Interview portrait

Mathys Cordule, l’ambitieux talentueux

2 février 2018
Mathys Cordule barres parallèles

Il a créé la sensation il y a quelques semaines lors d’un tournoi international réputé organisé à Houston en se hissant dans le Top 10 au concours général et en décrochant le bronze aux parallèles et à la fixe. Pensionnaire du Pôle de La Madeleine depuis 2014, Mathys Cordule est l’un des meilleurs juniors actuels. Ce samedi, il va disputer le Top 12 avec son équipe de La Madeleine. Pour l’heure, partons à sa rencontre.

Il a 16 ans et fait ses premières armes sur la scène internationale. Après avoir commencé la gym à l’âge de 2 ans, Mathys n’a ensuite plus jamais lâché ce sport qu’il affectionne tant et qu’il a découvert grâce à son frère et sa soeur qui en faisait déjà. Après un passage par le club de Tourcoing, il a ensuite rejoint l’US Roncq où il n’a cessé de progresser aux côtés de son entraîneur Arnaud Florent, père de Dimitri Florent, également membre de l’équipe de France junior. « C’est à cette époque que je décroche mon premier titre de champion de France. C’était à Saint-Etienne en 2011″, se souvient Mathys. Puis les titres se sont multipliés. Mathys termine deuxième des Coupes Nationales en 2013 et décroche un nouveau titre de champion de France élite en 2013. De brillants résultats qui lui permettent, en 2014, de rejoindre le Pôle de la Madeleine et d’intégrer le collectif France espoir. Le Nordiste est sur de bons rails et poursuit sa phase de progression. Les podiums s’enchaînent alors aux Coupes Nationales, aux France élite et aux revues d’effectifs.

En parallèle, Mathys participe à de nombreux tournois internationaux ce qui lui permet d’engranger encore un peu plus d’expérience et de se faire un nom sur le sol étranger. Dernier tournoi en date, celui organisé à Houston mi-janvier. L’un des meilleurs tournoi international junior. Une compétition qui lui a souri puisqu’il est rentré en France avec le bronze autour du cou grâce à sa troisième place décrochée aux parallèle et à la fixe.  « Suite à un voyage difficile, nous avons su rester soudés avec le reste du groupe. J’ai vécu ce moment avec beaucoup de plaisir et d’émotion. Cette compétition s’est déroulée sans trop de stress, avec beaucoup de confiance en moi grâce à l’équipe et aux entraîneurs. J’ai su l’aborder avec beaucoup de sérénité et je remercie Mickaël Richard, mon entraîneur au Pôle, de croire en moi. », livre-t-il avant d’ajouter : « Je sors de cette compétition avec plein de souvenirs et beaucoup de satisfaction. Je suis très content de ma performance. »

MAthys Cordule et Mickaël Richard

Fort de cette première sortie internationale de l’année 2018, Mathys espère désormais être du voyage à Glasgow, en août prochain, pour les championnats d’Europe junior. « A plus long terme, je vise bien sûr les Jeux Olympiques à Paris en 2024 en passant par toutes les étapes de Coupe du monde, championnats d’Europe et championnats du monde« , précise celui qui se qualifie comme quelqu’un de persévérant et motivé avec beaucoup de tonicité et d’énergie d’un point de vue physique. Des objectifs qu’il se donnera les moyens d’atteindre grâce à sa motivation mais également grâce à la mise en place de stages avec le reste du collectif France orchestrés par Yann Cucherat, directeur du haut-niveau masculin. « Des stages nationaux sont désormais régulièrement organisés ce qui permet de voir nos coéquipiers plus souvent et également grâce à son passé de gymnaste de haut-niveau, Yann Cucherat nous pousse vers le haut ce qui nous donne encore plus envie d’arriver à atteindre nos objectifs« , analyse-t-il.

Mais pour l’heure, Mathys se concentre sur le Top 12 avec son club de La Madeleine qu’il a rejoint la même année que son entrée en Pôle, en 2014. « Le Top 12 m’apporte beaucoup d’expérience et je prends beaucoup de plaisir à matcher avec mon équipe de la LMJSM et les entraîneurs Mickaël Richard et Guillaume Noé grâce à qui j’ai atteint mon niveau d’aujourd’hui« , sourit-il avant de compléter : « Quant au format de la compétition, je trouve ça très intéressant les systèmes de duels car ça nous permet de mieux situer notre niveau individuel par rapport aux gymnastes de l’équipe adverse. » Parviendra-t-il à accéder avec son équipe aux demi-finales ? La réponse ce samedi soir. Quoiqu’il en soit et peu importe le résultat, Mathys Cordule, aussi talentueux que motivé, a franchi une grande étape en ce début d’année 2018 à Houston. Il ne lui reste plus qu’à confirmer son bon état de forme sur le long terme afin de lui permettre d’atteindre son rêve d’ici 2024… C’est tout le bonheur qu’on peut lui souhaiter.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News
Photos Cybile Cresson 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *