Que deviennent-ils ?

Océane Pausé : « J’avais le choix d’aller dans un autre Pôle mais je n’ai pas accepté »

2 mai 2018
OCéane Pausé Une

Ancienne membre de l’équipe de France espoir et junior, Océane Pausé a quitté le monde du haut-niveau à l’été 2016 à la suite de la fermeture du Pôle de Toulon, son centre d’entraînement. De retour auprès des siens, à l’Île de la Réunion, elle donne de ses nouvelles et revient sur les raisons de son départ de métropole.

Gym and News : Océane, que deviens-tu depuis ton départ de Toulon, suite à la fermeture du Pôle à l’été 2016 ?
Océane Pausé : Je suis en Première STMG au lycée Mahatma Gandhy à Saint-André (Île de la Réunion).

Continues-tu la gym ? 
Je continue la gym pour le plaisir.

Dans quel club et combien d’heures t’entraînes-tu chaque semaine ?
J’en fais au club de Saint-André à raison de deux fois par semaine, le mardi et le vendredi de 18h à 20h.

Qu’est-ce qui a été le plus dur pour toi au moment de ton départ de métropole ?
Le plus dur était de quitter toutes mes copines qui ont été comme des soeurs pour moi.

Quand on t’a annoncé la fermeture du Pôle de Toulon, la Fédération t’a-t-elle proposé un reclassement dans un autre Pôle ?
On avait le choix d’aller dans un autre pôle ou à l’INSEP mais je n’ai pas accepté. Je suis donc revenue chez moi à La Réunion.

Pourquoi ce choix ? 
Ma famille me manquait beaucoup. Je ne peux pas dire si ce choix était facile ou difficile, en fait, j’avais tout simplement envie de rentrer chez moi.

Quels sont les meilleurs souvenirs que tu gardes de tes années gym ?
Il y en a tellement… Mais je dirai que ce sont les moments de folies avec mes copines.

Depuis que tu as retrouvé une vie plus classique, qu’est-ce qui te change le plus ? Et qu’est-ce que tu apprécies le plus ?
Ce qui change le plus c’est que maintenant je ne suis plus dans le cadre sportif avec des journées longues (école/gym/école/gym). Maintenant, j’ai des journées plutôt courtes ! Et ce que j’apprécie le plus, ce sont les repas de famille.

 

Océane Pausé 2014

Aujourd’hui à quoi ressemble une de tes journées type ?
J’ai cours de 7h30 à 11h40 puis de 13h20 à 17h30.

Avec qui as-tu gardé le plus de contacts ?
J’ai gardé contact avec Oréane, Loan parfois et Sheyen et Léa aussi.

As-tu un regret ?
Non, je n’ai pas de regret.

Si tu ne devais retenir qu’une chose de toutes tes années dans le haut-niveau, ce serait ?
Ce que je retiens de toutes mes années dans le haut-niveau c’est que le travail paye toujours ! Il faut se donner les moyens pour parvenir à réaliser son objectif malgré les hauts et les bas et il ne faut jamais lâcher.

En trois mots, comment décrirais-tu tes années dans le haut-niveau ?
Expérience extraordinaire, plaisir et fierté. Et je rajouterai un petit mot juste pour rire : douleurs !!! Car ce n’était pas si facile quand même !

Qu’est-ce qui te rend heureuse aujourd’hui ?
La présence de ma famille à mes côtés.

 

Propos recueillis par Charlotte Laroche

 

  1. Coucou Océane. Tu as surement fait le bon choix. Le plus dur pour nos petites et pour nous, parents, c’est l’éloignement. Nous avons un gros potentiel à la Réunion mais nos racines sont ici et je comprends cette douleur. Bon retour parmi les tiens. Bises. La maman de Lisa.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *