Si j'étais...

« Si j’ étais » … de Blanche Beziaud

3 septembre 2018
BA2I0428

[LES DIMANCHES DE L’ÉTÉ] Elle vient d’entamer sa deuxième saison à l’INSEP et s’apprête à connaître sa première année en senior. En ce jour de rentrée des classes, Blanche Beziaud se prête au jeu du « Si j’étais ». Une manière un peu décalée pour apprendre à mieux la connaître.

Blanche, si tu étais un agrès, ce serait ?
Les barres, parce qu’on se balance !

Un élément ?
Le double tendu au sol car je trouve ça super beau.

Une compétition ?
Les Coupes nationales en 2013 car je suis arrivée première en équipe interco et 3eme en individuel. Et puis, je dirai aussi les Gymnasiades, c’était super !

Une gymnaste française actuelle ?
Coline Devillard parce que je l’adore.

Une ancienne gymnaste française ?
Emilie Le Pennec, c’est la seule championne olympique.

Une gymnaste étrangère ?
Riley McCusker parce qu’elle est super élégante.

Un sportif français ou étranger ?
Teddy Riner, un grand champion.

Une qualité ?
La puissance, c’est l’une de mes qualités.

Un défaut ?
L’impatience… je suis impatiente.

Un animal ?
Le dauphin. J’adore cet animal.

Un pouvoir magique ?
Arrêter le temps ! C’est quelque chose que j’adorerais.

Un bon souvenir de gym ?
Les Gymnasiades. On s’était beaucoup amusées.

Un mauvais souvenir de gym ?
Ma blessure au genou (en février 2016, NDLR).

BA2I4150

Une saison ?
L’été. J’adore la chaleur !

Un lieu ?
Ma maison parce que c’est un endroit qui me permet de me ressourcer.

Un moment de la journée ?
La nuit car j’adore dormir.

Une pièce de la maison ?
Ma chambre.

Un souvenir d’enfance ?
La baby gym !

Une médaille ?
Une médaille olympique !

Une ville ?
Tokyo, la ville des Jeux Olympiques 2020.

Un pays ?
France, mon pays que j’adore.

Un rêve ?
Les Jeux Olympiques.

Un film ?
Divergente.

Une série ?
La Casa de Papel

Une boisson ?
De l’eau.

Un dessert ?
La compote (Rires) ! Je ne suis pas trop dessert.

Un réseau social ?
Snapchat

Propos recueillis par Charlotte Laroche
Photos Michael Motz

 

Lire aussi 

En toute intimité avec Blanche Beziaud : « Quand je me suis blessée, j’ai ressenti du dégoût »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *