Eden Desaulty : « Concentration, détermination et précision »

Pensionnaire du pôle espoir de Meaux depuis la rentrée 2019, Eden Desaulty (10 ans) fait déjà preuve d’une grande maturité malgré son jeune âge. Déterminée, elle se démarque également à l’école. En classe de Sixième, elle a un an d’avance. Partons à sa découverte dans le cadre du rendez-vous du mardi, « les interview de Mary-Lou ».

Gym and News : Eden, à quel âge et où as-tu commencé la gym ?
Eden Desaulty : J’ai commencé la baby gym à 3 ans au club de Saint-Laurent-Blangy, près d’Arras.

Pourquoi la gym ?
J’étais un paquet de nerfs, ce sont mes parents qui ont choisi ce sport, l’un des seuls possibles à cet âge-là.

Qu’aimes-tu dans ce sport ?
J’aime les acrobaties et tout ce qui tourne (Rires) : saltos, soleils, vrilles … et j’adore la chorée.

Peux-tu te décrire en trois mots ?
CLOWN- DYNAMIQUE – PERSEVERANTE

Peux-tu nous donner un défaut et une qualité ?
Défaut : pipelette
Qualité : souriante

Quels sont tes passe-temps en dehors de la gym ?
J’adore dessiner, lire et écouter de la musique.

Es-tu en famille d’accueil ?
Non. Je suis à l’internat avec les autres filles du pôle et quelques filles du CREPS de Meaux.

Comment ça se passe à l’internat ? Et comment gères-tu l’éloignement familial si jeune ?
A l’internat, ça se passe très bien. Au tout début, cela a été un peu difficile surtout que nous sommes partis deux semaines en stage à la Teste de Buch. J’ai dû apprendre à devenir autonome sur de nouvelles choses. Maintenant ça va beaucoup mieux. La semaine passe vite et j’adore ce que je fais.

Qu’est-ce que tu dois travailler pour devenir plus forte ?
Pour devenir plus forte, je dois réussir à me canaliser davantage en compétition, ne pas me précipiter dans mes mouvements. Être plus précise en fait.

Comment s’est passée la revue d’effectif 2019 ?
Elle s’est dans l’ensemble bien passée malgré une chute en poutre qui m’empêche de me qualifier pour le championnat de France Elite donc forcément je suis un peu déçue de moi.

Tu t’es cassée le pied en salto arrière en poutre en octobre 2018, comment as-tu géré cette première blessure ?
Au début, quand j’ai appris que je ne pourrai plus faire d’accrocs pendant plus de 3 mois, cela a été très compliqué. Une grosse déception car je me préparais aussi pour passer le test pour entrer dans l’équipe des Hauts de France pour la revue d’effectifs. Puis après, mes coachs Stéphanie et Lolo ont été super. J’ai pu retourner à la gym pour m’entretenir au niveau musculaire et souplesse.

Combien de temps es-tu restée dans le plâtre ? As-tu eu de la rééducation ? 
Je suis restée dans le plâtre durant 3 semaines. En fait, c’était un plâtre attelle. Puis, j’ai eu une botte de marche pendant environ 6 semaines. Le médecin nous a demandé de consulter un kiné du sport qui nous a dit que la rééducation n’était pas nécessaire, que ça allait se faire naturellement avec la reprise du sport.

La reprise était-elle difficile ?
Oui, avec un peu d’appréhension à remarcher et à retaper sur mon pied et donc à refaire les éléments.

As-tu toujours peur de refaire le salto arrière en poutre ?
Honnêtement, toujours un petit peu peur de me refaire la même chose.

Pour les championnats de France 2019 ton programme avait-il été allégé à cause de ta blessure ou avais-tu réussi à refaire les éléments prévus ?
Pour les championnats de France, mon programme n’a pas spécialement été allégé car comme je me suis blessée en début de saison, je n’avais pas encore beaucoup travailler les éléments. Au final, j’ai réussi à mettre quelques éléments que je n’avais pas dont le soleil et le salto en poutre.

Comment s’est passée ta rentrée au pôle ?
Ma rentrée au pôle s’est très bien passée. J’étais très excitée et tellement heureuse d’avoir été prise.

Et ton intégration ?
Pareil. Ça s’est bien passé, j’ai été bien accueillie ce qui a aussi facilité mon intégration. Les filles sont toutes sympas.

Pourquoi Meaux et pas un autre pôle ?
D’une part c’était le plus près de chez moi et puis j’y avais fait mes stages contacts et j’avais adoré.

Combien d’heures t’entraînes-tu par semaine ?
Je pense environ 23 heures.

Ce n’est pas trop dur avec ton année d’avance de concilier collège et pôle ?
Non pour l’instant ça se passe bien.

Ou aimerais-tu évoluer en senior ?
L’INSEP.

Pourquoi ce choix ?
Des championnes y ont été formées et c’est sur Paris donc pas trop loin des Hauts de France.

Quel est ton agrès préféré ?
J’aime tous les agrès avec une préférence pour la poutre

L’agrès que tu aimes le moins ?
Aucun.

Quel élément te fais peur ?
Le direct en barres.

Quel est ton élément rêvé à chaque agrès ?
– sol : double arrière carpé
– poutre : flip flip tendu décalé
– barres : yeager
– saut : yurchenko vrille

Comment résumes-tu ta saison gymnique 2018-2019 ?
SURPRENANTE malgré ma blessure (ma place au championnat de France avenir et mon admission à Meaux).

Si tout rentre dans l’ordre, quels sont tes objectifs pour cette saison ?
La double vrille au sol, le pieds-mains équi en barres, tourner le yurchenko, sortie rondade double vrilles en poutre.

Qu’est-ce que le sport de haut niveau t’apporte au quotidien ?
Autonomie, rigueur et j’apprends aussi et surtout à me canaliser.

As-tu besoin de beaucoup de travail pour acquérir un nouvel élément ou cela se fait-il avec facilité ? 
Je dirais que ça dépend des agrès.

Dans quel état d’esprit es-tu quand tu rentres sur le plateau de compétition ?
C’est un mélange de stress, de concentration et d’excitation.

Comment gères-tu ton stress ?
J’essaie de me rappeler 3 mots que mes coachs m’ont appris : concentration-détermination et précision mais ce n’est pas toujours facile.

Tu as rencontré Simone Biles ! C’était comment ? dans quel état d’esprit étais-tu ?
C’était WOUAH !!!! Une énorme surprise grâce au pôle ! J’étais intimidée …

Ton plus grand rêve ?
Les J.O !

Propos recueillis par Mary-Lou 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom