Confinées déguisées

[HISTOIRE DE CONFINEMENT – ÉPISODE 10] Des gymnastes de haut-niveau s’entraînant en robe de soirée en plein confinement ? Impossible, dites-vous ?  Et bien détrompez-vous ! L’image est bien réelle et ce, grâce à un homme : Nicolas Brunet. Explications.

Ancien membre de l’équipe de France de gymnastique aérobic entre 2003 et 2006, Nicolas Brunet est aujourd’hui kinésithérapeute-ostéopathe à l’INSEP depuis 2015, et préparateur physique à l’Opéra de Paris. Jusque-là, classique. Mais donc, où est le rapport avec la gymnastique et la tenue de soirée, êtes-vous certainement en train de vous dire ? On y vient…

Nicolas Brunet est l’un des quatre kinés qui suit les gymnastes de l’INSEP tout au long de l’année. En séance collective, à raison de deux fois par semaine, ou en séance individuelle en fonction des besoin de chacune. Pendant le confinement, ses missions ne se sont pas interrompues. Bien au contraire, puisque deux fois par semaine, il intervient auprès des « Insepiennes » pour des séances de prévention via des cours collectif en visio. L’occasion pour Aglaé Adam-Cuvillier, Lucie Henna, Alisson Lapp, Célia Serber, Julia Forestier, Morgane Osyssek-Reimer, Mathilde Wahl, Coline Devillard et Marine Boyer de réaliser des exercices ciblés, destinés à développer certaines qualités physiques, mais également à prévenir tout risque de blessure à la reprise. Cette reprise qui est déjà dans toutes les têtes et qui devra se faire progressivement. « Durant ces séances collectives, je propose un travail de renforcement musculaire, d’alignement du buste, de stabilité des chevilles ou de renforcement des épaules afin de rééquilibrer le corps » , éclaire le kiné avant d’ajouter : « Un vrai travail de fonds qui permet aussi une sorte de régénération pour les corps, avec beaucoup moins de chocs pour les gyms, du fait de l’absence d’entraînements aux agrès« .

Les séances sont variées et durent une demie heure environ. Des séances qui se font avec beaucoup de sérieux dans la réalisation des exercices, mais également avec une bonne dose de bonne humeur !  D’autant que Nicolas Brunet, qui évolue donc également le reste de l’année à l’Opéra de Paris en tant que préparateur physique, aime rompre avec les standards. Il tente, ose, innove. Tel un véritable artiste. Et pour le plus grand plaisir des gyms.

En effet, afin de rompre avec la routine et sortir un peu du cadre classique, le kiné a décidé d’apporter une petite touche d’originalité à ses séances. « Au bout d’une semaine, je me suis dit que ce serait bien de trouver quelque chose d’originale afin d’éviter qu’une certaine routine s’installe. J’ai donc proposé aux entraîneurs et aux gymnastes de se déguiser » , explique-t-il. L’idée proposée, tout le monde a été emballé ! Et a joué le jeu. Avec la surprise de découvrir le déguisement choisi par chacune au début de chaque séance à thème.

Le premier thème choisi a été le thème disco. Perruque et paillettes étaient donc de sortie !  Le suivant ? Fitness années 80. « Il y a eu aussi le thème robe de soirée, le thème montagne en haut, plage en bas » , sourit-il.  Un thème qui n’avait pas été choisi au hasard et qui avait un intérêt sportif. « J’avais proposé le thème montagne car les gyms devaient mettre des poids dans un sac à dos, ça collait donc parfaitement avec l’esprit montagne et randonnée. Mais pour être plus à l’aise pour réaliser les exercices, j’avais proposé le thème plage pour le bas. Elles pouvaient donc être en maillot de bain, ou en short. Des tenues faciles pour pouvoir faire du sport ! Et parfois, au fil de la séance, elles finissent par revenir à une tenue plus classique. Le but est avant tout de pouvoir bien travailler » (Rires). 

Si les gyms sont déguisés, Nicolas et les entraîneurs, Cédric Guille, Martine George et Nellu Pop le sont aussi. Personne n’y échappe. Tout le monde joue le jeu et le joue avec beaucoup de plaisir. « Les cours à thème sont une super idée » , se réjouit Lucie Henna, la dernière arrivée à l’INSEP côté GAF. « Cette période est difficile pour tout le monde et de faire des petites animations comme ça, je trouve ça super ! » « Les séances du vendredi, avec toujours un thème à respecter, nous permettent de nous retrouver et de rigoler. Cela met une bonne ambiance pour pouvoir bien travailler » , ajoute Mathilde Wahl.

En parallèle des cours collectifs, Nicolas Brunet se tient également à disposition des gyms pour des séances individuelles afin de poursuivre un travail d’accompagnement et de prévention lié aux blessures des gyms. Des séances individuelles de 30 minutes réalisées en fonction des besoins de chacune. « J’avais eu un problème à l’adducteur en début de saison et je faisais donc quelques séances individuelles avec Nico afin de surveiller l’évolution et travailler sur des exercices personnels dont moi j’avais besoin. Pendant le confinement, je poursuis le travail de ces exercices personnels » éclaire Lucie. Autre INSEPIENNE a travaillé régulièrement avec le kiné de manière individuelle, Mathilde Wahl a pu retrouver ses appuis suite à sa blessure à l’orteil. « Avant le début du confinement, on a beaucoup travaillé dessus, en plus des séances de kiné que j’avais » , précise l’Alsacienne. « Même pendant ce confinement, je continue à faire des séances individuelles tous les jeudi avec Nicolas pour continuer de travailler sur mes points faibles ou effectivement soigner les petits ‘bobos’. Nicolas nous avait fait faire des petits ‘tests’ pour savoir sur quoi il fallait que l’on se concentre, sur quoi nous devions travailler. Je sens déjà de l’amélioration, notamment sur ma posture et sur mes appuis que je sens plus solides. Ses cours se combinent bien avec les cours de danse de Grégory Milan où l’on travaille également sur les postures, le renforcement, les appuis et plein d’autres choses. Pendant le confinement, nos entraîneurs, Nicolas, Greg, le chorégraphe, et Clément, le préparateur physique, nous donnent également des programmes qu’ils essaient de changer pour ne pas que l’on se lasse ou autre. Ils sont vraiment au top ! »

« Que ce soit avec les séances collectives ou les séances personnelles, j’ai vraiment l’impression de m’améliorer de séances en séances » , se réjouit Lucie Henna, avant de conclure. « Du coup ça motive ! Les cours de Nicolas m’apporte beaucoup, dans tous les sens du terme. »

Travailler sérieusement tout en prenant plaisir et en tentant de rompre le temps d’un instant avec la morosité qui peut parfois s’installer actuellement, du fait du contexte de la situation dans laquelle se trouver le pays… l’objectif est donc réussi !

Charlotte Laroche 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom