maison sont toujours meilleurs que les plats industriels tout prêts. On peut très bien se faire un bon burger maison avec des frites maison et une salade verte !

Ne changez pas votre alimentation radicalement non plus, continuer à avoir le même rythme que d’habitude en consommant les aliments dont vous avez envie et dont vous avez l’habitude. Simplement, on peut ajouter à chaque repas des légumes (si ça n’est pas le cas) pour rendre le repas plus équilibré dans sa globalité.

Par Claire Martin, diététicienne nutritionniste

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom