Championnats du monde (Kitakyushu 2021) : les qualifications débutent ce lundi

Les championnats du monde de gymnastique artistique de Kitakyushu vont débuter pendant la nuit en France. À la veille des qualifications, l’heure est au point. Programme, récap’ des entraînements sur podium, actualités diverses, diffusion, voici tout ce que vous devez savoir pour suivre au mieux la compétition.

En France, la compétition débutera cette nuit à 2h45 avec les féminines. La Chine, qu’il faudra suivre de près, Israël et la Turquie composent la première subdivision. Les Françaises évolueront bien plus tard, dans la septième subdivision. Une aubaine puisqu’en France, il sera 12h15 au moment de leur entrée en lice. Inutile de mettre le réveil aux aurores donc pour pouvoir les suivre. D’autant plus qu’aucune retransmission n’est prévue pour les qualifications… Un choix assez regrettable pour une compétition d’une telle envergure. C’est un peu comme si lors d’une coupe du monde de football, aucune diffusion des matchs de poule n’était proposée.

Toutefois, si aucune diffusion en direct n’est prévue pour les qualifications, en revanche la FIG annonce que de nombreuses vidéos seront publiées sur leur chaîne YouTube en quasi-instantanée. Une belle consolation. Il faudra donc attendre les finales pour avoir une retransmission en direct. La FIG diffusera la compétition sur sa chaîne YouTube. Chaîne sur abonnement, RMC Sport s’est également positionnée sur la retransmission des finales. Des finales commentés en direct par David Lortholary, journaliste sportif aguerri et rédacteur en chef du Gym Mag, et de Benoît Caranobe, médaillé de bronze au concours général aux Jeux Olympiques de Pékin en 2008.

Les entraînements podium pour prendre ses marques
Carolann Héduit et Célia Serber seront alignées au concours général. Elles passeront donc sur les 4 agrès dans l’ordre suivant : saut, barres, poutre, sol. Coline Devillard sera alignée au saut, son agrès de prédilection sur lequel elle visera une finale, et à la poutre. Lors des entraînements podium, Carolann Héduit, par sa solidité et sa régularité, a fait sensation. Dans les différents live tweet faits par quelques blogs et médias étrangers, la sociétaire du club d’Avoine-Beaumont, qui va disputer ses premiers championnats du monde, est d’ailleurs la seule Française à avoir été citée, décrochant même d’un joli petit surnom de la part d’une blogueuse suite à un rattrapage en sortie de poutre après avoir manqué un pied : la Ninja cat.

Carolann Héduit et son entraîneur Marc Chirilicenco. Photo DR / Avoine-Beaumont

Coline Devillard présentera de nouveau son yurchenko double vrilles. Un saut qu’elle avait cessé de présenter dernièrement. Ce retour à la double vrilles la place donc directement en tant que grande prétendante à la médaille. La pensionnaire de l’INSEP étant d’ailleurs l’un des espoirs de médailles sur ces championnats du monde côté tricolore.

Tout comme Carolann Héduit, Célia Serber va disputer ses premiers championnats du monde. Après avoir été remplaçante aux championnats du monde de Stuttgart ainsi qu’aux Jeux Olympiques de Tokyo, elle entre donc par la grande porte se frayant ainsi un chemin parmi les titulaires. Une première grande expérience mondiale qu’elle compte bien savourer.

Seul masculin engagé côté tricolore, Cyril Tommasone entrera en lice mardi dans la première subdivision et n’évoluera qu’aux arçons. Médaillé de bronze à Nanning en 2014, il tentera une nouvelle fois d’aller chercher la médaille sur son agrès de spécialité. Mais le pensionnaire du pôle de Lyon, qui va présenter un nouveau mouvement afin de coller au nouveau code de pointage qui entrera en vigueur en 2022, aurait vécu un entraînement podium un peu compliqué. Dans le live tweet d’une journaliste étrangère présente à Kitakyushu, on apprenait par exemple qu’il avait chuté.

Quelques blessures
Après un long voyage pour la plupart des équipes, certaines nations, dont la France et la Russie, ont par exemple mis plus de 30h pour arriver à leur hôtel, les organismes ont été mis à rude épreuve. Et le délai extrêmement serré entre le voyage et les entraînements sur podium, même pas 2 jours se sont passés entre les deux, ainsi que le matériel jugé « un peu dur » par beaucoup d’athlètes, a été difficile à encaisser pour certain.e.s.

La suissesse Anina Wildi s’est fracturée le bassin lors d’un entraînement à la poutre annonce la fédération suisse et a donc dû déclarer forfait. L’égyptienne Nancy Taman s’est également blessée lors de l’entraînement podium mais figure toutefois sur les listes de départ pour les qualifications. Spécialiste du saut, il se pourrait donc qu’elle soit rétablie pour participer à la compétition. Il faudra donc surveiller sa présence.

Du côté des masculins, le néerlandais Casimir Schmidt s’est blessé au genou lors d’un entraînement au saut. Sur son compte Instagram, il révèle que les premiers examens passés n’ont rien révélé de trop grave et qu’il espère donc pouvoir participer aux qualifications mercredi. Il n’a pas pris part à l’entraînement podium afin de prendre le moins de risques possibles.

Pas de concours général pour Andrade et Murakami
La brésilienne Rebeca Andrade, médaillée d’argent au concours général aux Jeux Olympiques de Tokyo, a décidé de faire l’impasse sur le sol. Un choix stratégique pour la Brésilienne qui, rappelons-le s’était rompue les ligaments en juin 2019, et qui préfère se préserver en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024. Elle ne sera donc pas alignée au concours général. Blessée à la cheville, Mai Murakami concourra quant à elle uniquement au sol et à la poutre. La japonaise qui, d’après les informations qui circulent, devrait d’ailleurs prendre sa retraite après ces championnats du monde. Ces deux absences au concours général laisse donc le champ libre à la russe Angelina Melnikova. Angelina Melnikova qui pourrait d’ailleurs rafler une médaille à chaque agrès.

En bref

  • Kohei Uchimura, sur ses terres : Après avoir manqué, contre toute attente, la finale à la fixe aux Jeux Olympiques de Tokyo l’été dernier, Kohei Uchimura aura a coeur de passer l’étape des qualifications, chez lui, à Kitakyushu, puisque c’est dans cette ville japonaise qu’il est né le 3 janvier 1989. Kitakyushu, une ville peuplée de plus de 900 000 habitants.
  • Daiki Hashimoto n’est pas là pour faire de la figuration : Médaillé d’or au concours général aux Jeux Olympiques de Tokyo cet été, Daiki Hashimoto compte bien tout rafler sur ces championnats du monde Kitakyushu et ainsi remporter ses premières médailles en individuel en championnats du monde.
  • Le retour de Beckie Downie après une année noire : ces championnats du monde marque également le retour de Rebecca Downie, dont le frère est décédé subitement en mai dernier lors d’un match de cricket, et qui n’avait pas réussi à gagner sa place pour les Jeux Olympiques de Tokyo. La plus grande des sœurs Downie a désormais la possibilité de prendre sa revanche en allant chercher une médaille aux barres asymétriques.
  • La stratégie américaine connue à la dernière minute : Du côté des Etats-Unis, il aura fallu attendre la sortie des listes de départ pour savoir qui passait à quel agrès. Au concours général, nous retrouveront Leanne Wong et Kayla DiCello. eMjae Frazier concourra aux barres et au sol, et Konnor McClain à la poutre.
  • Les Chinoises à suivre de près : Lors des entraînements podium, elles ont montré une solidité déconcertante, notamment à la poutre et aux barres. Mais depuis quelques temps, les Chinoises peinent à faire face à la pression lors d’évènements majeurs, la principale interrogation sera donc de savoir si elles vont parvenir à réitérer ce qu’elles ont montré aux entrainements podium. Seule Wei Xiaoyuan sera alignée au concours général. Li Shijia et Lui Rui concourront aux barres et à la poutre, et Qi Qi au saut et au sol.

Le programme des qualifications

Lundi 18 octobre : qualifications GAF (jour 1)

Carolann Héduit, Célia Serber et Coline Devillard évoluent dans la septième subdivision avec une compétition qui se tiendra de 19h15 à 20h30 (12h15 – 13h30, heure française). Elles débuteront au saut, avant d’aller aux barres, à la poutre et au sol.

  • subdivision 1 : 9h45 – 11h00 (2h45 – 4h00, en France)
    Chine, Turquie, Israël 
  • subdivision 2 : 11h15 – 12h30 (4h15 – 5h30, en France)
    Italie, Grande-Bretagne, Pays-Bas, Hongrie 
  • subdivision 3 : 13h00 – 14h15 (6h00 – 7h15, en France)
    Canada, Etats-Unis, Norvège, Croatie 
  • subdivision 4 : 14h30 – 15h45 (7h30 – 8h45, en France)
    Portugal, Suisse, Islande, Colombie
  • subdivision 5 : 16h00 – 17h15 (9h – 10h15, en France)
    Danemark, Japon, Luxembourg, Taipei, Ukraine
  • subdivision 6 : 17h45 – 19h00 (10h15 – 12h00, en France)
    Finlande, Autriche, Allemagne, Equateur, Egypte
  • subdivision 7 : 19h15 – 20h30 (12h15 – 13h30, en France)
    France (avec Célia Serber, Coline Devillard et Carolann Héduit), Inde, Suède, Roumanie 

Mardi 19 octobre : qualifications GAF (jour 2)

  • subdivision 8 : 9h45 – 11h00 (2h45 – 4h00, en France)
    République tchèque, Lettonie, Azerbaïdjan, Slovénie, Biélorussie, Hong-Kong, Vietnam 
  • subdivision 9 : 11h15 – 12h30 (4h15 – 5h30, en France) Brésil, Panama, Irlande, Mexique 
  • subdivision 10 : 13h00 – 14h15 (6h00 – 7h15, en France) Russie, Slovaquie, Corée du Sud, Belgique 

Mardi 19 octobre : qualifications GAM (jour 1)

  • subdivision 1 : 17h00 – 18h40 (10h00 – 11h40, en France)
    France (avec Cyril Tommasone), Espagne, Bulgarie, Grèce, Portugal, Allemagne
  • subdivision 2 : 19h10 – 20h50 (12h10 – 13h50, en France)
    Slovaquie, Hong-Kong, Chine, Belgique, Ukraine, Lettonie, Hongrie, Kazakhstan, Russie.

Mercredi 20 octobre : qualifications GAM (jour 2)

  • subdivision 3 : 9h20 – 11h00 (2h20 – 4h00, en France)
    Japon, Azerbaïdjan, Arménie, Panama, Nouvelle-Zélande, Brésil, Suisse
  • subdivision 4 : 11h10 – 12h50 (4h10 – 5h50, en France)
    Lituanie, Islande, Pays-Bas, Taipei, Etats-Unis, Biélorussie 
  • subdivision 5 : 13h20 – 15h00 (6h20 – 7h00, en France)
    Thaïlande, Roumanie, Colombie, Kazakstan, Mexique, Egypte, Australie 
  • subdivision 6 : 15h10 – 16h50 (8h10 – 9h50, en France)
    Turquie, Vietnam, Equateur, Canada, Grande-Bretagne, Serbie, Irlande, Corée du Sud, Albanie 
  • subdivision 7 : 17h20 – 19h00 (10h20 – 12h00, en France)
    Ouzbékistan, Italie, Danemark, République tchèque, Philippines, Finlande, Croatie
  • subdivision 8 : 19h10 – 20h50 (12h10 – 13h50, en France)
    Israël, Chypre, Inde, Suède, Autriche, Norvège, Pologne, Iran

 

Article précédentChampionnats du monde (Kitakyushu 2021) : les Françaises ont fait leur entraînement podium
Article suivantChampionnats du monde (Kitakyushu 2021) : revivez les qualifications en live commenté

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom