Nous l’avions quitté en mai dernier triste, malheureux et en colère. À cette époque-là, il voulait tout arrêter. Il ne voulait plus entendre parler de gym, ni s’entraîner. Ancien membre de l’équipe de France de gymnastique artistique masculine, Edgar Boulet était las. Dépressif même. Après avoir quitté l’INSEP il était parti s’installer sur Orléans, là où il s’est reconstruit. Là où il a su retrouver sa bonne humeur légendaire et… goût en la gym !

Gym and News : Edgar, tu as participé à la revue d’effectifs en décembre dernier, quel retournement de situation ! C’est une chose à laquelle on ne s’attendait pas…
Edgar Boulet : Et oui, en effet, j’ai participé à la revue d’effectifs ! C’était la surprise pour beaucoup de monde… même pour moi (Rires) ! Car il y a encore quelques semaines, je ne savais même pas que j’allais y participer. Pour être honnête, les choses se sont faites un peu sur un coup de tête.

C’est-à-dire ? 
Comme vous le savez, après avoir quitté l’INSEP, je suis parti m’installer sur Orléans. J’avais pris 10-12 kilos, je sortais d’une dépression à tendance alcoolique et je n’étais vraiment pas en forme ni physiquement, ni moralement. Une fois sur Orléans, j’ai recommencé à prendre soin de moi physiquement, à faire de la muscu et à revenir au gymnase pour partager mon expérience avec les plus jeunes. Petit à petit, le goût de la gym est revenu. Revoir les agrès a commencé à me titiller et j’ai recommencé à monter dessus. Sans pression. Juste comme ça, pour le plaisir. Pour moi, il était important de me reconstruire avant de penser à l’après. J’ai perdu 6 kilos en un mois et demi, la forme physique revenait et le moral aussi. Puis mon club m’a demandé si je voulais reprendre le Top 12 et j’ai accepté. C’est là que tout a commencé.

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom