En toute intimité avec Noa Bruno : « Quand j’ai peur, je me dis toujours : il faut que tu essaies ! Car même si tu te fais mal, tu te relèveras ! »

0
154

Opérée au niveau du tendon d’Achille en novembre dernier, Noa Bruno est une nouvelle fois contrainte de s’éloigner des plateaux de compétition le temps de se remettre de sa blessure et de revenir à 100%. Un nouveau coup dur pour la sociétaire d’Avoine qui, malgré les coups durs qui se répètent, ne baisse jamais les bras. Véritable passionnée, partons à la découverte de cette jeune gymnaste persévérante et volontaire.

Gym and News : Noa, peux-tu te présenter et revenir sur tes débuts en gym ?
Noa Bruno : Je m’appelle Noa Bruno, j’ai 13 ans et je m’entraîne au club d’Avoine depuis août 2014. J’ai commencé la gym à l’âge de 6 ans au club de Blois mais mon papa étant lui même gymnaste de haut-niveau, dès l’âge de 3 ans il m’emmenait de temps en temps avec lui à la gym. Mais j’ai commencé à m’entraîner à l’âge de 6 ans.

Que représente la gym pour toi ?
Pour moi la gym, c’est un plaisir. Une passion.

Quels sont tes points forts ? Physiquement et mentalement ?
Physiquement, mes points forts sont la souplesse, le placement et la chorégraphie. Mentalement, on va dire que j’ai réussi à surmonter beaucoup d’épreuves durant ces 4 dernières années donc on va dire que je suis persévérante et que je suis une battante.

Comment fais-tu pour gérer l’école et la gym ?
Au collège, nous (les gymnastes) avons la chance d’avoir tous les jours après manger une salle avec une surveillante qui nous aide à nous avancer dans nos devoirs.

Quelle est la première chose que tu fais quand tu arrives à l’entraînement ?
Je m’étire.

Dans quelle tenue es-tu la plus à l’aise pour t’entraîner ?
Je me sens plus à l’aise quand je m’entraîne en short/brassière en été ou en tee-shirt en hiver.

Quelle est la chose que aimes le moins faire à l’entraînement ?
La musculation.

Quelle est la chose que tu préfères faire à l’entraînement ?
Ce que je préfère faire à l’entraînement, c’est la chorégraphie en poutre ou au sol et travailler de nouveaux éléments sur tous les agrès.

Noa Bruno 2

Que te dis-tu pour passer au dessus de ta peur lorsque tu travailles un nouvel élément ?
Je me dis « Il faut que tu essaies ! S’il te dise de le faire, c’est que tu es capable de le faire et au pire tu verras bien… Si tu te fais mal, tu te relèveras !

Auprès de qui trouves-tu du réconfort quand tu as des coups durs ?
Mes amies et ma famille. Je peux vraiment compter sur eux quand ça ne va pas.

Lorsque tu as un entraînement difficile, que te dis-tu pour trouver la force de persévérer ?
Lors d’un entraînement difficile, je me dis « Allez, courage ! Aujourd’hui est un mauvais jour, demain ça ira mieux ». Mais surtout quand l’entraînement est terminé je passe à autre chose, j’essaie de tout oublier.

Quelle sensation ressens-tu lorsque tu entres sur un plateau de compétition ?
Je suis super stressée mais je suis super contente, je profite un maximum et surtout je me fais plaisir !

Que fais-tu pour décompresser avant une compétition ?
J’écoute de la musique.

Es-tu de nature stressée ?
Oui beaucoup !

Comment gères-tu la pression en compétition ? Et comment fais-tu pour qu’elle ne monte pas trop ?
Pour gérer la pression en compétition, je me dis qu’il faut faire pareil qu’à l’entraînement. Pour qu’elle ne monte pas, j’essaie de ne pas regarder les autres filles quand elles passent et je fais en sorte de me concentrer un maximum sur mes mouvements et de rester dans ma bulle.

Comment dors-tu en période de compétition ? As-tu un rituel pour trouver le sommeil plus rapidement ?
Je dors normalement et je n’ai pas de rituel pour trouver le sommeil plus rapidement.

Fais-tu attention à ton alimentation ? Si oui, comment ?
Non, je mange normalement. Enfin je ne mange pas des pizzas tous les soirs (Rires).

Quel est le plus gros sacrifice que tu dois faire au quotidien en tant que gymnaste de haut-niveau ?
Je pense qu’en tant que gymnaste de haut-niveau, le plus gros sacrifice à faire au quotidien est de quitter sa famille mais à force on s’y fait.

Quel est l’élément que tu rêverais de faire ?
Le double tendu au sol.

Propos recueillis par Charlotte Laroche pour Gym and News

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom