Camille Bahl : une détermination à toute épreuve

2
159

A tout juste 16 ans, Camille Bahl sait ce qu’elle veut. Forfait lors des Test Event à cause d’une blessure contractée à une cheville sur place, à Rio, lors d’un entraînement, la jeune fille au large sourire se concentre désormais sur son principal objectif : décrocher une place de titulaire aux Jeux Olympiques, en août prochain. Interview portrait.

En quelques mois, Camille Bahl a enchaîné les désillusions. Annoncée titulaire pour les Mondiaux de Glasgow en octobre dernier, elle n’a finalement pas participé à la compétition. La raison ? « La veille du départ, on m’a prévenue que je n’étais plus titulaire mais remplaçante. C’était difficile à encaisser car cela faisait deux mois qu’on m’avait dit que j’allais être titulaire. Sur le moment, je n’ai pas compris pourquoi mais j’ai accepté ce choix et j’ai encouragé et soutenu les filles du mieux que je pouvais », livre la jeune Alsacienne qui n’est pas du genre à baisser les bras. Au contraire. Chaque épreuve, chaque déception, chaque coup dur lui donne encore plus la gnaque. Alors après cette désillusion, la championne de France en titre au saut de cheval, arrivée à l’INSEP à l’été 2014, reprend donc le chemin de l’entraînement, plus motivée que jamais.

La France n’ayant pas décroché son ticket pour les Jeux lors des Mondiaux de Glasgow, elle doit encore passer par les Test Event, organisés à Rio. Camille se concentre sur son nouvel objectif : faire partie du voyage au Brésil pour aider la France à se qualifier pour les JO. Pari réussi ! Celle qui a démarré la gym à 5 ans à Haguenau obtient une place de titulaire. Mais comme si le sort continuait de s’acharner sur elle, lors d’un entraînement au saut, sur place, à Rio, elle se blesse à la cheville droite en réalisant son yurchenko double vrille. Verdict : elle est obligée de céder sa place au sein du groupe. « C’était vraiment dur. Après les Mondiaux, je manque également les Test Event. J’étais vraiment déçue », éclaire-t-elle avant d’ajouter : «  Mais chaque expérience, bonne ou mauvaise, sert pour la suite. Maintenant, je sais comment réagir en cas de coups durs et c’est une source de motivation. »

Une blessure qui entraîne néanmoins quelques doutes dans l’esprit de la jeune fille passée par le Pôle de Dijon entre 2011 et 2014. A quelques mois des Jeux, Camille allait-elle pouvoir reprendre l’entraînement suffisamment rapidement et ainsi garder tout espoir de disputer ses premiers Jeux Olympiques ? « Lorsque je me suis blessée, j’ai eu une période où je n’y croyais plus. Et puis dès que j’ai pu reprendre l’entraînement, j’ai recommencé à y croire. Maintenant, je vais faire le maximum pour faire partie du voyage à Rio. Pour le moment, ma cheville est encore un peu fragile donc je ne peux pas taper sur le dur mais d’ici une semaine, ça devrait aller. J’espère pouvoir refaire du sol et du saut progressivement », confie-t-elle.

cam bahl

Trop juste pour disputer les championnats d’Europe qui se déroulent à Bern, en Suisse, du 1er au 5 juin, Camille se concentre désormais sur les championnats de France, étape essentielle avant les Jeux. Si elle ne vise pas un titre au concours général, elle espère tirer son épingle du jeu sur trois agrès. « Je ne peux pas viser le titre au concours général car j’ai un point faible aux barres. Mais sur les trois autres agrès, je veux montrer que je suis là », sourit-elle. Et si elle n’a pas pu travailler de nouveaux éléments à cause de sa blessure à la cheville pas encore entièrement remise, elle travaille sa stabilité. « Après les Frances, je vais travailler de nouveaux éléments mais de là à les mettre aux Jeux, je ne sais pas. Ce sera peut-être un peu trop juste », analyse-telle, la tête sur les épaules. Car du haut de ses 16 ans, Camille Bahl, pleine d’entrain et de bonne humeur, affiche une maturité déconcertante. Un atout qui lui permet de bien gérer la pression. « J’adore la compétition », lance-t-elle. « Je n’ai qu’une envie à chaque fois, c’est de monter sur un plateau ! Certaines filles perdent un peu leur moyen en compétition à cause du stress, mais moi j’adore la compétition. J’ai un stress beaucoup plus positif que négatif ». Quant à son avenir, Camille ne se pose pas de questions. « Je vis au jour le jour. Je ne fixe que des objectifs à court terme. Pour l’instant, je me concentre sur les championnats de France et les Jeux de Rio. Après ? Je verrai. »

Côté études, Camille Bahl est tout aussi perfectionniste et droite dans ses bottes. Actuellement en 1ère S, elle passera son bac français, en septembre. Après les Jeux. « Cette année, c’est sûr que c’est un peu plus compliqué de se concentrer sur le lycée car il y les JO mais je n’ai jamais eu de souci avec l’école. Et puis, je n’ai pas envie de bâcler mes études », explique-t-elle, déterminée. Et de conclure : « J’aimerais avoir la mention alors je vais tout faire pour atteindre mon objectif ».

Propos recueillis par C.L. pour Gym and news

Camille Bahl est championne de France en titre au saut de cheval :

2 Commentaires

  1. Courage Camille!!! C’est dur je sais (ou plutôt j’imagine je n’ai jamais visé les JO), mais tu es forte, tu peux le faire!!!!!!
    Bbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbbiiiiiiiiiiiiiiiizzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
    Anaïs C (Stras)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'inscrire votre commentaire !
Merci d'indiquer votre nom