Actualités | Interview | Interview classique

Jim Zona : « La reprise de la gym fait un bien fou, les sensations reviennent, le plaisir aussi »

31 août 2018
JIM ZONA PORTRAIT PARA

Blessé au tendon d’Achille en avril dernier lors d’un test de sélection avec le collectif France, Jim Zona (INSEP / Clamart) a repris l’entraînement tout en poursuivant sa rééducation qui n’est pas encore terminée. Quatre mois après sa blessure et son opération, comment va-t-il ? Et comment a-t-il vécu ce nouveau coup dur après s’être relevé de blessures à l’épaule et au genou ? Entretien.

Gym and News : Jim, tout d’abord comment vas-tu ? Physiquement et moralement ? 
Jim Zona : Physiquement je vais bien, je suis à 4 mois de mon opération, je suis bien dans le timing, je marche, cours et saute. J’ai encore beaucoup de travail mais j’ai bien avancé ces derniers jours. Moralement il m’a fallu du temps, ça été dur d’accepter la blessure après tous les efforts que j’avais fourni pour revenir à mon niveau après tous les soucis que j’ai eu depuis 2016.

Où en es-tu au niveau de ta blessure au tendon d’Achille ?
Je suis à 50% dans la salle de gym et 50 % en rééducation. Je peux faire beaucoup de choses même si je n’ai pas encore récupéré mon amplitude de cheville. Je dois aussi retravailler pour retrouver un bon mollet puisque l’opération m’a fait fondre musculairement.

Peux-tu revenir sur les circonstances de ta blessure ? Comment cela s’est passé ?
Je me suis fait mal pendant les sélections des championnats de France sur le premier agrès, au sol, et sur ma première diagonale en lou youn. Le tendon a lâché sur l’impulsion. J’ai réussi à finir la figure sans me faire mal à l’arrivée ce qui est déjà bien.

Comment tu l’as vécue ? Qu’est-ce que tu t’es dit sur le moment ?
C’était très dur sur le moment. J’ai pensé à tous les efforts que j’avais fait ces dernières années et voir tout cela partir en fumée en une fraction de seconde c’est très dur… Comme toute blessure, il faut du temps, mentalement comme physiquement. Aujourd’hui j’ai plus que jamais envie de revenir.

Peux-tu revenir sur les différentes phases de ta rééducation depuis ton opération ?
J’ai été dans le plâtre pendant 6 semaines. Puis il a fallu reprendre la kiné afin d’essayer de remarcher le plus rapidement possible. Une fois que c’était fait il fallait reprendre la souplesse de cheville et reprendre la force dans mon mollet/jambe. Enfin, reprise de la course, des sauts et de tous les mouvements possibles avant de pouvoir reprendre le sol et le saut.

As-tu eu envie de baisser les bras à un moment ? As-tu eu des baisses de moral et comment as-tu fait pour rester motivé ?
C’est la première fois que j’ai eu des doutes en effet. C’était pour moi le pire moment pour me blesser. On arrivait à la période la plus importante avec les sélections pour les grandes compétitions. J’ai eu beaucoup à mal à l’encaisser et l’envie de revenir a mis plus de temps que d’habitude. Mais je pense que c’est un processus personnel qui peut varier. Aujourd’hui je progresse tous les jours, je reprends la gym et mes sensations, ça donne un énorme boost.

Est-ce qu’il y a eu des moments plus difficiles que d’autres ?
Les premiers jours après l’opération et l’immobilisation dans le plâtre, c’était vraiment le plus dur. Une fois que j’ai pu remarcher et retravailler en rééducation, tout fut plus facile.

Comment tes prochains mois vont-ils se dérouler ?
Je dois finir correctement ma rééducation mais aussi préparer mon retour dans la salle. C’est un juste milieu à trouver afin de ne pas délaisser la rééducation, car elle n’est pas finie, mais aussi reprendre sérieusement la gym.

Quand penses-tu pouvoir être remis à 100% ?
Je reprends petit à petit tous mes éléments. Je suis content car après 4 mois, j’avance vite. La reprise de la gym fait un bien fou, les sensations reviennent, le plaisir aussi. D’ici deux mois je pense être très bien. Être à 100% ? Dur à dire, mais je pense février/mars, même si pourquoi pas avant.

Tu as multiplié les coups durs ces dernières années avec quelques blessures qui ont nettement ralenti ta phase de progression, peux-tu revenir sur les plus importantes qui t’ont notamment fait manquer les grosses compétitions ?
Je me suis fait opéré du genou en 2016. Ensuite, j’ai du arrêter la gym 3 mois en 2017 pour une blessure à l’épaule au moment où je revenais du genou. Et maintenant le tendon d’Achille. Mais je ne pense à tout cela, aujourd’hui je reprends la gym, je finis ma reeduc et je serai au top en 2019 !

Propos recueillis par Charlotte Laroche
Photo Cybile C. Photography 

 

Lire aussi 

Vous avez la parole avec… Jim Zona : « Je suis un éternel optimiste »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *