En toute intimité avec Blanche Beziaud : « Quand je me suis blessée, j’ai ressenti du dégoût »

Une fois par mois, dans le cadre de la rubrique « En toute intimité », un ou une gymnaste de haut-niveau se confie sur ses rituels et ses habitudes. Après Lorette Charpy et Loan His, c’est au tour de la jeune Blanche Beziaud (14 ans) de se prêter au jeu de cette interview confidence. Pensionnaire du Pôle de Dijon, Blanche est actuellement en pleine convalescence en raison d’une blessure contractée au genou lors d’un rassemblement France organisé à Saint-Etienne, en février dernier. En attendant de pouvoir la revoir sur les plateaux de compétition, partons à sa découverte… en toute intimité.

Gym and News : Peux-tu revenir sur tes débuts en gym ? 
Blanche Beziaud : J’ai commencé la gym à l’âge de 4 ans dans mon club actuel, la Chatillonnaise gymnastique, puis je suis entrée au Pôle en CM1. J’ai commencé la gym parce que mes frères et soeurs en faisaient également.

Qu’est-ce qui te plaît le plus en gym ? 
Les sensations.

Quelle est la première chose que tu fais quand tu arrives à l’entraînement ? 
Je m’étire.

Que fais-tu pour décompresser avant une compétition ? 
Je respire doucement.

Quelle sensation ressens-tu lorsque tu entres sur un plateau de compétition ? 
Du stress.

blanche

As-tu un justau fétiche ? 
Les justau du Pôle.

Quelle est ton astuce pour faire cicatriser un steak plus rapidement ? 
Je mets du Cicatryl.

Qu’as-tu ressenti lorsque tu t’es blessée lors du stage avec le collectif France ?
Du dégoût.

 

As-tu une idole ? 
Flavia Saraiva.

Dors-tu normalement en période de compétition ?
Oui je dors correctement.

Que fais-tu pour trouver le sommeil plus rapidement ?
Je lis avant de dormir.

Manges-tu normalement ou alors en tant que gymnaste de haut-niveau, dois-tu faire attention à ton alimentation ?
Je mange assez normalement et je mange des légumes.

Qu’as-tu ressenti lors de ta première convocation en stage avec le collectif France ? 
Très heureuse.

Te souviens-tu de ce que faisais lorsque tu as appris que tu étais convoquée pour premier stage ? Qui as-tu appelé en premier ?
Je ne sais plus ce que je faisais mais j’ai appelé mes parents en premier.

Blanche beziaud sol

Quel est le plus grand sacrifice que tu as dû faire en tant que gymnaste de haut-niveau ?
Ne pas pouvoir faire de compétition pour cause de blessure.

Quelle a été ta plus grande frayeur à l’entraînement ?
Je n’ai pas trop eu de grosses frayeurs.

Quand tu as peur de faire un élément, quelle est ta « stratégie » pour vaincre ta peur ?
Je me dis dans ma tête qu’il ne m’arrivera rien.

Quand penses-tu pouvoir reprendre l’entraînement ? 
Dans un mois.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom