GAM

Antoine Pochon choisi comme doublure pour le cinéma

8 juillet 2018
Antoine Pochon INSEP sol

Le sociétaire du club de Clamart a été retenu pour participer à un film tourné à Bombay. Il s’envolera ce mardi 10 juillet pour l’Inde afin de participer à sa première expérience cinématographique.

A l’origine de cette histoire, une candidature envoyée un peu par hasard, sans trop y croire, à une annonce reçue par plusieurs Pôles et clubs français. Dans le cadre d’un film tourné en Inde, la production était à la recherche de sportifs de haut-niveau afin qu’ils jouent des doublures. Antoine Pochon, troisième par équipes au dernier Top 12 avec son club de Clamart, a décidé de tenter l’aventure en envoyant photos et vidéos de présentation. Quelques semaines plus tard, le verdict tombe, il est retenu en tant que gymnaste parmi quelques autres sportifs français et étrangers.

Le temps de regrouper tous les papiers, l’aventure est prête à se concrétiser. Il ne sait pas trop où il met les pieds pour l’instant, ni trop ce qui l’attend exactement mais il est emballé par cette nouvelle expérience. « Je sais que c’est un film tourné à Bombay et que je pars pour 20 jours minimum mais sinon, je n’ai pas trop d’infos. Je sais aussi qu’il devrait y avoir quelques scènes aux arçons et au sol mais à part ça, je ne sais pas trop. Je découvrirai le reste une fois sur place » , sourit-il.

Une jolie parenthèse de 20 jours qu’il est prêt à savourer avant de retourner à l’entraînement, à Clamart. En effet, depuis mai dernier, Antoine fait partie des quelques gymnastes qui ont été contraints de quitter provisoirement l’INSEP le temps de purger une suspension de 6 mois. « Avec Killian (Mermet, NDLR) et grâce à l’aide de notre club de Clamart, nous avons pris une colocation à côté de la salle d’entraînement et nous nous entraînons tous les jours, matin et après-midi, sur le même rythme que celui que nous avions à l’INSEP« , explique-t-il avant d’ajouter : « C’est sûr que parfois, on a des petits coups de mou car nous ne sommes que 2 à l’entraînement, il n’y a pas la force du reste du collectif, mais nous sommes motivés par l’envie de revenir et de faire nos preuves lors de la prochaine revue d’effectifs. On travaille dur, chaque jour de la semaine, pour atteindre notre objectif. »

Antoine Pochon INSEP

Une motivation et une soif de revanche qui guident les deux sociétaires du club des Hauts-de-Seine et qui leur permettent de se lever, tous les matins, avec cette envie de monter sur les agrès et de travailler, encore et toujours plus, pour réussir à regagner leur place en équipe de France et la confiance d’un staff qui ne ferme aucune porte.

Il arrive en effet que certaines carrières soient parfois marquées par des écarts de conduite avec certaines trajectoires empruntées qui s’éloignent un peu d’une ligne de conduite qui devrait être plus linéaire lorsqu’on est sportif de haut-niveau. Sur les réseaux sociaux, lorsque l’affaire a éclaté avec l’annonce de la suspension et des rumeurs qui partaient dans tous les sens, certains ont tenu des propos assez durs… mais l’essentiel n’est-il pas d’apprendre de ses erreurs et de savoir se remettre sur de bons rails afin de se concentrer à nouveau sur son sport et ses objectifs qui sont de représenter fièrement les couleurs de la France ? La meilleure des réponses à toute cette histoire se fera sur les agrès. D’autres sportifs avant eux, tout sport confondu, ont su le faire avec brio car le talent et les résultats finissent toujours par avoir le dernier mot et par faire oublier certaines mauvaises trajectoires empruntées à un instant T…

 

 

  1. Bravo pour votre travail. Vous avez la confiance des gymnastes et portez toujours un regard bienveillant sur eux. Votre professionnalisme fait la réussite de ce blog. Félicitations et merci pour toutes ces infos.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *