Incendie du COSEC Léo Lagrange à Mérignac : une cagnotte en ligne a été lancée

0
1468

Le club du SAM Gymnastique Mérignac a lancé une cagnotte en ligne suite à l’incendie qui a détruit le COSEC Léo Lagrange dans la nuit du 30 au 31 décembre 2018.

L’année 2018 s’est mal terminée pour le SAM Gymnastique de Mérignac qui a assisté, impuissant, dans la nuit du 30 au 31 décembre dernier à l’incendie qui était en train de ravager la salle dans laquelle 370 de ses 550 adhérents s’entraînent chaque semaine. Vers 1h du matin, un adhérent du club, qui réside non loin de la salle, était l’un des premiers à entendre des bruits suspects. « Quelques instants plus tard, un de nos entraîneurs passait à proximité du gymnase alors qu’il était dans le tram et voit alors un petit feu« , confie Stacy Chomeau, la secrétaire général du club girondin. Et de préciser : « Il a tout de suite appelé les pompiers mais le feu, qui avait débuté à l’extérieur de la salle, s’est propagé extrêmement vite et a directement pris dans la salle de gym. Avec la fosse et la mousse, les flammes se sont immédiatement propagées. À 3h du matin, il n’y avait plus rien. »

En quelques heures, et malgré l’intervention rapide des pompiers, la salle était partie en fumée laissant le SAM démuni, sans salle ni matériel. Rapidement, un élan de générosité s’est alors mis en place.  « Je ne m’attendais pas à tant de générosité, livre avec émotion la secrétaire général. Les clubs alentours nous ont immédiatement contactés afin de nous proposer des créneaux et ainsi permettre à nos adhérents de continuer à s’entraîner jusqu’à la fin de la saison. Nous n’avons pas eu à les démarcher, ils nous ont contactés d’eux-mêmes et ça fait chaud au coeur. Certains nous ont proposé des créneaux horaires, d’autres du matériel, nous ne nous attendions pas à tant de générosité. Tout est presque finalisé et tous les compétiteurs pourront ainsi continuer de s’entraîner. C’est important pour nous. Quant aux loisirs, les 11 cours ont été basculés sur notre deuxième salle, certes plus petite, mais cela nous permettra de terminer la saison. »

Si des clubs de la métropole bordelaise ont proposé leur aide pour accueillir les compétiteurs, d’autres clubs de Nouvelle-Aquitaine ont aussi contacté les dirigeants du SAM afin de mettre à disposition une partie de leur infrastructure. Notamment à Arcachon, Pau et Agen. « En raison de la distance qui sépare Mérignac de ces 3 villes, nous ne pourrons pas faire les allers-retours dans la journée mais cela nous permet d’entrevoir la possibilité d’organiser des stages dans ces 3 villes pendant les vacances scolaires » , poursuit la secrétaire général.

Des solutions provisoires avant de trouver une solution plus pérenne pour les 3-4 années à venir, le temps qu’un nouveau gymnase soit construit sur la ville. Des aides variées qui vont alors permettre au club de pouvoir terminer cette saison dans les meilleures conditions possibles et plus sereinement. Aussi bien pour les adhérents que pour les salariés et les bénévoles. « Ce week-end, nous aurions dû organiser une compétition départementale, explique Stacy Chomeau. C’est le club de Bègles qui a pris le relais au pied levé et ils nous ont indiqué qu’ils nous reverseraient une partie des recettes. En guise de remerciement, nous avons souhaité fournir les bénévoles afin de les aider à installer et désinstaller la salle, à tenir la buvette, etc. »

Des actions solidaires qui permettent ainsi au club de garder espoir et de regarder vers l’avenir, même si le club (et la ville) savent qu’il va falloir faire preuve de patience. « Une enquête a été ouverte mais, pour l’heure, aucune conclusion ne peut-être tirée« , éclaire la secrétaire général du SAM avant de poursuivre : « Il faudra également attendre l’indemnisation des assurances mais nous savons que tout cela va prendre du temps. »

En parallèle, le club a également pris l’initiative de lancer  une cagnotte Leetchi afin de collecter des fonds pour l’achat de matériel appartenant au club avec des dons qui permettront alors en partie de financer tapis de réception, cordes, sangles, altères, maniques, matériel informatique et de sonorisation par exemple. « La plupart du matériel appartient à la mairie mais la cagnotte permettrait de nous aider à remplacer le matériel qui appartient au club et que nous avons financé et qui correspond à un budget de 50 000€ » , précise la présidente du SAM.

Pensionnaire du Pôle de Dijon, la jeune Kloé Gausselan-Cresson a quant à elle mis en ligne une vidéo sur ses réseaux sociaux afin de sensibiliser les populations sur cet incendie qui a ravagé cette salle qui l’a vue grandir et évoluer jusqu’à son entrée dans l’élite… Une manière pour la jeune gymnaste d’apporter son soutien à ce club qui lui est si cher.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom