Interview bilan post-compétition

Championnats d’Europe GAF (Glasgow 2018) : « Cette médaille était l’aboutissement de tout notre travail » (Juliette Bossu)

9 août 2018
GAF Glasgow

La page des championnats d’Europe de gymnastique artistique féminine s’est refermée sur de magnifiques médailles : l’argent par équipes pour les seniors, le bronze à la poutre avec Marine Boyer, l’or au sol avec Mélanie de Jesus Dos Santos et le bronze aux barres avec Carolann Heduit en junior. Vice-championne d’Europe par équipes et finaliste aux barres, comment Juliette Bossu a-t-elle vécu sa compétition ? Interview confidence.

Juliette Bossu, vice-championne d’Europe par équipe et finaliste aux barres asymétriques :

Gym and News : Juliette, quel bilan tires-tu de ces championnats d’Europe ?
Juliette Bossu : Je ne tire vraiment que du positif de ces championnats d’Europe qui étaient mes premiers en tant que senior. On était une équipe très soudée dès le départ et notre objectif était clairement un podium par équipe. Notre objectif a été atteint malgré quelques petites erreurs le jour de la finale équipe. Mais le fait que le jour des qualifications nous ayons battu les Russes, cela reste aussi un moment très fort pour notre équipe car c’était aussi un petit défi personnel que nous nous étions lancé. Même si très clairement le jour de la finale, les Russes ont été intouchables, ça fait très plaisir d’être au coude à coude avec l’une des meilleurs nations internationales.

Comment as-tu vécu la médaille d’argent décrochée au concours par équipes ?
La finale équipe a été une journée vraiment émouvante pour moi, je ne passais qu’aux barres et c’était notre deuxième agrès. Pendant le saut (premier agrès), j’ai encouragé les filles tout en restant très concentrée sur mon passage aux barres. Ensuite, juste avant que je passe, j’ai compris, même si je n’avais pas regardé le passage de Lorette qui passait juste avant moi, qu’elle avait fait une erreur, j’ai alors commencé un peu à me mettre la pression car je me disais que j’avais encore moins le droit à l’erreur. J’ai été soulagée une fois que j’ai fini mon passage mais c’est là que le vrai calvaire a commencé pour moi (Rires). En effet, d’être purement spectatrice et non actrice dans une équipe, c’est très dur parce qu’on a le sentiment d’être impuissant et de juste devoir attendre que ça se passe et croiser les doigts. C’est très très stressant et difficile à gérer émotionnellement. C’est pour ça, qu’à partir du dernier agrès, je n’arrivais plus à contenir mes larmes, je ne faisais que pleurer. Tout simplement parce qu’on avait toutes tellement travaillé pour tout ça et c’était en train de se passer. Après le sol de Mélanie, on a toutes commencé à pleurer parce qu’on était fière d’avoir tout donner et de l’image qu’on avait pu donner de nous. Quand on a finalement vu que nous avions décroché la médaille d’argent, c’était un moment magique d’entendre tout ce monde nous applaudir et tenir le drapeau de la France au milieu de tous les regards, c’était un vrai accomplissement et l’aboutissement de tout notre travail.

Dans quel état d’esprit étais-tu avant ta finale barres ? Etais-tu stressée ? 
La veille de ma finale barres, je n’étais pas plus stressée que les autres soirs. J’avais fait deux mouvements réussis et j’essayais juste de me dire que si je l’avais fait deux fois, je pouvais le refaire une troisième fois. J’étais très contente de m’être qualifiée en finale, ça a été une chance pour moi, car je n’ai pas beaucoup d’expérience et mon objectif de départ était juste de réussir.

Pas trop déçue de faire une erreur au début de ton mouvement ? 
Un peu déçue forcément mais ce n’est pas comme si j’étais tombée. Certes j’ai raté une liaison mais je garde en tête que j’ai su me remobiliser et aller jusqu’à ma sortie que j’ai d’ailleurs pilée. Je savais pertinemment dès la fin de mon passage que ça n’allait pas suffire pour prétendre à une médaille mais d’être là, à mes premier championnats d’Europe senior, à une finale par agrès, c’était déjà une énorme victoire pour moi, surtout après l’année difficile que j’ai passée. De plus, de pouvoir partager cela avec Lorette, une de mes amies les plus proches, c’était génial !

Quels sont les meilleurs moments vécus avec le reste de l’équipe ? 
Le meilleur moment a évidemment été lorsque nous avons réalisé que nous étions vice-championnes d’Europe. Mais un moment génial a aussi été de chanter la Marseillaise avec toutes les filles quand Mélanie était sur le podium de sa finale sol.

En 3 mots, comment décrirais-tu cette expérience européenne ? 
Attendue, émouvante et mémorable. Je suis tellement fière de mes coéquipières et je suis également particulièrement honorée d’avoir faire partie de cette équipe incroyable. Et j’aimerais aussi remercier Louise qui a été là jusqu’à la fin de la préparation, prête à tout !

Quel est ton programme pour ces prochaines semaines ? 
J’ai une semaine de vacances que je passe en Martinique. Ensuite, retour à l’entraînement à Sainté pour une semaine dans ma famille d’accueil où je passerai surement quelques jours avec ma maman puis on s’envolera  pour Houston avec Lorette, Louise, Marine et Coline, Mélanie nous rejoindra directement là-bas, pour un stage aux côtés de Simone Biles.

 

Mélanie De Jesus Dos Santos, championne d’Europe au sol et vice-championne d’Europe par équipes en senior :

Pendant 10 secondes, je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait

« Premiers championnats d’Europe par équipe pour moi et on a vécu vraiment beaucoup de choses toutes les 5, mais aussi avec Louise qui nous a accompagnées tout au long de la préparation. La compétition était à la fois longue car on avait trois jours de compétition mais en même temps c’est passé vite.  Je repense encore à tous les délires qu’on a pu avoir avec les filles comme « on est une équipe ou pas ? et on rajoutait « dwe » à la fin (Rires). On est vraiment une équipe soudée et on se connaît par coeur. Les finales étaient le dernier jour de compétition avant les vacances. Je devais réussir car je voulais finir sur quelque chose de bien. En poutre, je savais que je devais donner le meilleur de moi-même car il y avait de grosses concurrentes sur cette finale poutre. Au sol, je devais faire encore mieux que les jours précédents et chercher les réceptions. J’étais la dernière à passer, je clôturais la compétition mais je n’avais pas regardé les autres filles passer. Après avoir fini mon sol, ma note est sortie directement mais je ne l’avais pas vue. J’ai entendu Eric crier : « Tu es championne d’Europe !!! » Pendant 10 secondes, je ne comprenais pas ce qu’il m’arrivait. Et puis on m’a donné le drapeau de la France et je suis allée sur le praticable et c’est là que je me suis rendue compte que non seulement j’avais gagné au sol mais que la veille, on avait aussi décroché le titre de vice-championne d’Europe en équipe. Je ne pleure pas souvent mais là trop d’émotions sont venues d’un seul coup ! C’était juste waou ! »

 

Marine Boyer, médaillée de bronze à la poutre et vice-championne d’Europe par équipes en senior :

Ma finale à la poutre m’a permis de reprendre confiance en moi

« Je tire de ces championnats d’Europe un bilan très positif, tant en équipe qu’en individuel. Quand j’y repense, ça n’a pas été facile avec une préparation difficile et des petits bobos qui font douter. Mais on est une équipe qui se connaît et on a toujours été là l’une pour l’autre quand ça n’allait pas. C’est ça que je trouve formidable. Et j’intègre bien évidemment Louise, la remplaçante, qui a fait toute la préparation avec nous. En partant pour les championnats d’Europe, on avait comme objectif de faire un quota de 164 points en équipe, et en individuel, on avait toutes une chance de faire des finales par agrès. On a pu se rendre compte que le quota de points demandé par l’entraîneur national était très envisageable et ça nous a permis de finir en tête des qualifications, devant les Russes. Je suis très très contente parce que nos objectifs ont été atteints, aussi bien en équipe qu’en individuel. Pour la finale par équipe, ça faisait assez bizarre puisqu’on a terminé premières des qualifications donc on se savait attendues ! Et même si on se disait qu’on remettait les compteurs  à zéro, le stress était un peu plus présent. Même avec les fautes que l’on avait pu faire en finale, on a réussi à s’emparer de la deuxième place donc je suis très très satisfaite de nous et fière parce que c’est historique ! Et je suis également ravie car c’est un bon point pour les prochaines échéances ! Ensuite, ma finale en individuel à la poutre m’a permis en quelque sorte de reprendre confiance en moi car j’ai réussi mon mouvement en finale après ma chute aux Europes à Cluj et ma chute lors des qualifications des derniers Mondiaux à Montréal. Même si ça n’a pas été mon meilleur passage, ça reste dessus ! Je suis vraiment heureuse de remonter sur un podium européen en poutre et très fière de représenter mon pays à chaque compétition. »

 

Coline Devillard, vice-championne d’Europe par équipes en senior et finaliste au saut : 

Nous étions venues pour faire un podium mais le faire et le vivre, c’était extraordinaire !

« Ces championnats d’Europe ont été ma meilleure compétition ! L’ambiance, tout ce qu’il y a eu autour, la médaille par équipe, c’était super ! Déjà, lorsqu’on a connu l’équipe sélectionnée, on était toutes super contentes ! On se connaît toutes super bien et c’était un rêve de pouvoir matcher toutes les 5. Et là, de vivre tout ça ensemble, c’était extraordinaire. On voulait faire quelque chose, nous étions venues pour faire un podium mais le faire et le vivre, c’était extraordinaire. Historique ! J’en ai pleuré ! C’était un truc de fou. Alors bien sûr, je suis déçue pour la finale saut car je voulais conserver mon titre mais je suis tout de même contente car mon premier saut était parfait. Concernant le deuxième, il me manquait encore de la répétition et même si j’ai tout donné, ça n’a pas abouti. Ce sera pour la prochaine fois, je sais qu’il y a la place ! Et puis je suis contente pour Blogarka Devai. Elle était super stressée alors j’essayais de la rassurer en lui disant qu’elle avait fait 2 super sauts et qu’elle allait battre les filles qui restaient encore à passer. On commence à se connaître, à Cluj on était sur le podium ensemble, à Bercy on s’est retrouvées, à Montréal aussi et puis le reste du temps on échange quelques mots sur Instagram, j’étais vraiment contente pour elle et puis moi j’avais déjà vécu quelque chose d’exceptionnel la veille. »

 

Lorette Charpy, vice-championne d’Europe par équipe et finaliste aux barres asymétriques : 

Notre médaille ? On en parle encore aujourd’hui avec les filles !  

« C’était mes premiers championnats d’Europe senior, nous nous connaissons depuis longtemps car on avait déjà fait beaucoup de compètes ensemble. Nous sommes arrivées à l’INSEP un jeudi pour un stage et pendant tout le stage, nous avons fait beaucoup de complets. On avait hâte d’arriver à Glasgow ! Nous sommes arrivées le lundi et nous nous sommes entraînées l’après-midi. Le mardi, nous avions l’entraînement podium. En général ça s’est plutôt bien passé. Les agrès étaient très bien, ça nous faisait un peu penser à Montréal (ce qui n’est pas très positif) donc on essayait de se dire que là c’était différent et que nous étions aux championnats d’Europe de Glasgow. Le mercredi, on a fait des complets et le jeudi c’était le jour des qualifications. On avait vraiment hâte de commencer. On était très excitées ! L’objectif des qualifs était de corriger toutes les erreurs du podium et de finir dans les quatre premières pour avoir un bon tour le samedi et donc commencer au saut ou aux barres. La compète s’est très bien passée dans l’ensemble. On était très contente et encore plus quand on a vu qu’on avait battu les Russes, ce qui n’était jamais arrivé auparavant ! Cela nous a mises très en confiance pour le samedi même si on savait que les compteurs étaient remis à zéro et qu’il fallait bien se reconcentrer. Le vendredi, nous sommes retournées à l’entraînement, avons fait des complets et nous nous sommes entraînées avec les Russes. La guerre psychologique commençait ! Le samedi, jour de la finale, personnellement ça ne s’est pas bien passé. Je n’arrive pas encore à bien digérer mes chutes, surtout celle du sol car aux barres je me dis que ça peut arriver, mais au sol, je peux m’en vouloir. J’essaie quand même de ne retenir que notre belle médaille. On en parle encore aujourd’hui avec les filles ! Ce qui nous a permis de terminer deuxième, c’est en très grosse partie grâce à notre esprit d’équipe développé depuis un certain temps. On s’entend super bien et cela a été une très grosse force au cours de cette compétition ! Ces championnats d’Europe, ça me faisait le même scénario qu’à Bern… C’est-à-dire très bon premier jour, deux chutes au deuxième et il ne restait plus que les finales. En finale barres, je ne cherchais pas le podium car ma note de départ n’était pas assez élevée. Je n’étais vraiment vraiment pas stressée.  Je me suis dit de tout faire à fond pour n’avoir aucun regret et quand j’ai terminé mon mouvement j’étais super contente. Lorsque j’ai vu ma note, j’étais vraiment déçue mais j’ai essayé de ne retenir que mon mouvement car j’étais vraiment contente de celui-ci. Mais ce que je retiens surtout de ces championnats d’Europe, c’est notre belle médaille par équipe. C’était la première et j’espère que ça ne sera pas la dernière ! Cela restera un moment inoubliable ! »

 

Les juniors se confient également…

IMG_20180804_094833
De gauche à droite : Claire Pontlevoy, Mathilde Wahl, Alizée Letrange-Mouakit, Carolann Heduit, Aline Friess.

 

Carolann Heduit, médaillée de bronze aux barres asymétriques en junior :

Ces championnats d’Europe m’ont permis de prendre de l’expérience

« Je suis vraiment contente de mes premiers championnats d’Europe ! C’était extraordinaire ! L’ambiance était géniale et la salle immense ! Ces Championnats d’Europe m’ont permis de prendre de l’expérience et d’en tirer beaucoup de points positifs. On a pu voir tout le niveau européen et se confronter à eux. Pour ma part, j’étais beaucoup stressée… Je stresse déjà beaucoup pour des compétitions « normales » alors là… Nous nous sommes toutes très bien entendues, équipes junior-senior mélangées. J’ai trouvé notre équipe junior super, on se soutenait, s’encourageait… Notre premier objectif était d’être dans le top 5, après on voulait toutes avoir une médaille mais on savait qu’il fallait qu’on fasse une très bonne compétition et limiter le nombre de chutes…. Malheureusement, 2 chutes sont rentrées à la poutre…Pour ma part, je visais les finales et plus particulièrement les barres car je m’y sens à l’aise. Honnêtement, je n’étais pas sûr d’avoir une médaille car les autres filles étaient elles aussi très fortes : il fallait que je fasse un très bon mouvement pour prétendre au podium… ce que j’ai réussi a faire ! J’étais vraiment heureuse (et je le suis encore…)! »

 

Aline Friess, membre de l’équipe de France junior :

Être aux championnats d’Europe était inespéré pour moi 

« Ces championnats d’Europe furent un réel plaisir pour moi, une récompense pour tout le travail que j’ai fourni cette année. J’ai vraiment essayé de profiter un maximum car y être était inespéré pour moi suite aux complications de ma blessure au pied. J’ai adoré l’ambiance générale. La salle était grandiose, tout comme notre hôtel qui était magnifique. J’ai adoré partager ce moment avec les filles car on s’entend toutes bien. Nous sommes restées soudées jusqu’au bout malgré les erreurs en poutre. On n’a rien lâché aux deux derniers agrès. Je tire un bilan positif de ces championnats d’Europe même s’il y a eu des erreurs. C’est une superbe et inoubliable expérience !! »

 

Alizée Letrange-Mouakit, membre de l’équipe de France junior :

Une expérience incroyable et inoubliable

« L’ambiance aux Europes était vraiment géniale et c’était formidable de pouvoir y participer. Une expérience incroyable et inoubliable. Ce n’était pas évident de rentrer dans la compétition et de démarrer première en poutre mais j’ai su me concentrer. Quelle belle expérience ! Nous étions vraiment une équipe soudée. Et de voir les grandes finir 2èmes, quel beau moment. »

 

Mathilde Wahl, membre de l’équipe de France junior :

On est là les unes pour les autres ! 

« C’était juste exceptionnel !!! Glasgow étaient mes premiers championnats d’Europe et je suis contente de mes passages sur les agrès ! Après les barres qui étaient notre premier agrès j’ai eu vraiment beaucoup de frissons. Je me suis rendue compte que j’étais aux championnats d’Europe qui étaient l’objectif de cette fin d’année ! Ensuite nous sommes passées à la poutre et il y a eu des erreurs mais nous sommes une équipe très soudée, nous nous sommes donc rassemblées et nous nous sommes dit qu’il ne fallait rien lâcher étant donné qu’il nous restait encore deux beaux agrès à faire (le sol et le saut ). On a vraiment bien réussi ces deux agrès et on s’est vraiment fait plaisir !! On était là les unes pour les autres ! »

Claire Pontlevoy, membre de l’équipe de France junior et finaliste au sol :

Une super expérience constructive pour l’avenir

« J’ai vécu les Championnats d’Europe comme une super expérience constructive pour l’avenir. Malgré les erreurs en finale sol, je garde de ces championnats d’Europe un très bon souvenir avec une équipe en or. Nous étions hyper soudées et nous avions un véritable esprit d’équipe. » 

 

Propos recueillis par Charlotte Laroche
Photo de Une Anh Viet Chau
Photo intérieur FFG 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *