Dans l'intimité de... | Interview

Mélissa Poitreau : « Me faire à l’idée que je devais quitter le monde de la gym n’a pas été facile »

5 juillet 2018
melissa-poitreau-boite-de-7-mots

Après deux saisons passées à l’INSEP, Mélissa Poitreau vient de plier bagage au terme d’une saison compliquée aussi bien physiquement que moralement. De nature très discrète, elle a accepté de se livrer et de revenir sur les raisons de son absence prolongée qui ont débouché sur son départ.

Janvier 2017, Mélissa se fait opérer du genou en raison d’un morceau de cartilage qui s’était décollé et qui se déplaçait dans son genou. Une opération qui a entraîné un repos forcé jusqu’à mi-février. Une période au cours de laquelle elle faisait un peu de barres et beaucoup de musculation. Cette première étape passée, l’ancienne pensionnaire du Pôle de Dijon a pu reprendre l’entraînement et participer à un test organisé à Avoine. « Mais je n’ai pu faire que la poutre » , précise-t-elle.

Sa blessure au genou guérie, Mélissa souffre de douleurs au tibia. Elle passe alors une IRM qui révèle une fracture de fatigue. Un nouveau coup d’arrêt qui entraîne son forfait aux championnats de France des Ponts-de-Cé et qui l’éloigne une nouvelle fois des salles d’entraînement… jusqu’au début du mois d’août. « Un mois après ma reprise, en septembre, j’ai été convoquée en réunion par Véronique Legras et elle m’a dit que j’avais changé physiquement (ce qui est vrai à cause de mes blessures) et qu’elle pensait que je n’allais pas pouvoir récupérer un bon niveau en gym« , confie-t-elle avant d’ajouter : « Son objectif était clairement que je parte de l’INSEP dès mi-septembre, ce que je n’ai pas accepté car je voulais rester, reprendre l’entraînement correctement et participer au test à Saint-Etienne en octobre. Mais cette réunion m’avait tout de même un peu démotivée. »

S’ensuit alors quelques appels téléphoniques entre ses parents et le Pôle et la décision tombe : Mélissa peut rester s’entraîner à l’INSEP et participer au test de Saint-Etienne, en octobre. « Je me suis préparée pour le test mais mes douleurs au tibia sont revenues et je n’ai pu présenter que la poutre. Et en rentrant du test, j’ai refait une IRM au tibia qui a montré que j’avais de nouveau ma facture de fatigue. »

S’ajoute à cela l’annonce du départ de Hong et Jianfu, ses entraîneurs. « Je les ai connus au Pôle de Dijon, avant 2014, et ils me connaissent très bien. Ils savent comment je fonctionne à l’entraînement. Ils savent que j’ai besoin de beaucoup de répétitions, de bases et que je suis assez perdue en l’air… Hong avait donc peur que lorsqu’elle partirait, je me reblesse ou qu’il m’arrive quelque chose. Elle m’a alors dit de terminer l’année tranquillement, de matcher si besoin pour mon club et de partir en juin, une fois la saison terminée. C’est aussi comme ça que je m’imaginais un peu les choses car je n’étais plus trop motivée » , livre-t-elle.

melissa-poitreau-2

 

Après cette discussion avec Hong, en janvier dernier, Mélissa continue de venir à la salle. N’ayant pas de compétition ou de test à préparer, elle s’entraînait tranquillement aux barres, reprenait les bases à la poutre, faisait un peu de musculation et aidait les filles à la salle. Dès la mi-mars, elle a pu commencer à reprendre l’entraînement progressivement sur les 4 agrès avec Martine et Cédric, les remplaçants de Hong et JianFu, et Nellu Pop. « Mon corps avait changé à cause de mes arrêts répétés et, par précaution, j’ai vraiment repris progressivement pour éviter de me refaire mal, » ajoute-t-elle. Un programme qu’elle a tenu jusqu’au 29 juin, date de son départ de l’INSEP. L’an prochain, elle suivra une scolarité classique d’élève de Terminale sur Dijon. Quant à son avenir dans la gym, elle n’a pas encore pris de décision mais continuera peut-être à matcher pour son club de l’ADG21.

De ces deux années passées à l’INSEP, Mélissa essaie de ne retenir que le positif, les bons moments avec les filles, les rencontres. Pourtant, les débuts étaient loin d’être simples et l’adaptation dans son nouveau centre d’entraînement s’est faite progressivement. « Quand je suis rentrée à l’INSEP, j’étais extrêmement timide et je ne me lâchais pas vraiment. Je ne traînais pas beaucoup avec les autres filles et j’étais hyper concentrée sur la gym. Je n’étais, entre guillemets, pas très sociable, hyper carré et j’avais très peu confiance en moi. Et puis au fil du temps, je me suis adaptée, j’ai appris à connaître les filles et ce sont vraiment devenues mes amies. Le fait d’être beaucoup restée avec Janna et Marine m’a également permis de prendre confiance en moi et de me mettre moins de barrières par rapport aux autres. Même si, en règle générale, je reste peu sociable mais avec amies, je n’ai plus de barrières et je reste moi-même » , analyse-t-elle. Ce sont d’ailleurs ses amies qui vont le plus lui manquer. « J’ai vraiment créé mon petit groupe avec des gens avec qui j’étais vraiment à l’aise. Le fait de me dire aussi que je devais quitter le monde de la gym n’a pas été facile mais maintenant ça va mieux » conclut-elle.

Une page vient donc de se tourner pour Mélissa et une nouvelle vie vient de s’ouvrir avec de nouvelles perspectives d’avenir qui s’offrent à elle… Que ce nouveau départ lui apporte toute la satisfaction qu’elle recherche et qu’elle mérite.

Charlotte Laroche pour Gym and News
Photo de Une Michael Motz
Photo intérieure de Maryne Lesquelen 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *