Carolann Héduit : « Avec l’envie de faire, je ne mesurais pas la douleur »

Carolann Heduit lors des championnats de France élite, en 2019. Photo Michel Le Photographe

Douzième au concours général, Carolann Héduit a disputé ses premiers championnats d’Europe en senior la semaine dernière à Bâle. Une compétition qui s’est malheureusement terminée par une blessure contractée au genou en finale sol. Si tout le monde a eu peur, finalement son genou va bien.

Gym and News : Tu te blesses sur ta première diagonale de ta finale sol des championnats d’Europe, peux-tu nous raconter exactement ce qu’il s’est passé ?
Carolann Héduit : J’ai commencé ma chorégraphie et je ne m’en suis pas forcément rendue compte, c’est mon entraîneur qui me l’a dit juste après que je sois descendue du podium, je suis partie très très vite, j’ai mis beaucoup plus d’élan et donc j’ai été beaucoup plus haute que d’habitude ce qui a fait qu’au moment où je dégroupe, au moment où je vais chercher mon sol, j’étais plus haute et j’ai été surprise par la hauteur. Je n’ai pas pu aller chercher mon sol correctement et je suis arrivée jambes tendues.

Sur le moment, comment a été la douleur ? Tu as eu mal tout de suite ? 
Pas trop. En fait, ça m’est déjà arrivée d’arriver jambes tendues mais jamais autant donc lorsque je l’ai fait, je n’ai pas vraiment l’impression d’être autant arrivée jambes tendues. C’est assez exceptionnel d’ailleurs car quand j’ai regardé la vidéo après, je me rendais vraiment pas compte que c’était à ce point là. Quand je l’ai fait, je me dis que j’étais juste un petit peu arrivée jambes tendues comme je le fais des fois. Donc je continue ma chorégraphie mais je sentais que ça me tirait et au moment de partir pour ma 2eme diagonale, en un éclair de seconde, je me suis dis que j’avais mal, que ça me faisait plus mal que d’habitude et que je ne pouvais pas me permettre de risquer d’aggraver la blessure donc en une fraction de seconde tout s’est mélangé dans ma tête et je me suis arrêtée. Ensuite, à froid j’ai commencé à avoir beaucoup plus mal. Quand j’y repense, je pense que j’aurais pu terminer mon complet avec la douleur car avec l’envie de faire je ne mesurais pas la douleur en fait, mais si je terminais, je risquais d’aggraver la blessure donc j’ai préféré arrêter. C’est vrai que c’est une grosse déception pour moi de ne pas avoir terminé mon mouvement mais j’ai aussi pensé à la suite.

Vous souhaitez lire la suite de cet article Premium ?

Déjà abonné ? Je me connecte ci-dessous.
Pas encore abonné ? Je m'abonne pour 1€/mois.

 

 

Article précédentSheyen Petit : « J’ai beaucoup appris sur moi grâce à ces championnats d’Europe »
Article suivantJulien Gobaux : « Mon travail a été pitoyable, j’ai honte de ce que j’ai fait »

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom