Julien Gobaux : « Mon travail a été pitoyable, j’ai honte de ce que j’ai fait »

Suite à une opération du biceps, Julien Gobaux n'avait plus participé à la moindre compétition internationale depuis 2019. Photo Cybile C.Photography

Après plus de deux ans sans avoir matché à l’international en raison d’une opération au biceps puis de l’épidémie de Covid, Julien Gobaux jouait sa qualification olympique sur les championnats d’Europe de Bâle qui se sont déroulés du 21 au 24 avril dernier. Un quota qui lui a échappé suite à une compétition qu’il juge honteuse.

Gym and News : quel bilan tires-tu de ta compétition ? 
Julien Gobaux : J’ai fait du très mauvais travail… On ne va pas se le cacher, je n’ai pas été bon. Je jouais la qualification olympique sur une seule compète, j’avais donc pas mal de choses dans le sac à dos, mais je ne vais pas me chercher 50 milliards d’excuses : je m’étais préparé pour ce quota mais je n’ai pas été bon. Maintenant il va falloir que je travaille pour ne pas reproduire ça les prochaines fois.

Penses-tu que la pression était trop importante ? Du fait que ça faisait longtemps que tu n’avais pas fait de compétition et que tu jouais en plus la qualification olympique sur cette compète après tant de temps d’attente ?
Oui c’est ça. En fait c’est un tout que j’avais dans le sac à dos. Très honnêtement, je n’ai jamais été autant stressé. Le fait de ne pas avoir fait de compète depuis longtemps, pour moi c’était une première au niveau du stress. On n’était plus habitué.

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

Article précédentCarolann Héduit : « Avec l’envie de faire, je ne mesurais pas la douleur »
Article suivantLe journal du bord d’une entraîneure de club en 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom