GR : Dernière ligne droite avant Sofia

Hélène Karbanov a pris la tête du classement. Photo Michel Le Photographe

Ce samedi, un test avait lieu à l’INSEP réunissant les meilleures Françaises afin de déterminer celles qui représenteront la France lors des prochaines échéances. Toutes étaient au rendez-vous excepté Maëna Million, blessée à la cheville récemment.

Cela faisait plusieurs années que la concurrence en senior n’avait pas été aussi « dense ». À trois semaines de la première étape coupe du monde de Sofia (26-28 mars) qui signera le début des hostilités pour décrocher une place à Tokyo l’été prochain, les seniors françaises étaient cinq ce samedi en test à l’INSEP. Et contre toute attente, ce sont les plus jeunes qui ont fini en tête. La Calaisienne Hélène Karbanov (2004) s’est imposée, plus d’un mois après sa victoire lors de la revue d’effectif. Lily Ramonatxo (2005) a fini deuxième devant Kseniya Moustafaeva qui reprenait tout juste la compétition.

Moustafaeva de retour
Après plus d’un an sans frôler les praticables de compétition, freinée par des blessures et le Covid-19, Kseniya Moustafaeva est revenue hier dans la course pour Tokyo 2021. La gymnaste de 25 ans, « doyenne » de ce test (10 ans séparent Kseniya de Lily la plus jeune) n’a pas démérité en terminant troisième. Kseniya avait déjà participé aux Jeux à Rio en 2016 où elle avait été finaliste et fini 10e. La Française a toujours pour objectif les Jeux de Tokyo. Un événement avec lequel elle aimerait clôturer sa carrière.


Le classement

1. Hélène Karbanov – Pôle de Calais / Calais GRS
2. Lily Ramonatxo – Pôle de Montpellier / Montpellier 3M GRS
3. Kseniya Moustafaeva – INSEP / Société Municipale de Bourges Gymnastique
4. Maëlle Millet – Pôle de Montpellier / L’Envol Saint-Gaudinois
5. Valérie Romenski – Pôle de Calais / La Nantaise


Un test crucial pour la suite
À l’issue de ce test, la fédération va décider dans les prochaines semaines qui partira sur les différentes étapes coupe du monde. Pour rappel, trois ultimes places olympiques seront attribuées à l’issue des quatre étapes coupe du monde (Sofia, Tachkent, Bakou, Pesaro).

Mais la concurrence est rude et les enjeux diffèrent. Si Kseniya Moustafaeva est sur sa fin sa carrière et souhaiterait terminer en beauté avec les Jeux, il faudra compter sur les plus jeunes qui proposent des enchaînements avec des notes plus hautes. Le choix de la fédération n’est donc pas des plus simples et la révélation des deux gymnastes qui s’envoleront pour Sofia à la fin du mois éclaircira un peu plus la stratégie adoptée.

Dans un compte-rendu publié sur le site de la fédération, Géraldine Miche, DHN GR, a tiré un bilan mitigé. « J’ai senti beaucoup de stress chez les filles aujourd’hui. Elles ont réalisé des exercices moins précis qu’habituellement. Les filles manquent de compétitions a-t-elle expliqué. Nous avons fait un travail intéressant avec les juges et les entraîneurs en analysant la compétition et les vidéos et en expliquant les notes les stratégies de composition et les points d’amélioration. »

Si le choix n’a pas encore été dévoilé, tout devrait s’accélérer dans les semaines à venir avec un retour pour nos Françaises aux compétitions internationales cinq mois après les championnats d’Europe de Kiev auxquels seul Lily Ramonatxo avait participé en junior. La fédération n’ayant alors pas envoyé de seniors considérant le niveau des Françaises trop juste.

Ambre Tarin
Photo Michel Le Photographe

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom