• ven. Déc 9th, 2022

Football : s’il part cet hiver, comment estimer le prix de Kylian Mbappé ?

ByJérôme Giraudo

Oct 14, 2022

Des montants très élevés sont parfois réclamés par les clubs pour céder leurs joueurs. Mais aussi hors normes qu’ils puissent paraître, ils sont le fruit de nombreux critères.

D’après des informations du journal espagnol Marca, confirmées par Radio France, Kylian Mbappé veut quitter le Paris Saint-Germain cet hiver. Alors qu’on pensait la saga enfin close avec la signature de son nouveau contrat le 21 mai dernier, l’international français a ravivé la question qui avait parasité la dernière saison du club de la capitale.

Cette fois, pas question d’un départ sans indemnités pour le prodige de Bondy. Il faudra payer le prix fort pour s’offrir les services de celui qui avait débarqué à Paris en août 2017, avec une option d’achat de 180 millions d’euros levée à l’issue de sa première saison. Cinq années se sont écoulées depuis, le temps d’être sacré champion du monde et de devenir la tête de gondole du club le plus ambitieux de la scène européenne. Mais en cas de départ, combien vaudrait Kylian Mbappé ?

200 millions d’euros à mettre sur la table ?

Lors d’un transfert, la valeur d’un joueur, in fine, sera celle convenue à la table des négociations. Elle est malléable, et donc dure à estimer. Au doigt mouillé, l’agent français Yvan Le Mée, qui a plus de 20 ans d’expérience sur le marché des transferts, se risque au jeu des prédictions. « Quand on regarde le mercato de cet été, Antony, qui est loin de Mbappé, est parti à 100 millions de l’Ajax pour Manchester United. Wesley Fofana a coûté 80 millions à Chelsea. Parti de Brighton à Chelsea, Marc Cucurella a signé pour 70. Aujourd’hui, avec les prix du marché et le fait qu’il est un joueur unique, la valeur de marché de Kylian Mbappé est de 170 ou 180 millions d’euros« , mesure celui qui a négocié le transfert de Ferland Mendy de Lyon au Real Madrid en 2019.

Mais où ces montants prennent-ils leur source ? Ils sont le fruit d’analyses pointues. Deux sites de référence, Transfermarkt et celui du Centre international d’études du sport (CIES), sont spécialisés dans l’estimation des valeurs marchandes des joueurs. Leurs estimations du prix de la star française, de 160 à 200 millions d’euros, peuvent donner de bonnes indications. À partir d’un échantillon de 1 790 transferts payants réalisés entre juillet 2012 et janvier 2020, le CIES a remarqué une corrélation supérieure à 80% entre les sommes réellement payées et ses prévisions.

Pour cet observatoire du football basé en Suisse, qui calcule les valeurs marchandes des joueurs depuis 2013, Kylian Mbappé vaut « jusqu’à 200 millions d’euros ». Il se base sur un modèle statistique prenant en compte un grand nombre de variables. Performances du joueur, réputation de son équipe, de son championnat, voire de sa sélection, durée de son contrat, âge, poste ou encore variations économiques du marché des transferts.

Kylian Mbappé coche toutes les cases pour coûter très cher : il est jeune, attaquant, international dans une sélection championne du monde en titre, son année 2022 est particulièrement prolifique, son équipe est la meilleure d’un championnat du Top 5 et l’une des plus en vue sur la scène européenne, le tout dans un marché des transferts qui a battu tous les records cet été, avec 2,2 milliards d’euros dépensés. Le seul bémol est la durée de son contrat avec Paris. Le CIES part du principe qu’il est lié au club de la capitale jusqu’en juin 2024, ce qui ne lui laisse que 18 mois.

Un « argus » des joueurs pour négocier

« La logique de notre modélisation est de proposer une base qui est ensuite un élément de la négociation, qui va dépendre de plein d’autres facteurs. J’aime bien parler d’argus », explique Loïc Ravenel, collaborateur scientifique à l’observatoire du football, parfois amené à travailler avec des clubs européens ou à intervenir dans des litiges portant sur des montants de transfert. « Tout n’est pas simplement issu d’une réflexion intellectuelle, mais bien d’un aller-retour permanent avec les acteurs du jeu et la façon dont ils envisagent eux-mêmes les valeurs« .

Du côté de Transfermarkt, un site allemand créé en 2000 et devenu référence dans les années 2010, la méthode de calcul des valeurs marchandes se base sur le crowdsourcing. Il s’appuie sur les avis d’une large communauté de bénévoles et tranche par le biais de ses bureaux spécialisés. Plusieurs mises à jour sont opérées au cours de l’année. La dernière a évalué Kylian Mbappé à 160 millions d’euros, en mai, mais le montant pourrait être amené à changer début novembre, à l’occasion de la prochaine.

« Dans le cas de nos tops valeurs, des joueurs les mieux valorisés, on se doit de coopérer avec les représentants de Transfermarkt dans d’autres pays pour voir quelles sont les tendances sur leurs propres joueurs stars. Si la valeur de Mbappé venait à monter en novembre, il faudrait se poser la question de ce qui va arriver à celle d’Erling Haaland. On doit réfléchir à la hiérarchie que l’on propose. Il ne faut pas que la France décide, de son côté, de mettre Mbappé à 250 sans voir que Haaland ou Vinicius ferait« , explique Ronan Caroff, area manager de la zone France, qui imagine, à titre personnel, un transfert autour de 200 millions d’euros si l’attaquant du PSG est effectivement amené à quitter la capitale dans les prochains mois.

Que ce soit le modèle de Transfermarkt ou celui du CIES, les deux ne sauraient pourtant prédire le montant d’un transfert avec certitude. Le CIES, qui se base sur des critères de valeur précis, et Transfermarkt, qui tient avant tout à refléter la valeur intrinsèque d’un joueur, ne restent qu’une base soumise à la loi du marché et la folie d’achat compulsif des clubs pour un joueur d’une telle trempe.

La folie imprévisible

« Si jamais un club décide de mettre 300 ou 350 millions sur la table cet hiver pour recruter Kylian Mbappé, on ne pourra pas l’avoir prédit. Et on ne va surtout pas essayer d’anticiper en mettant des montants jamais touchés auparavant », ajoute Ronan Caroff, qui se souvient d’une adaptation des prix du marché après le transfert record de Neymar à Paris en 2017, moyennant 222 milions d’euros. Un montant qu’avait prédit à deux millions près le CIES à l’époque, ce qui ne veut pas dire qu’il est sûr des 200 millions d’euros qu’il avance, bien au contraire. « Sur ces super talents, nous avons une marge d’incertitude assez forte en raison de leur unicité. Kylian Mbappé n’est pas un joueur lambda », prévient Loïc Ravenel.

Dans ces sphères de prix, en tout cas, les prétendants ne seront pas légions. Pour l’agent français Yvan Le Mée, seuls trois ou quatre clubs en Europe ont les moyens d’accueillir l’attaquant de 23 ans, mais cela ne veut pas dire qu’ils en ont besoin : « Le Real ne bougera plus après l’épilogue de l’été dernier. Les deux seuls clubs que je vois, ce sont Liverpool, mais qui a déjà acheté Darwin Nunez pour 100 millions d’euros, et Chelsea, avec son nouveau propriétaire qui veut faire des investissements importants ». Toutes ces questions sont encore un peu prématurées selon l’agent, parce que l’attaquant de 23 ans « n’a pas la main« . La période « post-Coupe du monde, n’est pas du tout le bon moment de lâcher des joueurs » et parce que Paris court « déjà le risque de perdre Lionel Messi à la fin de la saison« .