Championnats du monde de Stuttgart : Les Françaises prennent la cinquième place

Elles rêvaient de podium et avaient les atouts pour exaucer ce rêve. Mais dans un format de compétition où l’erreur coûtait chère, Marine Boyer, Mélanie De Jesus Dos Santos, Lorette Charpy, Claire Pontlevoy et Aline Friess se sont finalement classées cinquièmes de la finale par équipes des championnats du monde de Stuttgart.

Elles n’ont pu cacher leur déception à l’issue de la compétition car le podium leur était accessible. Quatrièmes à l’issue des qualifications, les Bleues pouvaient rêver grand et espérer décrocher une médaille historique. Pourtant, elles n’ont pas à rougir puisque pour la deuxième année consécutive, l’équipe de France se classe à une très belle cinquième place mondiale.

Les Bleues ont débuté aux barres avec Lorette Charpy. La pensionnaire du Pôle de Saint-Etienne entamait parfaitement la finale avec un mouvement solide, propre et maîtrisé noté 14.033. Mélanie De Jesus Dos Santos poursuivait sur cette lancée (14.366) avant de laisser place à la jeune Claire Pontlevoy qui s’était montrée exemplaire aux qualifications, manquant d’ailleurs la finale des barres asymétriques de peu. La sociétaire du club d’Avoine-Beaumont réalisait un très bon début de mouvement avant de malheureusement chuter sur son dernier lâcher (jaeger) et à la réception de sa sortie (12.166).

En poutre, Lorette Charpy présentait un bel exercice (12.666) avant que Mélanie De Jesus Dos Santos ne tombe sur sa première accro, le salto avant (12.233). Marine Boyer était la 3ème à s’élancer. La spécialiste de la poutre faisait parler son expérience et réalisait une copie parfaite avec des liaisons et des accros maîtrisés, rapportant ainsi de précieux points (13.833).

Mais dans un format de compétition en 5/3/3, c’est-à-dire où 3 gyms passaient à l’agrès pour 3 notes qui comptaient, chaque chute, chaque erreur coûtaient chères. Et le clan tricolore le savait. Après 2 agrès, la France totalisait déjà 3 chutes et avait conscience que le podium était en train de s’éloigner… Pourtant la compétition n’était pas terminée et tout était encore possible. Notamment avec le saut et le sol où de grosses notes pouvaient sortir. D’autant plus que les autres équipes pouvaient également commettre des erreurs.

Au sol, les Bleues, toujours aussi soudées et mobilisées, réalisaient 3 mouvements maîtrisés avec Marine Boyer (13.266), Aline Friess (13.300) et Mélanie De Jesus Dos Santos (14.166), avant d’assurer au saut, un agrès où elles ont d’ailleurs obtenu le 2eme meilleur total de points. Trois très bons passages avec Mélanie (14.733), Aline (14.900) et Claire (13.966) et qui permettaient alors aux Bleues de quitter la 8eme place pour faire un bond au classement ! Mais malgré ces 2 dernières excellentes rotations, cela ne sera pas suffisant pour accrocher le podium. Et comme l’an dernier à Doha, la France se classe à une très prometteuse 5eme place mondiale, prouvant une nouvelle fois tout le talent de cette belle équipe qui peut continuer à rêver grand et rivaliser avec les plus grandes équipes mondiales.

Sans surprise, l’or revient aux Etats-Unis qui ont survolé la compétition ! Intouchables, elles n’ont jamais été inquiétées. L’argent revient à la Russie et le bronze à l’Italie qui décroche ainsi une médaille historique, se classant juste devant la Chine.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom