Décryptage d’une compétition de trampoline

L'épreuve de trampoline débutera vendredi 30 juillet. Photo Facebook supporters de Léa & Allan

Les Jeux Olympiques sont souvent l’occasion de découvrir de nouvelles disciplines. Amateurs de gymnastique artistique, et si vous profitiez de ces JO de Tokyo pour vous intéresser au trampoline ? Afin de vous aider à mieux comprendre cette discipline, on vous décrypte avec l’aide de Laura Paris, ancienne trampoliniste de haut-niveau, le déroulé d’une compétition de trampoline.

Aux Jeux Olympiques de Tokyo, 16 féminines et 16 masculins se sont qualifiés. Parmi les 16, seuls les 8 meilleur(e)s se qualifieront pour la finale.

Lors des qualifications, chaque athlète présente 2 passages : le libre 1 et le libre 2. Chaque passage contient 10 touches (soit 10 figures). L’athlète choisit s’il veut faire des figures en avant ou en arrière. Il peut enchaîner plusieurs figures en avant ou en arrière ou bien préférer alterner l’avant avec l’arrière. C’est d’ailleurs souvent ce dernier cas de figure qui est le plus représenté.

Dans le libre 1, l’athlète choisit en amont 3 difficultés qui vont compter en points. Seules les 3 difficultés annoncées en amont rentreront donc la note de difficulté. Sur le libre 2, les 10 touches compteront en difficultés. Il n’est pas possible de présenter deux fois la même figure, sinon seule la première exécutée sera prise en compte pour la note de difficultés.

En finale, l’athlète ne présentera qu’un libre 2.

Une note de trampoline se compose de la façon suivante :

  • 1 note de difficulté
  • 1 note d’exécution
  • 1 note de temps de vol
  • 1 note de déplacement

Note de difficulté (D)

Dans le libre 1, l’athlète choisit en amont 3 difficultés qui vont compter en points. Seules les 3 difficultés annoncées en amont rentreront donc la note de difficulté. Sur le libre 2, les 10 touches compteront en difficultés. Il n’est pas possible de présenter deux fois la même figure, sinon seule la première exécutée sera prise en compte pour la note de difficultés.

Note d’exécution (E)

Les juges partent sur la note de 20 et déduisent ensuite toutes les fautes d’exécution. A savoir les fautes de jambes, les ouvertures, les corps cassés, les sur-rotations, etc.

Note de temps de vol (ToF)

Cette note prend en compte le nombre de secondes passées en l’air. Un capteur se trouve sous la toile et permet ainsi de compter le temps de vol. Plus l’athlète a un temps de vol élevé, mieux c’est.

Note de déplacement (H)

La note de déplacement est une note de déduction. Plus l’athlète s’éloigne du centre du trampoline (zone avec la croix), plus il perd des points.

Á noter également que lorsqu’il se présente aux juges, l’athlète a ensuite 1 minute maximum pour effectuer sa première figure. Durant cette première minute, il peut par exemple s’arrêter pour se replacer uniquement s’il n’a fait que des chandelles. A partir du moment où un athlète fait une figure, l’exercice est lancé. Au terme de cette première minute, chaque minute supplémentaire sera pénalisée.

Hors Jeux Olympiques, le système est légèrement différent car les trampolinistes sont beaucoup plus nombreux. Lors des qualifications, les 24 premiers se qualifient pour les demi-finales puis les 8 premiers en finale. 

 

Article précédentJeux Olympiques (Tokyo 2020) : Daiki Hashimoto décroche l’or au concours général individuel
Article suivantSimone VS Herself : une série-documentaire retraçant sa préparation pour les Jeux de Tokyo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom