Histoire de confinement avec les soeurs Dot-Espinosa

[HISTOIRE DE CONFINEMENT – ÉPISODE 12] Chez les Dot-Espinosa, la gymnastique rythmique, c’est une histoire de famille. L’aînée est au pôle d’Orléans et fait partie de l’équipe de France junior, tandis que la cadette s’illustre brillamment en National B au club d’Orléans. Aïnhoa et Thelma profitent du confinement pour s’entraîner ensemble. Les jeunes demoiselles, aux qualités artistiques et à la souplesse reconnues dans la discipline, continuent de progresser, même à la maison. Des rêves plein la tête, elles remplacent la frustration de cette saison inachevée avec de nouveaux objectifs. Nous en avons profité pour découvrir leur nouveau quotidien… 100% à la maison bien sûr.

Gym and News : Comment avez-vous revu votre emploi du temps durant le confinement ? Quelle est une journée type pour vous maintenant ?
Aïnhoa : Je me lève vers 8h30. Le matin ainsi que le début de l’après-midi sont consacrés à l’école. Le reste de l’après-midi, je passe à l’entraînement. Le soir, je fais d’autres activités, mais j’essaie de ne pas me coucher trop tard pour garder le rythme.

Thelma : Moi aussi je me lève à 8h30, et j’ai cours jusqu’à midi puis je déjeune et je reprends les cours jusqu’à 15h. Ensuite, je fais 2h de sport généralement ainsi que des activités créatives et je ne me couche pas trop tard.

Avez-vous des entraînements à réaliser quotidiennement ? Ressentez-vous des difficultés avec le fait de vous entraîner à distance ?
Aïnhoa :
C’est sûr que c’est très différent de l’entraînement habituel. Au début, je m’entraînais selon un programme que j’avais moi-même créé. Mais depuis les vacances, les entraîneurs ont mis en place un programme d’entraînement en visioconférence.

Thelma : Mon entraîneur m’a conseillé de m’entraîner quotidiennement pour ne pas perdre le rythme et revenir en forme au moment de la reprise. Mais je n’ai pas de difficulté avec le fait de m’entraîner à distance même si c’est vrai que cela change énormément.

Comment arrivez-vous à rester motiver ?
Aïnhoa : Il faut se dire que plus on travaille plus on reviendra en forme ! De plus, je travaille de nouveaux éléments corporels et à l’engin aussi. Cela me donne l’impression de ne pas perdre de temps.

Thelma : Je reste motivée car je veux retourner à la salle en sachant faire pleins d’autres choses. Je cherche plein de nouvelles manipulations et de difficultés corporelles pour mes futurs exercices.

À quoi ressemblent vos entraînements à la maison ?
Aïnhoa : Les entraînements sont variés. Danse classique, préparation physique, travail des difficultés corporelles, assouplissement, travail à l’engin, recherche de nouveaux éléments… Mais aussi des activités qui ne sont pas directement liées à la GR comme du footing, du vélo d’appartement et de la Zumba.

Thelma : Pendant mon entraînement, je m’échauffe puis je fais des assouplissements. Ensuite, je réalise de la préparation physique, je travaille l’engin, je fais des étirements mais aussi de la Zumba.

Est-ce plus motivant de s’entraîner chez soi quand tu as ta sœur qui pratique le même sport ?
Aïnhoa : C’est sûr que c’est plus motivant ! Même si parfois, je ne peux pas m’entraîner avec ma soeur quand je suis en visioconférence avec le pôle.

Thelma : Même si Aïnhoa est souvent en visioconférence, je trouve ça beaucoup plus motivant d’être ensemble. Mais on essaie de faire des assouplissements ensemble.

Votre maman est également dans le milieu, est-ce qu’elle vous entraîne, vous motive, vous corrige ?
Aïnhoa : Alors, il faut savoir que chez nous, il y a une devise : « Ce qui se passe à la salle reste à la salle, ce qui se passe à la maison reste à la maison ». Bien sûr, si on le lui demande, elle peut nous donner des petits conseils.

Thelma : Malgré cette devise, si on lui demande un avis sur une difficulté corporelle par exemple, elle va nous répondre bien sûr. Mais malgré tout, elle garde toujours un petit oeil sur moi.

Est-ce que la GR continue d’être au cœur de vos discussions familiales pendant le confinement ?
Aïnhoa : Je trouve qu’elle est moins présente que d’habitude dans nos discussions.

Thelma : Beaucoup moins en fait, car il y a beaucoup moins de choses à organiser autour de la GR.

Comment avez-vous vécu l’annonce de l’arrêt de la saison ?
Aïnhoa : Cela a été très difficile pour moi car j’étais en pleine préparation pour la qualification des championnats d’Europe et j’avais plusieurs tournois internationaux de prévus.

Thelma : J’étais vraiment très triste car la saison des ensembles est celle que je préfère. Avec mes copines, on aime beaucoup prendre le bus ensemble, aller à l’hôtel.. Je savais que mes amies allaient beaucoup de manquer en plus.

À quoi ressemble votre régime alimentaire pendant le confinement ?
Aïnhoa : Cela ne change pas vraiment de d’habitude, même si il faut dire que les repas à la maison sont toujours bien meilleurs que ceux du self !

Thelma : Rien n’a changé dans notre alimentation même si on a plus tendance à faire de la pâtisserie.

La dernière série que vous avez regardée ?
Aïnhoa : La Casa de Papel et Locke and Key !

Thelma : Moi aussi, La Casa de Papel et sinon Les désastreuses aventures des orphelins de Baudelaire.

Qu’est ce que cette période de confinement vous permet de faire et que vous ne faites pas forcément d’habitude ?
Aïnhoa : Je passe plus de temps avec mon chat, je lis plus, je fais des activités manuelles, je regarde des films aussi. Mais surtout, je passe plus de temps avec ma famille même si mon père travaille à l’hôpital.

Thelma : Je fais plus d’ateliers créatifs et de pâtisseries aussi !

Comment vivez-vous les cours à distance ?
Aïnhoa : Il m’a fallu un temps d’adaptation mais cela se passe bien. J’ai quand même l’impression d’y passer plus de temps que d’habitude.

Thelma : Les cours à distance se passent très bien et en plus on a la chance d’avoir deux ordinateurs et une imprimante.

Un rêve/projet qui vous permet de continuer à rêver pendant le confinement ?
Aïnhoa :
Je rêve d’intégrer l’ensemble de France. De plus, j’ai encore l’espoir que les championnats d’Europe soient reportés mais toujours en 2020 de façon à ce que je puisse tenter ma chance d’y participer. Et ça, ça reste dans ma tête.

Thelma : Cela nous a permis de nous évader par la pensée. On aimerait faire le tour du monde ! Mais je crois que ce n’est pas trop le moment ! (rires)

Appréhendez-vous le retour à la vie normale ?
Aïnhoa : Non, je suis surtout très pressée de retourner à la salle. Même si le virus créé une petite appréhension.

Thelma : Oui, j’appréhende de retrouver notre quotidien d’avant avec le coronavirus en libre circulation.

Pour finir, que faites-vous  en cas d’ennui ?
Aïnhoa :
On ne dirait pas comme ça mais on n’a pas tellement le temps de s’ennuyer.

Thelma : Je lis, je colorie, j’appelle mes copines, je regarde des séries. Mais en réalité, je ne suis pas du genre à m’ennuyer.

Propos recueillis par Océane Michel

 

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom