Direction le Cirque du Soleil pour Kévin Dupuis

Membre du collectif France senior peu épargné par les blessures, Kevin Dupuis tire sa révérence. Prochaine destination : le cirque du Soleil ! Une page qui se tourne pour un gymnaste au grand coeur.

C’était l’un de ses rêves. Depuis sa plus tendre enfance, Kevin Dupuis avait 2 rêves : faire les Jeux Olympiques et rejoindre la troupe du Cirque du Soleil. S’il n’a pas réalisé le premier, le second s’apprête à devenir réalité. Fin septembre, le pensionnaire du Pôle d’Antibes s’envolera pour le Canada dans le cadre de la création d’un tout nouveau spectacle du Cirque du Soleil. Il y retrouvera d’ailleurs l’un de ses partenaires de club et d’équipe de France, Axel Augis, également fraîchement retraité. Un nouveau départ qu’il compte bien savourer. Un nouveau chapitre qui va s’ouvrir après des années dans le haut-niveau et qui lui permet ainsi de passer à autre chose l’esprit serein. « Je ne voulais pas arrêter la gym sans rien avoir derrière alors lorsque j’ai eu l’opportunité de rejoindre le Cirque du soleil, je l’ai saisie. Je n’ai pas hésité une seule seconde. C’était un rêve d’enfant qui devenait réalité » , confie-t-il. Et d’ajouter : « J’avais déjà été appelé il y a quelques temps pour un remplacement mais je me disais que j’avais encore des choses à faire en gym. Cette fois-ci, j’étais prêt. »

Une transition qui tombe à pic donc après une saison marquée par une nouvelle blessure au genou. La troisième. Les trois fois il s’est relevé, à la différence que pour celle-ci, il ne reviendra pas en tant que gymnaste mais en tant qu’artiste. Il ne reviendra pas non plus à Antibes mais à Montréal. « Cette troisième blessure au genou n’a pas été facile à gérer. Moralement c’était dur, j’avais réussi à revenir les 2 premières fois, j’étais une nouvelle fois au top de ma forme et à mon meilleur niveau et finalement tout était encore à faire. Alors forcément, on commence à se poser des questions.  Est-ce que je continue ? Est-ce que je fais autre chose ? Quand le Cirque m’a proposé un contrat, je me suis dit que c’était le moment. »

S’il a fait l’annonce officielle en ce début du mois de septembre, la nouvelle de sa retraite avait fuité lors de la finale du Top 12 où il avait été annoncé que Kevin venait de disputer sa dernière rencontre avec son club de Clamart avant de se tourner vers d’autres horizons. Mais Kevin attendait que tout soit bien ficelé avant de s’avancer. Le silence avait donc pris le dessus sur le reste jusqu’à ce jour où il a publié une vidéo très émouvante pour annoncer sa fin de carrière et revenir sur les différentes étapes de sa carrière entre ses débuts au club de Chateaubriant avant de rejoindre la Nantaise, ses débuts en équipe de France, ses blessures, son quotidien au Pôle d’Antibes, son titre de champion de France avec Clamart, etc.

Et malgré ces blessures qui ont clairement freiné sa progression et qui aurait pu le mettre à terre à plusieurs reprises, le pensionnaire du Pôle d’Antibes, également coach sportif, ne garde que de bons souvenirs de sa carrière. « Je n’ai vraiment aucun regret » , lance-t-il. « Certes il y a eu des hauts et des bas avec mes blessures qui m’ont freiné dans ma progression et je ne sais pas ce qui se serait passé si je n’avais pas eu tous ces coups d’arrêt mais je ne retiens que le positif. Alors certes je n’ai pas fait les Jeux Olympiques mais j’ai donné le meilleur de moi-même, donc c’est le principal pour moi ! Même si c’est vrai que j’aurais quand même aimé être un peu moins blessé (Rires) ! Au moins une de moins »

Toujours bien entouré, Kevin Dupuis n’a jamais baissé les bras, quand d’autres auraient certainement lâché bien avant. Épaulé par ses proches, il a également toujours pu compter sur le soutien de Rodolphe Bouché, son entraîneur au pôle d’Antibes. « Rodolphe est vraiment quelqu’un qui a marqué ma carrière. C’est bien plus qu’en entraîneur. On a vraiment noué une relation très forte avec beaucoup de confiance » , confie-t-il avant de préciser : « Nous avions une réelle complicité. Il a toujours été à l’écoute et n’hésitait pas à faire quelques ajustements afin de prendre en compte mes demandes, mes attentes. C’était bien plus qu’une simple relation entraîneur / entraîné. Alors certes il y a eu des moments difficiles mais il a toujours su trouver les mots. Rodolphe fait partie des personnes qui ont marqué ma carrière »

Tout comme Samuel Toumi, préparateur mental. « Le travail que nous avons mené ensemble m’a permis d’avoir de la sérénité en compétition. C’était quelque chose qui me manquait et notre rencontre a eu un réel impact. Je n’étais plus du tout dans le même état d’esprit. On a su développer des choses ensemble et je lui en serai toujours reconnaissant. »

Désormais, Kévin regarde vers l’avenir. Non sans une certaine petite appréhension. « J’appréhende un peu de quitter Antibes, ma petite amie, ma famille mais c’est une nouvelle aventure qui m’attend » , livre-t-il. Alors avant de s’envoler pour Montréal, il profite des siens, savoure chaque instant, et en profite également pour peaufiner sa préparation afin d’être opérationnel pour faire le grand saut. « Je m’entraîne tous les jours en orientant mes entraînements vers ce que le Cirque du Soleil m’a donné. Je ne peux pas dire grande chose car il faut garder une part de mystère, et je ne sais pas encore grand chose de toute manière, mais je fais pas mal de travail sur les barres parallèles et je fais également beaucoup de prépa physique » , explique-t-il. Pour le reste, on ne saura rien ! Le mieux sera d’aller l’admirer dans son tout nouveau costume d’artiste. Un costume qui lui collera sans nulle doute parfaitement à la peau…

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom