Journal de bord d’une bénévole française aux championnats d’Europe de Bâle

Elle est Française, passionnée de gym, parle plusieurs langues et parcoure le monde pour assister aux plus grandes compétitions internationales en tant que bénévoles. « LivieFromParis » (c’est son pseudo sur Instagram, NDLR) nous raconte son expérience lors des derniers championnats d’Europe qui se sont déroulés à Bâle en avril dernier. 

Championnats d’Europe 2021 à Bâle : le retour en compétition… avec modération !

Apporter mon aide sur une compétition ce n’était pas ma première fois, puisque c’est déjà ma 6e compétition de gymnastique mais celle-ci était un peu plus différente compte tenu de la situation actuelle.

Cela faisait 13 mois que je n’avais pas été sur les plateaux de compétition et j’attendais avec impatience la prochaine. Les championnats d’Europe de Bâle n’auraient pas pu mieux tomber : à 3h de Paris, et en Suisse ça reste très accessible (contrairement à la Turquie en décembre 2020…). Je suis donc sur les startings blocs pour candidater et avoir mes chances pour rejoindre le comité d’organisation des Europes en tant que bénévole !

Novembre 2020 : ouverture des candidatures. La candidature est assez basique, j’ai l’habitude de postuler auprès de nombreuses fédérations locales et comités organisateurs donc ce qui importe c’est surtout notre disponibilité, les langues que l’on parle et notre expérience dans le monde de la gymnastique.

Je parle 4 langues donc j’ai l’habitude de postuler auprès du service des délégations, je facilite les échanges des délégations tout au long de la compétition (questions liées au transport, entraînements, traduction si nécessaire etc).

Janvier 2021 : Nous apprenons avant l’heure de la part du Comité Organisateur que les championnats d’Europe seront à huis clos, et que cela remet en cause les postes qui seront plus limités car il n’y aura malheureusement pas de public. Le comité nous annonce qu’il est en train de réfléchir à l’organisation en repensant toute la compétition et il nous tiendra au courant pendant le mois de mars de nos postes. Alors  on patiente, sans trop savoir le dénouement.

Mars 2021 : Mon poste est confirmé et j’apprends que je suis affectée au service de support aux Délégations. Je suis ravie mais stressée car rien n’est acquis, il faut rester en bonne santé et être disponible pendant les vacances. Entre temps la situation en France se complique, avec la mise en place du confinement. Je pars donc me confiner hors de Paris pour ne pas être à risque et ne pas avoir de problème pour partir avec une possible fermeture des frontières ! (Oui je suis motivée !)
Tout au long du mois d’avril : on reçoit beaucoup de brief et une grosse documentation concernant les règles sanitaires très strictes mises en place par la Fédération Européenne de Gymnastique, les heures d’arrivée des délégations, les consignes à respecter, beaucoup de choses à apprendre pour être prêt !

16 avril : Jour d’arrivée à Bâle, brief tard le soir auprès de mon équipe d’assistance aux délégations, 1er test COVID (d’une longue série), distribution des t-shirts et des masques FFP2 (qui sont obligatoires), petit tour de visite de la salle, on rentre dans l’ambiance. On est tous conscients de la chance qu’on a d’être là, mais on a aussi conscience qu’il faut que toutes les règles soient respectées car tout peut s’arrêter du jour au lendemain s’il y a des cas positifs lors de la compétition. Alors une grande prudence est demandée !

17-18 avril : Les délégations arrivent à Bâle. Je passe 2 jours entiers à accueillir les délégations étrangères dans deux hôtels qui sont dans mon périmètre, je passe beaucoup de temps dans les bus ! On est leur point d’accueil pour les prochaines étapes : les tests COVID, les accréditations, les horaires de transports des prochains jours et leurs prochains entraînements ! Les premiers jours sont toujours plus riches que les autres pour les questions liées au transport.

18-19 avril : Le début des entraînements au sein de la St Jakobshalle. Comme je l’ai dit beaucoup de règles, il faut désinfecter les bancs entre chaque subdivision, nous avons la charge de remettre aux délégations des boîtes personnelles pour leur magnésie qu’ils doivent rapporter au bureau après chaque entraînement. Ce qui est différent c’est qu’il y a beaucoup moins d’échange entre les gymnastes de plusieurs pays, il faut rester dans une bulle, veiller à que les masques soient portés systématiquement hors de la salle d’entraînement. Il y a une grande mise en garde ! Toutes les activités typiques qui sont organisées lors d’une compétition sont annulées : visite de la ville, banquet etc. Et des règles précises à respecter : interdiction de prendre les transports publics, de faire
du shopping ou de manger dehors, les délégations doivent manger ensemble (par pays) etc.

19 avril : Début des entraînements sur podium et le début des très longues journées de 10h à 22h. Des moments où ne pouvons regarder la compétition et des moments de permanence au bureau des délégations. L’atmosphère d’une vraie compétition est bien présente : les belles lumières, la musique, les annonces au micro, il y a même des délégations dans le public ce qui permet d’avoir des encouragements ! Dans la foulée je me décidé à filmer le plus de passages et de mouvements possibles pour permettre aux
passionnés de gym de suivre la compétition comme moi, je prends donc beaucoup (trop) de vidéos et je regarde à droite à gauche j’avais oublié à quel point c’était rapide !
Dans notre équipe nous avons des « shifts » pour être présent au bureau des délégations et faire une permanence pour assister les équipes !
L’entraînement sur podium est très important car le chef des délégations doit nous transmettre pour le lendemain 10h les ordres de passages des gymnastes, les agrès sur lesquels passeront les gymnastes, les nouveaux éléments à présenter, la difficulté des sauts etc. Nous (l’équipe de support aux délégations) devons réceptionner tous ces documents, les scanner et les transmettre auprès de Smartscoring qui aura la charge d’afficher les résultats pendant la compétition !

20 avril : Suite des entraînements sur podium pour les MAG et jour de test COVID pour toutes les délégations ! Et toujours un peu de stress, on croise les doigts pour que tous les tests soient négatifs, nous voulons absolument que cette compétition puisse continuer !
17h17 le verdict tombe sur + de 600 tests COVID : 0 positif ! Grand soulagement !! Nous devons continuer à faire respecter les règles car certaines délégations oublient facilement qu’il est important de porter le masque FFp2 tout le temps.

21 avril : début des qualifications, tout s’enchaîne relativement rapidement. A la fin de ces deux journées de qualifications (WAG et MAG) nous avons la charge de réceptionner encore une fois les nouvelles demandes d’ntraînements, de les faire approuver etc mais aussi de communiquer les résultats des qualifications aux chefs des délégations ! Il faut être très réactif et anticiper au maximum (on court un peu partout !).  Nous recevons également des formulaires de gymnastes qui se déclarent comme étant forfaits. Tout va très vite car nous devons prévenir le plus rapidement Smartscoring. Le début de journées très très intenses j’impression d’être à Bâle depuis déjà 1 semaine, mon cerveau a vu tellement de gymnastique, entendu tellement de musique (c’est un peu un concert aussi la salle de compétition), les journées sont vraiment très intenses ! Je n’ai même pas le temps de débriefer il faut déjà penser au lendemain !

22 avril : journée plus que gravée dans ma mémoire, j’ai l’occasion de voir en direct le nouvel élément le triple carpé de Nikita Nagorny sous un tonnerre d’applaudissements des délégations, un beau moment ! Cette deuxième journée de qualification continue, et les plateaux se remplissent progressivement avec l’arrivée des photographes et des médias. Nous avons toujours les délégations qui encouragent et j’en profite pour également encourager les gymnastes !!! C’est un vrai bonheur d’assister en direct à une nouvelle compétition et même si le masque est présent partout il se fait vite oublier, on ne pense qu’à une chose : voir les mouvements des gymnastes et les encourager !

23 et 24 avril : Finales du concours général, une belle compétition, contente de voir nos deux françaises Carolann Heduit et Sheyen Petit pour cette finale, malheureusement elles passent en même temps ! C’est donc très compliqué de les suivre et il faut tourner la tête toutes les 2 minutes ! Je remercie mon téléphone d’avoir un super zoom car la salle est quand même très grande et pas facile de suivre tout le monde.  Ca m’a fait plaisir de revoir des gymnastes que j’avais découvertes sur d’autres plateaux de compétition : Viktoria Listunova à l’Elite Gym Massilia 2019, Jessica Gadirova à la Sainte Gym Cup 2019 ! Et bien sûr beaucoup de gymnastes que je n’ai pas vu en compétition depuis octobre 2019 pour
certains !

Après avoir vécu des journées de 10 h à 20h, j’ai l’impression de vivre une compétition en accélérée, tout le monde passe en même temps et tout est fini en 1h30 ! Il y a quand même du suspens, je trouve ça génial on retrouve les temps forts des compétitions !
La cérémonie des médailles est un peu particulière, suite au règlement les photos à plusieurs sont interdites, les câlins également, les gymnastes peuvent donc se faire un « check » !

23-25 avril : Nous recevons toujours des demandes d’entraînements, en gardant en tête que seuls les gymnastes qualifiés aux finales ont le droit de s’entraîner !

25 avril : Dernière journée de compétition avec la Marseillaise qui retentit dans la St Jakobshalle avec la médaille d’or suite à la poutre de Mélanie de Jesus dos Santos. Très émouvant ! Première fois que je l’entends sur une compétition de si grande envergure ! De très beaux souvenirs ! Et de très belles performances pour les Suisses également avec une médaille pour Giulia Steingruber et pour les Suisses MAG ! On sent les délégations suisses particulièrement émues et au taquet dans le public, ils le soutiennent comme il se doit !

Ce que je retiens de mon expérience à Bâle :
– Beaucoup de tests COVID : 4 au total obligatoire en l’espace de 10 jours avec toujours un micro stress ! Mais maintenant je suis une pro des tests (Rires).
– Des journées très intenses et le bonheur qu’une compétition avec autant de délégations ait pu avoir lieu en respectant les règles, ça donne espoir pour les Jeux de Tokyo !
– Beaucoup de discussions en Allemand que je n’ai pas compris, j’y étais habituée car j’ai eu le même environnement aux championnats du monde de Stuttgart, merci google traduction et la traduction hors connexion qui m’a bien aidé, car je ne parle pas allemand !
De l’espoir : que les compétitions reprennent, que les Jeux Olympiques aient lieu !
Un bonheur immense d’avoir pu participer à cette compétition mémorable, les gymnastes aussi étaient les premiers à manifester leur joie d’être de retour sur les plateaux !!
J’ai été ravie de partager un petit bout de cette compétition, j’ai reçu beaucoup de messages de remerciement, et ça me fait plaisir car je suis la première intéressée de suivre ceux qui ont la chance d’être sur les plateaux en ces temps particuliers !

LivieFromParis


Lire aussi 

Le journal de bord d’une juge Top 12

Le journal du bord d’une entraîneure de club en 2021

Article précédentLe bain froid, rituel de récupération des fins d’entraînements à Kobé
Article suivantKévinn Rabaud : « L’équipe de France de gymnastique artistique est prête à rejoindre Tokyo pour la compétition »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom